20 Minutes France n°3564 7 oct 2020
20 Minutes France n°3564 7 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3564 de 7 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : néonicotinoïdes, l'exécutif rétro-pétale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CINÉMA Une note sévèrement drôle pour les parents d’élèves Comédie Camélia Jordana en maîtresse d’école et Vincent Dedienne en baby-sitteur sonnent la fin de la récré Le film Parents d’élèves fait partie de ces comédies françaises sympathiques qui flirtent avec les angoisses typiques des personnages évoqués dans leurs titres. Il y a eu Les Profs, de Pierre- François Martin-Laval (en 2013), cette fois, ce sont les parents d’élèves d’une classe de primaire, vus comme une horde féroce prête à hanter les jours et les nuits d’une institutrice accrochée d’une main à Dolto, de l’autre aux enfants de sa classe. « Menteurs névrosés » Noémie Saglio, la créatrice de la caméra cachée Connasse, a le bon ton de brosser les parents du film à la paille de fer. Il faut les voir ruer dans les brancards, à la fois « hyper investis dans la scolarité de leurs enfants », comme le souligne Camélia Jordana à 20 Minutes, et « menteurs complètement névrosés qui projettent leurs angoisses sur tout le monde et particulièrement leurs gosses », toujours ##JEV#117-74-https://tinyurl.com/y3ecw9ao##JEV# selon elle. Comme le précise encore l’actrice, la question du film est de « voir comment cet écosystème évolue » … « Comment tout cela fonctionne », traduit Vincent Dedienne, qui incarne un éternel « adulenfant », comme l’acteur qualifie son personnage de baby-sitteur L’épidémie absente du scénario Le Covid-19 est absent du film car l’épidémie ne s’était pas encore déclarée au moment du tournage. On aurait pourtant rêvé d’entendre les enfants du film se moquer  : « Haut les mains, peau de lapin, le Covid en maillot de bain. » Pour qu’il aille se rhabiller et disparaisse à tout jamais. Yalda, la Nuit du pardon s’inspire d’une vraie émission. S. Branchu/Rectangle Productions S. Jafari/JBA Production Dans le film Parents d’élèves, ces derniers sont représentés en horde féroce. Droit de vie ou de mort à la télévision iranienne Suspense Une jeune femme, condamnée à mort pour le meurtre de son mari, ne peut espérer être sauvée que par la fille de ce dernier. Mais si le pitch de Yalda, la Nuit du pardon, de Massoud Bakhshi, fait ressentir des frissons dans le dos, c’est parce que c’est au cours d’une émission télévisée que le pardon lui sera ou non accordé. Ce film très fort du réalisateur d’Une famille respectable (2012), récompensé à Sundance, propulse le spectateur sur le tournage de cette émission. Et c’est aussi dérangeant que passionnant. à la vocation de père de substitution. Et sous la baguette alerte de Noémie Saglio, cela fonctionne très bien. En tout cas dans la joie et la franche rigolade, malgré les coups tordus des uns et des autres. Quand on a un baby-sitteur comme Vincent Dedienne, un peu papa poule sur les bords, et une maîtresse comme Camélia Jordana, prête à perdre un groupe d’enfants en forêt, on peut se dire que l’année scolaire commence bien. Stéphane Leblanc Vidéo L’interview croisée de Camélia Jordana et Vincent Dedienne. « Je me suis inspiré d’une véritable émission télévisée iranienne », (« Mah-e Asal ») , explique le cinéaste à 20 Minutes. Même s’il a bien évidemment adapté la réalité pour réaliser sa fiction  : manipulées par une production soucieuse de maintenir l’audience, Maryam (Sadaf Asgari) et Mona (Behnaf Jafari), la fille du défunt, se déchirent à l’antenne. « La véritable émission parlait bien de pardon, souligne le réalisateur, mais elle ne mettait pas coupables et victimes face à face. Mais plusieurs amis m’ont dit, mi-figue mi-raisin, que je devrais déposer le concept. » C.V.L. Guéricolas/Marlyse Pre/Sipa 16 Mercredi 7 octobre 2020 La maternité et ses contradictions sans tabou Baby blues L’instinct maternel est-il inné ou acquis ? C’est la question que pose Maternal, de Maura Delpero. La réalisatrice italienne installée à Buenos Aires confronte deux jeunes filles-mères et une nonne de leur âge dans un foyer qui accueille des mamans seules et dépassées. Entre la jeune fille qui termine son noviciat et les gamines qui pensent plus à faire la fête qu’à s’occuper de leur progéniture, les relations ne sont pas toujours évidentes. Maura Delpero a donné des cours de cinéma dans l’un de ces foyers en Argentine (où l’avortement est interdit) avant d’écrire son scénario. « Cela m’a évité d’être perçue comme un corps étranger envahissant et j’ai réussi à m’intégrer dans cette communauté », explique-t-elle dans le dossier de presse. « La maternité adolescente m’a semblé être une situation extrême dans laquelle les sentiments contradictoires – que beaucoup de femmes ressentent envers la maternité et qu’elles n’osent pas avouer – sont plus évidents », insiste la cinéaste.C.V.nnru secondes Cineworld annonce la fermeture de ses salles. La chaîne britannique de cinémas Cineworld a annoncé lundi la fermeture temporaire de l’ensemble de ses salles au Royaume-Uni et aux Etats-Unis en raison du report de nouvelles sorties du fait de la pandémie. Cineworld précise que la suspension des activités débutera jeudi et concernera 536 cinémas américains et 127 britanniques. JoeyStarr jouera un prof dans une série pour TF1. Le Jaguar débarque sur TF1. Lundi, dans un communiqué, la chaîne a annoncé le lancement du tournage de la série Le Remplaçant. Une « idée originale » de JoeyStarr, où il interprétera lui-même le rôle principal, celui d’un prof de français « original et sans complaisance, que ce soit à l’égard de ses collègues ou de ses élèves ».
Eurozoom CINÉMA Le réalisateur japonais a modernisé le personnage tout en conservant ses origines manga. Le petit-fils de Lupin repart à l’aventure à fond de train Animation Takashi Yamazaki redonne de l’énergie au héros de son enfance dans « Lupin III, The First » C’est à l’âge de 9 ans que Takashi Yamazaki, réalisateur de Lupin III  : The First, a découvert le détective cambrioleur descendant d’Arsène Lupin, créé en 1967 par le mangaka Monkey Punch (lire ci-dessous). « On y voyait un personnage féminin prendre une douche, ce qui m’a marqué pour la vie, se souvient-il pour 20 Minutes en riant. Lupin lui-même est ensuite devenu l’un de mes héros favoris. » Ce n’est pas ce côté coquin qu’on retrouve dans son film, sélectionné au festival d’Annecy. Le cinéaste japonais Un héros de manga cambrioleur aux multiples identités Lupin n’est pas que le héros créé en 1905 par l’écrivain français Maurice Leblanc (1864-1941). Le gentleman cambrioleur – ou plutôt son descendant – est aussi une star de manga et de dessin animé depuis 1967, quand le mangaka Monkey Punch lui a donné une nouvelle vie, douze ans avant qu’Hayao Miyazaki s’en empare à son tour pour Le Château de Cagliostro (1979). insiste plutôt sur l’action dominant les tribulations du personnage, tandis qu’il recherche un trésor dans le monde entier. « J’ai voulu retrouver l’énergie du cinéma d’aventures des années 1980, avec beaucoup d’humour et d’action », précise-t-il. Poursuites à fond de train, évasions spectaculaires et gags bon enfant sont les ingrédients de cette fresque d’animation menée pied au plancher. Des graphismes modernisés « Mais, aujourd’hui, on ne considère plus l’animation de la même façon qu’il y a quarante ans, estime Takashi Yamazaki. J’ai donc modernisé les graphismes en prenant soin de ne pas trahir l’esprit de l’univers original. » Le but du cinéaste était d’attirer les fans, mais aussi les spectateurs qui ne connaissent pas encore Lupin  : « C’est pour cela que j’ai tenu à Ses nouvelles aventures dans Lupin III, The First, de Takashi Yamazaki, témoignent de la popularité de ce justicier, mélange de James Bond et Robin des Bois. Edgar en France Et en 2020, Lupin est toujours aussi craquant ! Pour des raisons de droits d’auteur, en France, il s’est longtemps appelé Edgar, détective cambrioleur, garder un style manga au trait et aux mouvements volontairement exagérés, tout en profitant des avantages techniques que pouvait m’apporter l’animation 3D. » Le cinéaste, également connu pour ses films en prises de vues réelles (Space Battleship en 2011 ou Kamikaze, le Dernier Assaut en 2015), a adapté le rythme de ses œuvres précédentes à Lupin  : « Le personnage n’en fait qu’à sa tête. Ce rebelle peut changer d’avis en une seconde, et je voulais que cette énergie se ressente dans la mise en scène. » Epaulé par un gang de sympathiques pieds nickelés, défié par une belle aventurière, courtisé par une charmante héritière et poursuivi par un flic résolu, le héros à la veste rouge n’a pas fini d’entraîner le public à ses trousses. Takashi Yamazaki songe déjà à un nouveau film le mettant en scène. Caroline Vié ou Edgar de la cambriole  : Monkey Punch n’ayant pas demandé aux ayants droit de Maurice Leblanc la permission d’utiliser le nom de Lupin, un accord a finalement été conclu, stipulant que ce nom ne pouvait être utilisé qu’au Japon. A la recherche d’un fabuleux trésor, il a enfin retrouvé sa véritable identité dans ce film d’animation totalement jubilatoire.C.V. R. Scuteri/AP/Sipa * 17 Mercredi 7 octobre 2020 La maladie d’Alzheimer au cœur de l’horreur Fantastique Trois générations de femmes sont réunies dans le terrifiant Relic, de Natalie Erika James. La mère (Emily Mortimer) et la fille (Bella Heathcote) se font un sang d’encre pour leur aïeule (Robyn Nevin), atteinte d’une sénilité agressive qui va en s’aggravant tout au long du film. « Ma grand-mère était atteinte de la maladie d’Alzheimer, confie la réalisatrice australienne à 20 Minutes. Son mal l’avait profondément changée, la rendant hostile comme si elle était habitée par un démon. » Le traumatisme généré par cette métamorphose lui a inspiré ce premier long-métrage angoissant, où le spectateur ne sait bien vite plus démêler la réalité des personnages des éléments fantastiques qui les terrorisent. C’est dans une antique demeure qu’elle transporte ses héroïnes, d’abord alertées par la disparition de la vieille dame, puis terrifiées par son évolution. Jouant sur les codes du cinéma d’horreur, la réalisatrice plonge les protagonistes dans un cauchemar aussi complexe que l’architecture de son décor.C.V.nnc 11u secondes Dune et The Batman reportés respectivement à 2021 et 2022. Après le nouveau report de James Bond au printemps 2021, c’est au tour de Dune de voir sa sortie reportée. Prévu pour Noël, le film de Denis Villeneuve ne devrait pas être sur grand écran avant le 1er octobre 2021. Conséquence, The Batman, qui devait, lui, sortir le 29 septembre 2021, a été reporté au 4 mars… 2022. Décès d’Eddie Van Halen, fondateur du groupe du même nom, à 65 ans. Eddie Van Halen, fondateur et guitariste légendaire du groupe Van Halen, est mort d’un cancer de la gorge, a annoncé son fils mardi soir. Figure du hard rock des années 1980, rendu populaire par son tube Jump, le groupe Van Halen avait été fondé par Eddie et son frère aîné Alex (batterie), avec le chanteur David Lee Roth. Eddie Van Halen avait 65 ans.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :