20 Minutes France n°3573 5 nov 2020
20 Minutes France n°3573 5 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3573 de 5 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : lutte des classes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
CULTURE BD Victime de violences scolaires au collège, Antoine Dole a créé en réaction le personnage de Mortelle Adèle La bande dessinée Mortelle Adèle est un phénomène de librairie. L’héroïne imaginative et impertinente est devenue l’icône des enfants en général, et des « Bizarres » en particulier, qui ne trouvent pas leur place dans la cour de récréation. Comme son créateur, Antoine Dole (photo). A l’occasion, ce jeudi, de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, il explique comment les héros et héroïnes de papier, de télé, de ciné peuvent aider les victimes de harcèlement. Géraldine Aresteanu 12 Jeudi 5 novembre 2020 « On est tous le bizarre de quelqu’un » Vous avez été victime de violences scolaires. Pouvez-vous en parler ? A mon arrivée au collège, j’étais petit, sensible… Et j’ai été pris en grippe par une bande de garçons qui ont décidé que j’étais leur souffre-douleur. Or, à l’époque, je n’arrivais pas à m’affirmer, et cela a duré plusieurs années. L’inconscient crée alors des tactiques de survie. Moi, ça a été un alter ego qui prenait le contre-pied de la situation. Une sorte de surmoi, nommé Mortelle Adèle. Vous avez abordé le harcèlement scolaire dans vos livres… J’ai écrit deux romans sur les violences scolaires, A copier 100 fois (Sarbacane) et En 2020, une hausse de 26% de cas de cyberharcèlement a été observée. F. Durand/Sipa (illustration) Caro/Sorge/Sipa (illustration) En tant qu’auteur, Antoine Dole veut donner aux jeunes les moyens de se défendre contre le harcèlement à l’école. Naissance des cœurs de pierre (Actes sud junior). Mais mon métier demande aussi d’aller dans les écoles pour en parler. Le harcèlement scolaire existait déjà dans les années 1990. Aujourd’hui, il est encore plus violent, car il peut continuer sur les réseaux sociaux [lire ci-dessous]. Là où je pense que nous, auteurs et autrices, avons une réponse à apporter, c’est comment nous allons nourrir et aider les enfants qui peuvent être la cible de violences scolaires. Quels outils leur donner pour comprendre qu’ils ont le droit d’exister ? Et Mortelle Adèle est l’un de ces « outils » ? Mortelle Adèle est devenue un symbole fort dans la vie des enfants, elle les a, dans un sens, libérés de ce qu’on attend d’un enfant quand il grandit. Nous recevons beaucoup de témoignages de jeunes qui se font harceler et qui répondent  : « Poussez-vous les moches. » Je trouve ça génial. On a donné aux enfants des moyens de se défendre. De Zoé Super au Manoir Croquignole, l’idée d’être « spécial » parcourt vos BD… Il est moins question de devenir super ou spécial que de se rendre compte qu’on est tous spéciaux. Mortelle Adèle rappelle qu’on est tous, un jour, le bizarre de quelqu’un. C’est le message de mes œuvres  : l’obscurité n’existe que pour nous apprendre à briller plus fort. Propos recueillis par Vincent Julé Confinés, mais aussi cyberharcelés Messages d’insultes, moqueries, diffusion de rumeurs, mise en ligne de photos ou de vidéos gênantes, incitations au suicide ou encore créations de faux profil… Le harcèlement scolaire, qui s’exerce aujourd’hui majoritairement en ligne, touche de plus en plus d’adolescents. Et les élèves de 3 e seraient les plus exposés en raison d’un taux d’équipement plus élevé dans cette tranche d’âge. L’association e-Enfance, qui gère la plateforme de signalement Net Ecoute, vient de dresser un premier bilan des tendances enregistrées à la rentrée 2020. « En un an, les cas de cyberharcèlement ont connu une hausse de 26%. La période de confinement a marqué une nouvelle ère, où le numérique s’est déployé massivement dans tous les foyers », explique à 20 Minutes Justine Atlan, directrice générale de l’association. D’après une étude réalisée par Net Ecoute avec OpinionWay, un adolescent sur dix déclare avoir été déjà victime de violences en ligne. Les raisons principalement évoquées par les victimes de cyberharcèlement sont « la jalousie ou l’envie », le physique (« apparence physique » et « look » vestimentaire) et la « vengeance ». Pour lutter contre le harcèlement, Facebook et Instagram ont décidé de « mieux accompagner » les parents. En partenariat avec e-Enfance, Génération numérique et l’Unaf (Union nationale des associations familiales), les deux plateformes vont lancer ce jeudi le « Club des parents connectés ». Hakima Bounemoura Des mots contre les maux Le harcèlement scolaire est une thématique littéraire à part entière, avec son lot de secrets, de manipulations et de souffrances. Pour Laure « Happy Manda », contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Livres, le plus noir serait Inexorable, de Claire Favan (Robert Laffont, 2018). Ce thriller psychologique place le lecteur du côté de la mère  : « On ressent ses émois, ses peurs et ses anéantissements ; nous en avons le cœur serré pour elle. » De son côté, Audrey 57 évoque l’autobiographique Gros sur le cœur, de Carène Ponte (Michel Lafon, 2018). L’autrice, elle-même un peu ronde, s’est inspirée de sa propre expérience pour en tirer un roman « qui va sûrement parler à de nombreuses jeunes filles mal dans leur peau, celles dont on se moque trop aisément à l’école ». Cette lectrice cite aussi Raisons obscures, d’Amélie Antoine (XO éditions, 2019), qui traite du harcèlement scolaire vu du côté de ceux qui ne voient rien, les familles. De son côté, la contributrice Marceline Bordier fait référence à Rattrapage, de Vincent Mondiot (Actes sud junior, 2019). Ce roman met le lecteur face à la culpabilité d’une lycéenne  : « Trop habituée au miroir des réseaux sociaux qui ont amplifié la mécanique du drame, la harceleuse a beau se repentir, elle n’arrive pas à se défaire du réflexe d’esthétiser ses actes et ses pensées. Pour le lecteur, c’est une vraie mise en garde. » Stéphane Leblanc
Vous allez sourire ! Ne recevez que des bonnes nouvelles en vous inscrivant àlanewsletter d'informations positives de 20 Minutes ! Des inspirations positives sélectionnées par nos journalistes Vos initiatives et bonnes nouvelles partagées sur solutions@20minutes.fr Des "Qui adit chez 20 Minutes" pour rigoler un peu Restes PQSITIFS : avec nous.e-d(eJi 12 PJWI 2420 o o L'élé est arrive et noire novealatier Makxreeiadalra a des erMescàs naturel. Dans usannuFa, an calée.ha au à don da Iorluo, on unur. appnrio gfarbi te crax lrala. Dites-nous ce Que vous en pensez à scdulienagœarilnutd5LIT ek sorlut ceuVerli. eleilimoomien eet MiLeine.1E1.0149.. Nos coups de coeur de la semaine Repu Eu P05111U. 0 awk (MIS L'an es : xilvû Ates drr ha Mn RI menin n clou erneliss rin lu.. sana. calèclx. dol d* douxnporle un,rd bde..irt.] g.> ran ce piratanclukkrue(halrulmelr aarla.F {.{..nen.1 iimiimommue Nos coups dec.Dur de la semaine won minutes Scannez ce code pour vous inscrire oubien rendez-vous sur 20minutes.fr/newsletters



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :