20 Minutes France n°3542 1er jui 2020
20 Minutes France n°3542 1er jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3542 de 1er jui 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : au revoir Monsieur le Premier Ministre Edouard Philippe ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
20 Minutes ACTUALITÉ ;'.1:+. Ces photos, qui montrent des statuettes africaines proposées à la vente en France, ont servi à escroquer une victime. L’Unesco alerte sur une arnaque aux œuvres d’art Info « 20 Minutes » L’escroquerie consiste à proposer à la vente de faux biens culturels frauduleusement certifiés par l’agence Tout a commencé, fin avril, par une invitation de Samuel Eto’o, ex-footballeur camerounais, sur Facebook. D’habitude, Yolande ne répond pas à ce genre de message. « Mais mon fils, fan de foot, m’a demandé d’accepter, se désole la quinquagénaire. Il me disait  : ‘’Si ça se trouve, c’est vraiment Samuel Eto’o ! » » Ce n’était pas lui. Voilà comment, deux mois plus tard, le nom de Yolande est venu gonfler la liste des victimes d’arnaques aux fausses œuvres d’art africaines. L’Unesco alerte, ce mercredi, sur la multiplication de ces escroqueries. Ces derniers mois, cette agence de l’ONU s’est aperçue que les suspects n’hésitaient pas à utiliser frauduleusement son nom et son logo pour monter des arnaques en France. « Sur les douze derniers mois, nous avons relevé une trentaine de signalements, raconte Cédric Bourgeois, chef de l’unité d’enquête à l’Unesco. Cela représente environ un million d’euros détournés. Bien souvent, les victimes finissent par appeler le siège de l’Unesco. C’est comme cela qu’elles découvrent le pot aux roses. » Comme Yolande. « C’est quand ce faux Samuel Eto’o m’a parlé de l’Unesco que ma tête a commencé à chauffer, confirme-t-elle. J’ai voulu vérifier. » Mais le mal était déjà fait. Et cette salariée d’une compagnie d’assurances s’était déjà délestée de 6 400  € . « Il fallait simplement que je serve d’intermédiaire. » Yolande, victime Pour la convaincre, le suspect lui a servi une histoire sur mesure. Après dix jours de discussion badine sur Facebook, puis WhatsApp, il a proposé de la mettre en relation avec un de ses amis américains, collectionneur d’art. « Il fallait simplement que je serve d’intermédiaire pour l’achat de statuettes africaines… », poursuit Yolande. Le scénario était bien ficelé  : les œuvres provenaient de Magba, un village camerounais qui existe. Le chef de ce village proposait de les céder pour construire une école et un hôpital. « J’ai même reçu un coup de fil du chef du village qui m’expliquait tout ça », s’étrangle Yolande. Car, évidemment, tout était faux. En revanche, à chaque étape, la quinquagénaire française devait s’acquitter d’un versement  : 700  € pour « le rituel » permettant aux statuettes de quitter le village ; 200  € pour le transport jusqu’à l’aéroport ; 2 000  € pour les douanes… « C’est quand il m’a demandé 1 200  € Ft'sur la base d’un certificat de l’Unesco que je me suis inquiétée. » Anne-Sophie Coulbois, commissaire divisionnaire à la tête de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière, confirme que cette escroquerie est classique  : « A chaque fois, on se demande comment les gens se font avoir. Mais les escrocs sont organisés, nombreux et ils adaptent leurs scénarios en fonction des victimes. Et ils savent bien que le tampon d’une organisation officielle telle que l’Unesco sur un papier aide à convaincre. » « L’Unesco n’intervient jamais dans le commerce de collections privées. » Cédric Bourgeois, chef de l’unité enquête de l’Unesco C’est pour éviter que cela ne se reproduise que l’Unesco tire la sonnette d’alarme. « L’Unesco n’intervient jamais dans le commerce de collections privées, ni comme intermédiaire, ni comme agent certificateur », rappelle Cédric Bourgeois. Mais la combine semble prendre de l’ampleur. Il y a quelques jours, l’organisation a reçu un signalement concernant la vente de sept œuvres d’un village camerounais frauduleusement certifiées par le bureau de l’Unesco… en Inde. Vincent Vantighem 6 Mercredi 1er juillet 2020 Les soignants maintiennent la pression Manifestation « Des moyens pour l’hôpital, pas pour le capital. » Devant l’hôpital Cochin, à Paris (14 e) , quelques milliers de soignants ont de nouveau battu le pavé mardi pour faire part de leurs revendications, trois jours avant la fin du Ségur de la santé. Après le succès de leur mobilisation du 16 juin, les syndicats et collectifs hospitaliers entendaient maintenir la pression sur l’exécutif. L’annonce, par Olivier Véran, d’une enveloppe de 6,3 milliards d’euros pour la revalorisation salariale, n’a pas fait retomber la colère des soignants mobilisés. « Je veux savoir ce que j’aurai en plus sur ma feuille de paie, explique Hélène, infirmière en réanimation néonatale. Si c’est 20  € par mois, on est très loin des 300  € demandés par les collectifs. » « Ce Ségur de la santé, c’est une parodie de négociation puisque plusieurs syndicats ont quitté la table, renchérit Karine, auxiliaire puéricultrice. Après avoir lancé qu’on était des héros, ils nous traitent comme des soldats censés obéir aux ordres. » Oihana Gabrielnnu secondes Air France souhaite supprimer plus de 7 500 postes d’ici à fin 2022. Secoué par la crise du Covid-19, le groupe Air France compte supprimer plus de 7 500 postes d’ici à fin 2022, dont environ 6 500 dans la compagnie tricolore et plus de 1000 au sein de la compagnie régionale Hop !, a appris mardi l’AFP de sources syndicales. L’UE rouvre ses frontières à 15 pays, mais pas aux Etats-Unis. L’Union européenne rouvre ses portes aux ressortissants de 15 pays, dont l’Algérie et l’Australie, à partir de ce mercredi. Sont exclus de cette liste les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie de Covid-19, le Brésil, l’Inde et la Turquie, entre autres. Le Royaume-Uni parie sur les « infrastructures » pour se relancer. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a promis mardi une « révolution par les infrastructures » pour relancer l’économie du pays, frappé par la pandémie de Covid-19. Il a annoncé un plan de 5,5 milliards d’euros d’investissements dans la construction.
POUR VOTRE SANTÉ, ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRÉ, TROP SALÉ – WWW.MANGERBOUGER.FR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :