20 Minutes France n°3563 5 oct 2020
20 Minutes France n°3563 5 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3563 de 5 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : autorités de santé, une gestion à remettre en ordre ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
SPORTS Un petit point, deux ambiances Football Vite réduit à dix, avec l’expulsion de Dimitri Payet, Marseille a tenu le match nul (1-1) face à un Lyon peu spectaculaire, dimanche soir Les deux Olympiques font du surplace dans le ventre mou de la L1. Les Lyonnais n’ont pas fini de se demander comment ils n’ont pas pu remporter dimanche un choc faiblard, après avoir évolué dès la 19 e minute de jeu à 11 contre 10 (1-1). V Payet, un but et un rouge en vingt minutes. L’OM n’avait pas encore aperçu la surface d’Anthony Lopes lorsque Florian Thauvin s’est échappé sur son aile. Son joli service a profité à Dimitri Payet, auteur d’une subtile finition (0-1, 16 e). Invisible jusque-là, le capitaine olympien s’est illustré dans la foulée avec une vilaine semelle sur Léo Dubois, qui est passée du jaune au rouge après la consultation du VAR par l’arbitre Stéphanie Frappart (19 e). Le premier sentiment d’injustice (à tort) aux yeux des joueurs marseillais, neuf Ligue 1 - 6 e journée Dimanche  : Strasbourg-Lille (0-3), Lyon-Marseille (1-1), Rennes-Reims (2-2), Brest-Monaco (1-0), Metz-Lorient (3-1), Bordeaux-Dijon (3-0), Montpellier-Nîmes (0-1) Samedi  : Nice-Nantes (2-1), Lens-Saint-Etienne (2-0) Vendredi  : Paris-Angers (6-1) Classement Pts Diff. 1 RENNES 14 +7 2 Lille 14 +7 3 Lens 13 +4 4 Paris 12 +9 5 Montpellier 10 +4 6 Monaco 10 +1 7 Saint-Etienne 10 +1 8 Nice 10 -1 9 Bordeaux 9 +4 10 Marseille 9 0 11 Brest 9 -2 12 Angers 9 -7 13 Nîmes 8 +2 14 Lyon 7 +2 15 Metz 7 0 16 Nantes 5 -3 17 Lorient 4 -4 18 Strasbourg 3 -9 19 Reims 2 -5 20 Dijon 1 -10 minutes avant de concéder l’égalisation sur un penalty d’HoussemAouar à la suite d’une faute inutile (mais réelle) d’Alvaro Gonzalez sur Melvin Bard (1-1, 28 e). V Garcia toujours autant dans le dur. La présence sur le banc de Bruno Guimaraes, Memphis Depay, Moussa Dembélé et Rayan Cherki avait de quoi surprendre. Après une série de quatre (tristes) matchs sans succès, Rudi Garcia n’a pas levé les doutes sur sa capacité à relancer l’OL cette saison. Même en supériorité numérique pendant les trois quarts du match, Lyon n’a pas su tirer profit de sa domination sans partage (24 tirs à 3). Souvent sans mouvements voire sans idées, ses joueurs se sont en plus vu refuser deux buts par Kadewere (45 e) et Aouar (76 e). Ils ont même failli vivre un scénario cauchemardesque à la 71 e minute. Sur un centre de Nemanja Radonjic sans véritable danger, Thiago Mendes a failli tromper son propre gardien, Bruno Guimaraes évitant cette déconvenue ultime. V Mandanda, rempart déterminant. L’OM est déjà collectivement inquiétant à 11 depuis le début de la saison. Alors à 10, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Pour gratter un point inespéré au vu du contexte au Parc OL, Marseille a sans surprise dû compter sur un impeccable SteveMandanda. Thiago Mendes et Melvin Bard ont notamment été victimes d’épatants réflexes du taulier de l’OM (29 e et 65 e). A Lyon, Jérémy Laugier Hugo Gaston a failli tout emporter Roland-Garros Pendant deux sets, le spectacle a ressemblé à ce qu’on attendait. Des rafales de Dominic Thiem, un Hugo Gaston (239 e à l’ATP) courageux et joueur, mais un résultat inéluctable. Mais, d’un coup, on s’est réveillés à deux manches à une, dans un Central qui faisait plus de bruit à 1000 qu’il en a jamais fait dans sa vie. Sous nos yeux ébahis, un gamin A. Tarantino/AP/Sipa Gaston a rivalisé avec Thiem. J.-P. Ksiazek/AFP 14 Lundi 5 octobre 2020 SteveMandanda a été impérial et a sauvé Marseille à de multiples reprises. de 1,73 m faisait tourner en bourrique la machine autrichienne  : 55 amorties, dont 40 qui lui ont permis de gagner le point. « Depuis toujours, j’aime le petit jeu. Parfois, j’en fais un peu trop ou pas au bon moment, mais c’est super important dans ma panoplie », racontait Gaston. Il a effectivement raté les trois dernières, et ça lui a coûté le match, mais comment le lui reprocher ? « Il va donner de la joie » Deux jours après avoir battu Wawrinka, le gamin a été capable de rivaliser avec l’autre meilleur joueur du monde sur terre battue, derrière Nadal, (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3). A voir le clan de l’Autrichien bondir sur la deuxième balle de match de Thiem, on a compris que le vainqueur de l’US Open a cru qu’il y passerait. « Je ne sais pas si j’ai déjà vu un joueur avec une main pareille, estimait Thiem. S’il continue à travailler, il va donner beaucoup de joie aux gens qui viendront le voir jouer. » Dans les travées de Roland-Garros, Thierry, le patriarche, avait du mal à prendre conscience du moment  : « Je ne pensais pas qu’il pourrait fait le match qu’il a fait. Il a prouvé qu’on n’avait pas besoin de mesurer 2 m pour faire du tennis. » Julien Laloye Des renforts au PSG Alors que le mercato se termine ce lundi à minuit, Paris se montre très actif sur le marché des transferts. Dimanche, le club de la capitale a officialisé le prêt de l’attaquant italien Moise Kean. Par ailleurs, selon L’Equipe, le milieu de terrain portugais Danilo Pereira (FC Porto) devrait venir renforcer, toujours dans le cadre d’un prêt, un secteur assez peu fourni. L’ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting devrait, lui, signer au Bayern Munich.nnCu secondes Désillusion pour Julian Alaphilippe. Alors qu’il pensait avoir gagné Liège-Bastogne-Liège dimanche, le récent champion du monde a été devancé par le Slovène Primoz Roglic sur la ligne d’arrivée. Déclassé pour avoir réalisé un sprint irrégulier, Alaphilippe a finalement terminé cinquième de la doyenne des classiques. Sur le marathon, Kipchoge a enfin été battu. Invaincu depuis sept ans, Eliud Kipchoge a craqué en fin de course du marathon de Londres, dimanche. La seule défaite du Kényan remontait à Berlin, en 2013. L’épreuve a été remportée par l’Ethiopien Shura Kitata. Liverpool et Manchester United balayés. Meilleure défense de Premier League la saison passée, les Reds ont sombré, dimanche, à Aston Villa et se sont inclinés 7-2. Une autre grande équipe a pris l’eau lors de cette quatrième journée  : Manchester United, qui s’est incliné à domicile (1-6) contre le Tottenham de José Mourinho.
Deux projets de loi s’apprêtent à restreindre drastiquement la liberté de faire de la publicité. Si nous partageons l’objectif – favoriser la transition écologique et une meilleure consommation – ces projets d’interdiction nous inquiètent. La communication peut devenir le bras armé de la transition. Plus on en privera les entreprises, plus la transition aura du mal à se mettre en place. Avant d’interdire, a-t-on vérifi é que les mesures proposées auront une réelle efficacité écologique ? En publicité les interdictions sont toujours contre-productives. La publicité est faite pour promouvoir, en positif. Nul doute qu’elle puisse le faire pour la transition écologique. Elle a déjà commencé et les entreprises ne peuvent avancer dans leur transition en restant muettes  : elles doivent pouvoir rendre publics leurs offres et avantages écologiques, orienter les modes de consommation et usages des gens. Avant d’interdire, est-on sûr de disposer de l’information juste et utile qui guiderait les publics vers des choix plus écologiques ? Les entreprises travaillent à l’amélioration des dispositifs d’information sur l’impact environnemental de leurs produits pour les rendre encore plus pertinents et fi ables, et la publicité pourrait être un vecteur de diffusion très efficace de ces informations. Avant d’interdire, a-t-on réalisé l’impact économique et social ? Les mesures d’interdiction et de limitation compromettraient toute chance de reprise. Si l’on veut éviter une crise durable et son corollaire, le chômage de masse, la priorité doit être à la relance. Nous avons besoin que les entreprises commercent normalement, et donc que les gens consomment normalement. Les entreprises n’ont pas de trésors de guerre tels qu’elles puissent investir dans leur transition sans continuer à vendre, et cela n’aura pas lieu sans activer le levier de la communication. Avant d’interdire, a-t-on songé que les médias privés, nationaux ou locaux, vivaient principalement de la publicité ? Il n’existe pas d’autre système qui permette aux médias de se financer en restant accessibles. Ils ont perdu 20% de leurs ressources publicitaires en raison de la pandémie. Va-t-on leur infliger une baisse supplémentaire de 20% ? Il en va de la pluralité du paysage médiatique français, et in fine, de la démocratie. Quant à la filière Communication, c’est un écosystème de 52 milliards d’euros et 750 000 emplois (directs et indirects), constitué à 60% de TPE et PME, déjà mis à mal par la pandémie, qui risque de ne pas s’en relever. Trop d’emplois et de revenus sont en jeu, qui sont aussi ceux des acteurs de l’industrie culturelle (comédiens, auteurs, musiciens, réalisateurs, photographes, graphistes, etc). S’en prendre à elle au nom de l’environnement, alors qu’elle a depuis toujours choisi son camp et participé à la sensibilisation du public, est injuste. Avant d’interdire, a-t-on pensé aux atteintes à la liberté de commercer, d’innover, que constituent la plupart de ces mesures ? Nos voisins européens ne seront pas entravés sur leurs marchés intérieurs par de telles mesures. Les entreprises et marques françaises le paieront cher sur la scène internationale. Avant d’interdire, a-t-on songé à faire confiance à l’intelligence et au libre arbitre des gens, citoyens et consommateurs ? Loin d’être tous des surconsommateurs, chaque jour ils font leurs choix en conscience. Dénierait-on aux Français leur discernement ? Et enfin, avant d’interdire, prenons le temps d’échanger avec les parties prenantes que sont l’Union des Marques, les médias, et la Filière Communication, afi n de construire ensemble les solutions pour faire de la publicité un accélérateur de la transition. La publicité veut pouvoir faire son travail pour la transition écologique. Franck Gervais Président de l’Union des Marques =union 4:= dEis = marques Avant d’interdire tfeae±fjel, eg LA FI LJE RE COMMU ICATI ON AICC mec « 'neiii6y ØZ L FIECIC riqP,1 ; obi irepHillf I FJ PE si Mercedes Erra Présidente de l’Association pour les actions de la Filière Communication synteenuel Laurent Habib Président de l’Association des Agences-Conseils en Communication l'eI ! TU uQ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :