20 Minutes France n°3543 3 jui 2020
20 Minutes France n°3543 3 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3543 de 3 jui 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : destination patrimoine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
C. Lartige/FTV 99 20 MINUTES AVEC Stéphane Bern, animateur télé et porte-parole de la mission patrimoine « Cet été, l’occasion nous est donnée, plus que jamais, de redécouvrir les merveilles et les trésors de notre pays », assure l’animateur. A quelques heures du début des vacances d’été, Stéphane Bern a présenté mardi les 18 lieux de la mission patrimoine 2020. Cette opération (lire l’encadré) permet, avec une loterie nationale de la Française des jeux, de récolter des fonds pour la restauration de lieux patrimoniaux en péril. Comment voyez-vous cet été postconfinement ? 2020, c’est l’été du patrimoine, assurément. L’occasion nous est donnée, plus que mais, de redécouvrir les merveilles et les trésors de notre pays. Parce que les voyages à ja- l’étranger sont compliqués, parce que les touristes étran- « Mettre la fibre optique n’abîme pas les vieilles pierres. » gers n’encombreront pas les lieux, hélas, et parce que c’est l’occasion d’un tourisme patriotique, en soutien à l’économie française. La liste des lieux de la mission patrimoine est-elle une invitation au voyage ? C’est un appel, un apéritif. Il y a des lieux totalement inconnus, certains fermés au public depuis très longtemps. C’est compliqué de faire cette sélection parce qu’il faut qu’elle soit représentative de toutes les régions, y compris l’outremer, et de tous les types de patrimoine. La sélection est très variée  : il y a des ponts, des lieux du patrimoine industriel, des parcs et jardins… Mais pensez-vous que les Français vont faire leur valise pour aller visiter le séchoir à tabac de Lipsheim, parce que Stéphane Bern leur aura dit que c’était joli ? J’espère avoir un impact, oui. Que ce soit un peu ou beaucoup ou pas du tout grâce à moi, peu importe. Ce que je constate et qui me rend très heureux, c’est que, de plus en plus souvent, les gens décident de leurs lieux de vacances ou de week-end en fonction du patrimoine. Lors de la conférence de présentation, vous avez aussi appelé à ce que ces lieux, une fois restaurés, ne soient plus seulement des lieux de tourisme. Pourquoi ? Il faut assigner une seconde vocation à ces lieux pour qu’ils ne restent pas des coquilles vides. A Tréguier (Côtes-d’Armor), le cou- vent restauré va devenir un centre d’accueil pour les autistes. Et puis tous les châteaux ne sont pas Versailles, on peut modifier les lieux. Les sites patrimoniaux sont souvent adaptés pour devenir des lieux de cowor- king, parce que mettre la fibre optique n’abîme pas les vieilles pierres. Le patrimoine doit évoluer et venir au secours de la lectivité, qui évolue elle aussi. si. col- Mais il faut d’abord investir pour sauver ces lieux patrimoniaux. Or l’ambiance n’est pas aux investissements… Tout le monde sait que le trimoine peut revivifier, économiquement, les territoires, grâce à des circuits touristiques dans des villes de moins de 2000 habitants, qui concentrent l’es- pasentiel des monuments. Je suis très heureux que la SNCF soit partenaire de la mission patrimoine cette année, pour permettre au plus grand nombre d’aller visiter les lieux. On a tous des souvenirs… contrastés de visites patrimoniales quand on était enfants. Pour un coup de cœur, combien d’heures d’ennui mortel ? Il faut un accompagnement, une éducation au patrimoine, c’est évident. D’ailleurs, les Journées du patrimoine [les 19 et 20 septembre] auront cette année pour thème l’éducation. C’est tout le sens de mon travail à la télévision et de mon engagement personnel, par exemple avec l’association Les Enfants du patrimoine. Il faut absolument maintenir les sorties scolaires, parce que l’étincelle peut jaillir n’importe où, n’importe quand. 10 Vendredi 3 juillet 2020 « Le patrimoine doit venir au secours de la collectivité » « Il faut maintenir les sorties scolaires. » Tourisme Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société Le contexte Le loto du patrimoine ouvre sa troisième saison avec jeux à gratter et tirages au sort de numéros. Les tickets « mission patrimoine » seront mis en vente le 31 août. En 2019, la Française des jeux a versé un peu moins de 25 millions d’euros à la Fondation du patrimoine. Pour évoquer ces combats, vous parlez de croisade. Pourtant, vous n’êtes pas seul sur ce sujet… Aujourd’hui, mon discours est beaucoup repris, pas forcément à la télévision, où je suis un peu tout seul, avec Jean-Pierre Pernaut, à parler de patrimoine. Je suis un passeur de patrimoine, mais je ne suis pas seul, c’est vrai. Les guides-conférenciers, par exemple, qui ressortent exsangues de la crise du coronavirus, sont des relais vitaux. Il faut les aider à tout prix, pour sauver ce réseau. Propos recueillis par Benjamin Chapon 66
ErpaceTopper Maison familiale depuis 1926 e\Ti fl-RECA I PARIS Mer MM MI tals TABLES ET CHAISES DE REPAS 7J/7 À g



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :