20 Minutes France n°3568 14 oct 2020
20 Minutes France n°3568 14 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3568 de 14 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : vaccins contre la grippe, une piqûre de rappel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ACTUALITÉ cette première vldrire contre Je.tiiru. ale'vans ce. 6ir en çe ma ri. reft.. émat-nnCu secondes Dix millions d’Américains ont déjà voté à l’élection présidentielle. Plus de dix millions d’Américains ont déjà voté à l’élection présidentielle du 3 novembre, par courrier ou en vote anticipé. Selon le comptage de l’université de Floride publié lundi, le niveau de votes anticipés pour le scrutin opposant Donald Trump à Joe Biden est bien supérieur à celui de 2016. 6 Mercredi 14 octobre 2020 Emmanuel Macron attendu au rebond Covid-19 Le chef de l’Etat va s’adresser aux Français lors du journal télévisé ce mercredi Sa dernière prise de parole sur le coronavirus remonte au 14 juin. Emmanuel Macron va de nouveau s’adresser aux Français pour leur parler de l’épidémie de Covid-19, ce mercredi, dans le journal télévisé du soir sur France 2 et TF1. Le chef de l’Etat répondra, en direct depuis l’Elysée, aux questions des journalistes Gilles Bouleau et Anne-Sophie Lapix. Un format moins solennel que les discours adressés aux Français. « Rassurer les Français » Outre d’éventuelles annonces (lire l’encadré), la majorité attend du président qu’il appelle la population à modifier ses comportements, une injonction pourtant délicate car impossible juridiquement. « Les Français doivent faire attention dans leurs interactions privées, même s’ils ont du mal à l’entendre et à l’accepter », souligne la députée Modem des Hauts-de-Seine Isabelle Florennes. L’intervention d’Emmanuel Macron est aussi nécessaire pour inciter la population à respecter les restrictions déjà en vigueur, selon la parlementaire, qui dit constater trop de cas de « non-respect des mesures dans la région parisienne ». L’exercice est difficile, convient-on dans les rangs des députés, car le gouvernement ne veut pas que l’économie du pays pâtisse encore plus du coronavirus. « Emmanuel Macron doit rassurer les Français, mais aussi expliquer pourquoi les mesures sont indispensables », avance Erwan Balanant, député Modem du Finistère. Alors que les restaurateurs, les patrons de discothèque ou certains élus locaux ont mis en cause certaines décisions prises à Paris, « il faut expliquer pourquoi ces mesures ont du sens, insiste le marcheur Bruno Bonnell. Pourquoi ferme-t-on les cirques, mais pas les cinémas ? L’expliquer, c’est crucial pour que les Français acceptent et respectent ces mesures. » Laure Cometti De possibles nouvelles restrictions annoncées L’interview présidentielle pourrait être l’occasion d’officialiser de nouvelles restrictions des libertés pour enrayer la recrudescence de l’épidémie. Un couvre-feu, par exemple, comme l’envisagent certains députés marcheurs. On spécule aussi sur une possible interdiction des déplacements interrégionaux, sorte de reconfinement local pour éviter que les habitants des villes les plus contaminées diffusent le virus dans d’autres régions. Des mesures européennes efficaces ? Pandémie Nos voisins européens sont aussi touchés par un rebond épidémique. L’Espagne a opté pour des confinements localisés. Pour l’épidémiologiste Catherine Hill, cela n’est pas une solution pertinente  : « Le virus circule déjà partout, donc confiner localement les zones où le virus circule le plus ne l’empêcherait pas de circuler ailleurs. » A Berlin, Cologne et Francfort, villes allemandes dépassant les 50 cas pour T. Samson/AFP Emmanuel Macron, lors de l’allocution sur l’épidémie depuis l’Elysée et retransmise en direct à la télé, le 14 juin. 100 000 habitants, les établissements sont fermés entre 22 h ou 23 h et 6h. En Angleterre, les pubs ferment dès 22 h dans certaines zones, notamment Londres. « On limite un peu la circulation du virus, explique Catherine Hill. Mais que pèsent les interactions pendant les couvre-feux face aux étudiants se rendant à l’université ? Ça se fait en Allemagne, où l’incidence est moindre que la nôtre. En France, ça ne sert à rien. » Jean-Loup Delmas La mission d’évaluation pointe « des défauts de gestion » de la crise En juin, Emmanuel Macron avait confié à un groupe de cinq experts indépendants une mission nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise du Covid-19. Avant des conclusions plus abouties pour la fin de l’année, elle a dévoilé mardi un rapport d’étape plutôt critique. Notamment sur l’action des autorités sanitaires et de l’exécutif. « Les premiers constats de la mission mettent en évidence des défauts manifestes d’anticipation, de préparation et de gestion », écrivent les rapporteurs. « On a vu le déclin progressif du degré de priorité accordé à la prévention des pandémies entre 2010 et 2020, analyse Didier Pittet, président de la mission et épidémiologiste. Les capteurs de détection ont mal fonctionné et le coronavirus nous a pris de vitesse. Finalement, les cliniciens italiens ont permis à la France de comprendre la réalité de l’épidémie. » Même si les torts sont partagés. « Ni l’OMS, ni le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies ne reconnaissaient que le scénario d’une pandémie était probable », reprend-il. Les experts recommandent un travail sur des faiblesses structurelles  : une gestion de crise heurtée par un manque de dialogue entre les ministères, une « organisation complexe des relations entre le ministère géré par Olivier Véran et les agences et instances qui l’entourent, une difficulté d’articulation entre agences régionales de santé et préfectures ». Des conclusions qui pourraient nourrir le futur débat sur le Ségur de la santé publique, attendu à l’automne. Oihana Gabriel Un accord pour revaloriser la recherche en France. Dans le cadre du projet de loi de recherche qui vise à renforcer l’attractivité scientifique de la France, un accord sur l’amélioration des rémunérations et des carrières des chercheurs a été signé lundi entre gouvernement et syndicats majoritaires. Plus de 250 000 agents sont concernés.
Jusqu’au 18 octobre * Jusqu’à -30% ** en magasin * Le 18 octobre, uniquement pour les magasins ouverts le dimanche. ** -30% sur la palette ombre à paupières et le pinceau Monoprix Make Up. Remise immédiate en caisse sur le prix affiché. Offre non cumulable avec toute autre offre ou promotion en cours. Monoprix - SAS au capital de 78 365 040  € - 14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre – Pré-presse  :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :