20 Minutes France n°3573 5 nov 2020
20 Minutes France n°3573 5 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3573 de 5 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : lutte des classes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ La grogne monte dans les lycées Education Des élèves et des enseignants dénoncent le protocole sanitaire, jugé insuffisant pour freiner l’épidémie de Covid-19 « Dans les classes, on est 35, impossible de respecter la distanciation sociale, fulmine Mathieu Devlaminck, le président de l’Union nationale des lycéens (UNL). Si ça continue comme ça, les lycées vont devenir des clusters. » Et il n’est pas le seul à avoir cette impression. « Dans certaines salles, les fenêtres sont condamnées, ce qui rend impossible l’aération, témoigne une professeure d’histoire-géographie à Villepinte [Seine Saint-Denis]. Et les agents ne sont pas suffisamment nombreux pour assurer le nettoyage. » Selon cette dernière, le protocole sanitaire renforcé que le ministère de l’Education a publié vendredi est insuffisant. Celui-ci prévoit notamment un renforcement de l’aération des classes et des locaux, la limitation du brassage des élèves, quand c’est possible. Dissolution du groupe turc Les Loups gris Politique Impliqué dans de récentes actions violentes contre la communauté arménienne en France, le groupe ultranationaliste turc Les Loups gris a été dissous mercredi lors du Conseil des ministres, a annoncé Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur a souligné que le groupuscule incitait « à la discrimination et à la haine ». Actif en Turquie comme au sein d’une partie de la diaspora en Europe, ce mouvement est aujourd’hui réputé proche de Recep Tayyip Erdogan, même s’il n’est pas porteur d’un discours religieux. En réponse, la Turquie a prévenu qu’elle allait « répliquer fermement » à cette décision qualifiée de « provocation ». « Nous soulignons qu’il est nécessaire de protéger la liberté d’expression et de réunion des Turcs de France », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. La dissolution des Loups gris est le signe que « le gouvernement français est désormais complètement sous la coupe des milieux d’influence arméniens », a-t-il ajouté. S. Salom-Gomis/Sipa Du côté des proviseurs, on sent aussi la température monter  : « J’ai des retours provenant d’une vingtaine d’académies qui font état d’une tension forte chez les enseignants, explique Philippe Vincent, « La cocotte-minute peut exploser si aucune décision n’est prise. » Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN secrétaire général du SNPDEN, le principal syndicat des chefs d’établissement. Ils estiment qu’il y a trop de différences entre les mesures sanitaires prises pour les établissements et celles pour le reste de la société civile. » Et cette grogne a commencé à s’exprimer dès lundi. « Des enseignants se sont ##JEV#171-54-https://tinyurl.com/y6js43gs##JEV# mis en grève, reconnaît le ministère de l’Education, interrogé par 20 Minutes. Mais nous ne disposons pas pour l’heure de chiffres à ce propos. » Et, mardi, une dizaine de lycées parisiens ont été la cible de tentatives de blocage par des élèves pour dénoncer la faiblesse du protocole sanitaire. Selon Philippe Vincent, la fièvre n’est pas près de tomber  : « La cocotte-minute peut exploser si aucune décision n’est prise. Le risque, c’est qu’on ajoute une crise sociale à la crise sanitaire. » Même son de cloche chez Mathieu Devlaminck  : « [Ce] jeudi, il se peut qu’il y ait encore des blocages. Et si avant vendredi 12h, le ministre Quelles règles pour le télétravail ? Entreprises En pleine d euxième vague de coronavirus, le gouvernement durcit le ton sur le recours au télétravail. « C’est une obligation, a asséné ce mardi, sur Europe 1, la ministre du Travail, Elisabeth Borne. (…) Si toutes vos tâches peuvent être faites à distance, vous devez être cinq jours sur cinq en télétravail. » Malgré l’état d’urgence sanitaire, aucune loi n’impose à un employeur de mettre en place le télétravail. Aussi Le gouvernement veut obliger les entreprises à adopter le télétravail. Syspeo/Sipa 4 Jeudi 5 novembre 2020 Une salle de classe dans un lycée de Nice (Alpes-Maritimes), le 13 octobre. un protocole national « pour assurer la santé et la sécurité des salariés » a été édité par le ministère du Travail. Il indique que, « dans les circonstances exceptionnelles actuelles, liées à la menace de l’épidémie, [le télétravail] doit être la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent ». Cette obligation peut avoir une incidence sur les dépenses des entreprises. Contrairement à ce qu’affirme le ministère du Travail sur son site, l’employeur est légalement tenu de rembourser les frais professionnels liés au télétravail  : cartouches d’encre, papier, frais d’électricité supplémentaires… Mises en demeure Le 26 octobre, Elisabeth Borne a indiqué qu’il y avait eu « 55 000 interventions » de l’inspection du travail depuis mai, ayant abouti à « 300 mises en demeure » adressées à des entreprises qui ne respectaient pas (ou peu) le protocole. Mardi, elle a annoncé qu’une enquête serait mise en place « à la fin de semaine ». Un communiqué du ministère du Travail précise que « c’est à l’employeur de déterminer les tâches pouvant être effectuées en télétravail et de s’organiser en conséquence ». Nicolas Raffin ne fait aucune annonce, nous appellerons à la mobilisation. Elle pourrait prendre la forme de sit-in des élèves dans les cours de récréation. » Tous sont d’accord sur un point  : il existe des solutions pour faire prendre moins de risques aux profs et aux élèves. « Il y a une demande généralisée d’organiser les cours en demi-groupes avec un système de rotation, indique Philippe Vincent. Ce qui permettrait de réduire de manière drastique le nombre d’élèves présents en même temps au lycée. » La région Hauts-de-France s’est prononcée mardi pour cette solution, jugeant elle aussi le protocole sanitaire incomplet. Delphine BancaudnnCu secondes L’Assemblée adopte le projet de prolongation de l’état d’urgence. L’Assemblée nationale a adopté mercredi en deuxième lecture le projet de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. L’échéance de ce régime d’exception est rétablie au 16 février. Les néonicotinoïdes autorisés pour la seule betterave sucrière. Le Parlement a autorisé mercredi, via un vote du Sénat, le retour temporaire des néonicotinoïdes, insecticides tueurs d’abeilles. Le projet de loi autorise les producteurs de betteraves à sucre à utiliser jusqu’en 2023 des semences traitées avec ces pesticides. L’UE lance la procédure de sanctions contre Loukachenko. L’Union européenne a lancé mercredi la procédure pour sanctionner le président de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, son fils Viktor et 13 autres responsables de la répression menée dans ce pays, a-t-on appris de sources diplomatiques à Bruxelles.
ACTUALITÉ Une deuxième vague en grande pompe (funèbre) Epidémie Les professionnels du secteur, qui se sont organisés, font face à un afflux de travail Avec plus de 400 décès quotidiens dus au Covid-19 depuis quelques jours, les conseillers funéraires, marbriers, maîtres de cérémonie sentent une accélération du rythme de travail. « Dans certaines zones géographiques, on note une augmentation de 30% des décès par rapport à 2019 », note Annick Gueguen, porte-parole de la Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie (CPFM). Mais la profession, avec ses 23 000 agents, s’est organisée pour gérer la crise. Beaucoup de familles ont mal vécu, lors de la première vague, l’impossibilité d’assister aux enterrements. Le Premier ministre, Jean Castex, a précisé jeudi dernier que, pendant ce reconfinement, les enterrements 1 e Ë 4, LA POSTE – SA au capital de 5 364 851 364  € – 356 000 000 RCS Paris – Siège social  : 9, rue du Colonel-Pierre-Avia – 75015 Paris – –C. Villemain/20 Minutes Le matériel ne devrait pas manquer lors de la crise sanitaire. pourraient réunir jusqu’à 30 personnes, personnels des pompes funèbres compris. Pourquoi cette jauge ? « On a ainsi le moyen d’espacer les personnes pour que chacune ait les 4 m² réglementaires dans les crématoriums, qui restent ouverts », répond Annick Gueguen. Pour Noël, La Poste se plie en 4. Pour traiter les millions de colis de Noël attendus cette année, La Poste recrute 9 000 emplois saisonniers en renfort sur la fin de l’année, pour prêter main-forte sur le terrain et en bureaux de poste. Il y a d’autres changements par rapport à la période de la première vague. En mars, les professionnels enterraient avec angoisse sans masque ni gants, « Aujourd’hui, 80% des cercueils sont fabriqués en France. » Annick Gueguen, porte-parole de la CPFM mais les pénuries matérielles ne sont plus d’actualité. « Nous avons été reconnus comme profession prioritaire, se félicite Annick Gueguen. Nous sommes éligibles pour accéder aux stocks de sécurité en cas de besoin. » Aussi, les entreprises se sont organisées. « Les professionnels ont prévu un surstockage de fournitures, rassure Annick Gueguen. Aujourd’hui, 80% des cercueils sont fabriqués en France, donc la filière est réactive. Certains fabricants ont fait tourner leur entreprise parfois jusqu’à + 30%. Tout le monde a les manches retroussées et espère pouvoir faire face. » Oihana GabrielnnC u secondes.P simplifier la vie 5 Jeudi 5 novembre 2020 Abattage de visons après une mutation du virus au Danemark. Le Danemark va abattre la quinzaine de millions de visons élevés sur son territoire à cause d’une mutation du SARS-CoV-2, transmise à 12 personnes, a annoncé mercredi la Première ministre danoise. Le virus muté menace l’efficacité d’un futur vaccin pour l’homme. Feu vert pour la construction du plus long tunnel immergé. Après des années de procédures judiciaires, la justice allemande a autorisé la construction du plus long tunnel ferroviaire et routier immergé au monde. Le Femernbelt, de 18 km de long, doit relier le Danemark à l’Allemagne. LE CHIFFRE 15,5% C’est l’écart de salaire entre les femmes et les hommes en 2020 en France. Les femmes ont donc commencé, mercredi, à « travailler gratuitement » à cause de cette inégalité, selon la newsletter Les Glorieuses.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :