20 Minutes France n°3574 6 nov 2020
20 Minutes France n°3574 6 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3574 de 6 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : fever de vivre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
GRAND PARIS Les restrictions se durcissent dans la capitale Reconfinement Certains points de vente vont devoir fermer à partir de 22 h dès ce vendredi Le tour de vis annoncé s’amorce à Paris. La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), a annoncé jeudi la fermeture de « certains débits de boissons », épiceries et établissements de restauration à emporter dès 22h. Une décision prise par le préfet de police, Didier Lallement, après accord de la maire de Paris. « Dans un certain nombre de cas, on a eu des débordements », a souligné sur BFMTV Anne Hidalgo. « La vente à emporter de boissons alcooliques, notamment par des épiceries de nuit, est susceptible de favoriser des regroupements nocturnes, sans respect des gestes barrières, sur la voie publique, voire dans la sphère privée », déplore la préfecture de police. Ainsi, à compter de ce VENDÉE GLOBE 2020 2Orninutes.fr Suivez Vaventure sur Suivez l’aventure sur 20minutes.fr G. Julien/AFP (illustration)s. La livraison de produits préparés par les restaurants sera concernée. vendredi, à Paris, de 22 h à 6h, les activités de livraison et vente à emporter des produits préparés par les restaurants sont interdites. Tout comme la vente de boissons alcooliques et leur consommation sur la voie publique. La préfecture de police annonce qu’elle « assurera un dispositif de contrôle des établissements concernés ainsi que des livreurs se trouvant sur la voie publique après 22 h ». « Ce que souhaite le préfet de police, c’est éviter les attroupements. » Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France « C’est un couvre-feu pour éviter les attroupements nocturnes », estime une source gouvernementale. « Je ne sais pas si c’est un couvre-feu, parce que ça ne concerne pas toutes les activités de la ville », rétorque Anne Hidalgo. « Ce que souhaite le préfet de police, ce n’est pas un couvre-feu, c’est éviter les attroupements », a indiqué la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (Libres), qui a donné « tout [son] accord pour réguler les situations qui posent des problèmes sanitaires ». Romain Lescurieux 2 Vendredi 6 novembre 2020 n n ru secondes Des élus franciliens contre le décret sur les commerces non essentiels. Douze maires de Seine-Saint-Denis ont saisi mercredi le Conseil d’Etat pour demander la suspension du décret fixant la liste des commerces dits non essentiels fermés pendant le reconfinement, a-t-on appris jeudi. Les élus jugent la mesure « disproportionnée ». L’ex-adjoint à la Mairie Christophe Girard entendu par la police. Accusé de viols dans les années 1990 par un homme, l‘ancien maire adjoint à la Mairie de Paris Christophe Girard est entendu depuis jeudi par les enquêteurs, selon une source proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. LE CHIFFRE 1300  € C’est le montant de l’aide accordée aux Franciliens de moins de 26 ans en insertion professionnelle pour passer le permis. Les demandes devront être faites à partir du 1er décembre sur Mesdemarches.iledefrance.fr. Région Ile-de-France 20 Minutes sur le pont avec Thomas Ruyant
GRAND PARIS Une tendance à perdre le contrôle Justice Sofiane et Cheikh, deux hommes qui ne se connaissent pas, ont accusé le même policier d’insultes et de coups de poing Ils sont assis à quelques mètres l’un de l’autre, distance de sécurité oblige. L’un engoncé dans une grosse doudoune bleue, l’autre flottant dans son costume de la RATP qu’il n’a pas pris le temps de retirer. Sofiane et Cheikh ne se connaissent pas, ne s’étaient même jamais croisés avant jeudi après-midi. Devant la 14 e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny dédiée, comme chaque premier jeudi du mois, aux violences policières, leurs discours font pourtant écho. L’un et l’autre ont porté plainte contre Fabrice B., longtemps policier à Saint-Denis – aujourd’hui rattaché à la circonscription de Cergy –, qu’ils accusent de coups et d’insultes. Sofiane est le premier à s’approcher de la barre. Le 31 décembre 2018, le jeune homme est contrôlé au volant de son véhicule, aux abords de Saint-Denis. Les trois policiers présents ce jour-là – « un 3n minutes www2Ominutes.fr/paris www.facebook.com/20MinutesParis twitter.com/20minutesparis vingt.minutes sur Snapchat gentil », « un trapu » et Fabrice B, détaille-t-il – lui reprochent un excès de vitesse. Le jeune homme conteste  : sans radar, aucune preuve d’une telle infraction. A l’en croire, ses protestations auraient immédiatement plongé le prévenu dans une colère noire. Coups de poing, claques, insultes. Et sept jours d’interruption totale de travail (ITT) prescrits à Sofiane. S’il ne peut s’expliquer en personne jeudi, car il est « engagé sur l’opération Barkhane », justifie son conseil M e Martin Dier, Fabrice B. a reconnu, Sid-AhmedGhlam condamné à la réclusion criminelle à perpétuité Terrorisme Ils ont délibéré près de neuf heures. Les magistrats de la cour d’assises spéciale ont déclaré Sid-AhmedGhlam, 29 ans, coupable d’avoir tué Aurélie Châtelain, 32 ans, et d’avoir fomenté un attentat dans des églises de Villejuif (Val-de- Marne) en 2015. Les juges ont suivi les réquisitions des avocates générales et ont condamné jeudi l’homme à la prison à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans de réclusion et d’interdiction de séjour définitive du territoire français. « Dans le contexte actuel, qui est très difficile pour notre pays, la décision est peut-être compréhensible », a concédé M e Christian Benoît, l’un de ses quatre avocats. avec vous « Une simple gifle, ça ne peut pas causer sept jours d’ITT. » L’avocat d’un plaignant « C’est quelqu’un d’ignoble », a lâché Jean-Luc Châtelain, le père d’Aurélie. Même si Sid-AhmedGhlam a écopé de la peine maximale, ce verdict « ne nous satisfera jamais, bien sûr, a-t-il ajouté. Ce n’est pas ça qui nous rendra Aurélie. » Invité à s’exprimer une dernière fois jeudi matin, l’étudiant algérien a, pour la première fois, exprimé des regrets. « Je culpabilise et je culpabiliserai toute ma vie », a-t-il déclaré avant que les juges ne se retirent pour délibérer. Les neuf autres accusés, jugés pour l’avoir aidé à des degrés divers, ont été condamnés à des peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité. Thibaut Chevillard Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! paris@20minutes.fr www.instagram.com/20minutesparis fr.linkedin.com/company/20-minutes www.pinterestfr/20minutes F. Greuez/Sipa (illustration) lors de sa garde à vue, une gifle. Confronté aux enregistrements, il a également admis les insultes et « deux coups non violents ». « Une simple gifle, ça ne peut pas causer sept jours d’ITT », insiste l’avocat de Sofiane, M e Jean Mboutou Zeh. Le ministère public a requis six mois de prison avec sursis à son encontre et deux ans d’interdiction d’exercer. L’officier de police nie, en revanche, fermement les accusations portées à son encontre par l’autre partie civile, Cheikh, silhouette fine et lunettes à monture épaisse sur le nez. Celles-ci remontent au mois d’août 2017, lors d’un contrôle d’identité sur un parking de Stains. Selon son récit, il a 3 Vendredi 6 novembre 2020 Des protestations lors d’un contrôle auraient provoqué la colère du prévenu. La météo à Paris AUJOURD’HUI ET EN FRANCE reçu trois coups de poing après s’être ému de ce contrôle. Des violences qui se sont poursuivies alors même qu’il précisait qu’il était handicapé. Un jour d’ITT lui a été prescrit. « Un œdème aux deux lèvres, on est loin du passage à tabac, qui plus est le visage marque beaucoup », s’exclame le conseil de Fabrice B., qui insiste sur le fait que son client n’a pas formellement été identifié. Fabrice B. a finalement été condamné à neuf mois de prison avec sursis, deux ans d’interdiction d’exercer et une amende de 2 000  € dans ce dossier, mais relaxé sur le second. Le tribunal estimant que dans l’affaire l’opposant à Cheikh, les preuves étaient insuffisantes. Caroline Politi DEMAIN matin après-midi matin après-midi 4 °C 11 °C 8 °C 17 °C Vous reprendrez bien un peu de soleil ? L’après-midi est belle et printanière, notamment au sud de la Loire avec la mise en place du flux de sud-est. Quelques averses touchent le littoral du Roussillon. Le vent d'autan se renforce en rafales jusqu'à 90 km/h en fin de journée. Prévisions ultra détaillées sur TV-WEB-APPLIS LA.CHAINEM FIEO.COIA *



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :