20 Minutes France n°3570ES2 23 oct 2020
20 Minutes France n°3570ES2 23 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3570ES2 de 23 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : 20 ans, ça se souffre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
J.-C. Tardivon/Sipa (archives) 20 MINUTES AVEC 66 Albert Dupontel, réalisateur du film « Adieu les cons » ##JEV#118-90-https://tinyurl.com/y5o7m22a##JEV# S’il avoue être pessimiste pour l’avenir, Albert Dupontel, le réalisateur d’« Adieu les cons », garde une foi intacte en la solidarité de la population. Albert Dupontel est un homme passionné qui cache un gros cœur derrière sa grande gueule. Un acteur et un réalisateur qui a su imposer, de film en film depuis Bernie en 1996, sa forte personnalité dans le paysage du cinéma français. A l’occasion de la sortie d’Adieu les cons, 20 Minutes a sondé l’artiste sur son inquiétude de face aux conséquences de la crise sanitaire. Pensez-vous qu’il soit vraiment judicieux de sortir votre film dans ce contexte ? En tout cas, je suis content de voir que des gens essaient de braver le Covid-19 pour retourner dans les salles. J’espère juste que les salles ne vont pas devoir fermer complètement, et pas seulement parce que ça m’arrange et que cela fait l’affaire des exploitants de cinéma. Le problème est beaucoup plus large. La culture est notre identité, et nous connaissons une vraie perte d’identité en ce moment. Il est important qu’il existe des repères culturels. Il est temps de renouer avec notre culture pendant que les films américains ne sont pas là. Comment cette situation anxiogène se retrouvet-elle dans votre film, tourné avant la pandémie ? On n’a pas attendu le Covid-19 pour que les choses aillent mal. Je montre le monde tel que je le vois, en l’enjolivant de mon mieux. Et la société actuelle n’a rien qui puisse me remonter le moral. Cela dit, je reconnais que je fais toujours un peu la même chose comme l’auteur limité et redondant que je suis. La seule chose qui change est que mes films sont de plus en plus sombres. C’est une forme « On est de moins en moins proches des autres. » d’impudeur que d’enlever mon nez rouge de clown pour me montrer à nu, sans gag et sans provocation. L’époque a changé depuis Bernie, et moi aussi. J’ai mûri. Les choses qui me faisaient rire ne m’amusent plus. C’est-à-dire ? Ce que racontait Terry Gilliam en 1985 dans Brazil, l’un de mes films fondateurs, s’est concrétisé. On est de plus en plus connectés, mais de moins en moins proches des autres. Il est difficile d’aimer et, maintenant, on ne peut même plus se toucher. Je n’aurais jamais pensé que cela irait jusqu’à ce point-là. Pourtant, tout est fou autour de moi. J’affabule dans mon film, j’en rajoute, mais je ne suis pas si loin de la réalité quand je montre, par exemple, comment mon personnage se fait virer de son travail. Je n’ai pas besoin d’inventer ce genre de choses. Elles nous sautent au visage. Comment voyez-vous le « monde d’après » ? Je suis assez pessimiste. Je crois à l’intelligence collective, à la bonté comme à l’entraide, mais ce ne sont jamais les gens qui portent ces valeurs qu’on trouve aux commandes. Ceux qui nous dirigent, qu’ils soient politiques ou religieux, nous imposent leurs ambitions et autres intérêts privés. Il va être difficile de se débarrasser de ces gens-là, car ils ont tellement noyauté les gouvernements et les administrations que je ne vois pas bien comment cela pourra être possible. Q « Je m’inclus dans les cons du titre de mon film. » 10 Vendredi 23 octobre 2020 « La société actuelle n’a rien qui puisse me remonter le moral » Quelles leçons pourrait-on tirer de cette crise ? La pandémie nous a poussés vers l’essentiel. C’est ce que j’en retiens. Comme une occasion de réfléchir et de cerner mes priorités. J’aimerais que les dirigeants aient le même raisonnement, mais je n’y crois pas. Ils sont trop centrés sur l’économie de marché pour penser à autre chose. L’individu, lui, est conscient qu’il existe d’autres urgences, mais cela ne suffit pas. Le dernier truc qui m’a mis en colère est le retour de pesticides qui tuent les abeilles. On a envie de secouer les dirigeants en leur disant  : « On a des canicules à 40 °C tous les étés et le Covid-19. Il vous faut quoi de plus pour voir qu’il est temps de faire quelque chose pour la planète ? » Cinéma Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société Le contexte Lors de cet entretien, réalisé le 12 octobre, Albert Dupontel était inquiet de savoir si son film allait pouvoir être vu dans de bonnes conditions. Puis, l’annonce du couvre-feu a été faite. Après un week-end à discuter s’il valait mieux, ou non, reporter la sortie, Adieu les cons est finalement bien sorti mercredi. C’est pour cela que vous criez « Adieu les cons » ? Je ne porte pas de jugement. Il m’est indispensable d’aimer mes personnages. Je commente ce que je vois et je m’inclus dans les cons du titre de mon film. L’important n’est pas qu’on soit con, mais pourquoi on l’est devenu et comment on peut cesser de l’être. C’est cela qui m’intéresse et que je veux continuer d’explorer tant que j’en aurai la possibilité. Propos recueillis 99 par Caroline Vié
M ON OPR1X POUSSES D'ÉPINARDS SANS RÉSIDU DE PESTICIDES BONDUELLE Bonduelle s'engage pour une agriculture responsable en vous proposant des pousses d'épinards certifiées sans résidu de pesticides. *Sans résidu de pesticides sur les matières premières (teneur inférieure à la limite de quantification de 0,00001 g/kg) * Remise immédiate en caisse sur le prix affiché. Offre non cumulable magasins ouverts le dimanche. Monoprix - SAS au capital de 78 365 04 Il Ir2 Bo:Wilde (busses D'ÉPINRIIDS SANSumpum reencime Jusqu'au ler novembre'toute autre offre ou promotion en cours. ** Le 25 octobre et 1.* novembre, uniquement pour les € -14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre - Pré-presse  : elpev POUR VOTRE SANTÉ, MANGEZ AU MOINS CINQ FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR. WWW.MANGERBOUGER.FR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :