20 Minutes France n°3541 29 jun 2020
20 Minutes France n°3541 29 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3541 de 29 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : Hidalgo a remporté les municipales à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
ACTUALITÉ Des étudiants en première ligne Coronavirus De jeunes volontaires racontent leur expérience passée aux côtés des soignants pendant la crise sanitaire Aller au front sans arme, ni formation. Certains étudiants infirmiers ou à la fac de médecine se sont portés volontaires pour épauler leurs futurs collègues dans les couloirs des hôpitaux, dans les avec vous Les chiffres alarmants des Etats-Unis chambres des Ehpad, au téléphone pendant l’épidémie de nouveau coronavirus. Un plongeon précoce et singulier formateur, mais aussi délicat, expliquent des lecteurs de 20 Minutes. Thomas, 21 ans et étudiant en deuxième année de médecine à la faculté de Paris- Saclay, a voulu se rendre utile pendant l’épidémie. Sa faculté l’a mobilisé à l’hôpital de Melun (Seine-et-Marne), qui a lancé Terr-e Santé, une cellule de télémédecine consacrée au Covid-19. Il devait rappeler les patients qui sentaient leur état de santé se dégrader. Pandémie Une barre symbolique franchie. Le monde a dépassé dimanche le cap des 10 millions de contaminés au nouveau coronavirus. Mais c’est aux Etats-Unis que la situation inquiète. Le pays comptabilisait samedi 2,5 millions de contaminations et plus de 125 000 morts, ce qui en fait le pays le plus endeuillé au monde. La pandémie semblait incontrôlable en Floride, notamment, avec 9 585 nouveaux malades et 24 morts en une journée. Pour le gouverneur de l’Etat, Ron DeSantis, il y a une « vraie explosion » de la maladie chez les jeunes qui ont renoué avec les plages et les fêtes nocturnes à la faveur du déconfinement. Le retour à la vie normale dans de nombreux autres pays (comme la Corée du Sud ou le Sri Lanka) ne doit pas faire oublier que le rythme de la pandémie continue de s’accélérer  : ainsi, le nombre de cas déclarés a doublé depuis le 21 mai et plus d’un million de nouveaux cas de Covid- 19 ont été enregistrés sur les six derniers jours. N. Messyasz/Sipa « Après le concours si difficile de première année, me retrouver dans le grand bain a été une expérience très enrichissante  : j’y ai vu de nombreux bons côtés (richesse du raisonnement, de l’interrogatoire médical, confiance des patients…), mais aussi certains aspects que j’avais sous-estimés (certaines personnes minorant notre rôle, ce qui pouvait rester un peu en travers de la gorge lorsqu’on est volontaire). » Une vocation, ou pas Ilona, 19 ans, poursuit, elle, un cursus pour devenir infirmière. Elle est envoyée dans un Ehpad dès le lendemain de sa proposition d’aide. « On m’a indiqué les chambres des résidentes que je prendrai à charge pour la toilette, seule, l’aide à la prise des repas… Je n’ai pas eu de semaine d’adaptation et j’ai surtout suivi les aides-soignantes, alors que je suis J. Dessons/JDD/Sipa (illustration) ##JEV#171-54-https://tinyurl.com/y7shd7z6##JEV# étudiante infirmière. J’étais très autonome. » Ce qui l’a marquée, également, c’est l’urgence  : « J’aime prendre le temps de bien connaître les résidents avant de faire leur toilette, mais là, ce n’était pas possible. » Certains ont été choqués de voir l’état de l’hôpital public. Car, en passant de la théorie à la pratique, « j’ai pu aussi me confronter à la réalité du monde hospitalier  : peu de moyens pour le personnel qui se sent oublié, des heures de travail à rallonge, souligne Thomas. J’espère que, à l’avenir, la condition des personnels de santé sera améliorée. » De nouvelles manifestations en ce sens doivent d’ailleurs avoir lieu mardi dans 12 Lundi 29 juin 2020 Un soignant dans l’unité de réanimation de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. « Nous offrons une prime à la fidélité » Surveillant de prison L’administration pénitentiaire vient de lancer sa campagne d’information sur le concours qui aura lieu en septembre pour devenir surveillant pénitentiaire. Stéphane Bredin, le directeur, détaille le dispositif. Pour la première fois, les candidats ont le choix de postuler au concours national habituel ou à l’un des trois concours locaux que vous ouvrez en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence- Alpes-Côte d’Azur et Grand Ouest… Le concours pour devenir surveillant pénitentiaire a lieu en septembre. Jusqu’à présent, les candidats choisissaient leur affectation en fonction de leur place d’arrivée au concours. Cela conduisait un très grand nombre d’entre eux en Ile-de- France, sans qu’ils le veuillent forcément. Rapidement, ils demandaient leur mutation. Cette fois, ils pourront choisir avant le concours l’une des trois régions dans lesquelles nous avons des besoins spécifiques. Le but est d’éviter le turn-over. Pour cela, vous allez offrir une prime en contrepartie d’un engagement en poste. C’est si difficile de recruter des surveillants pénitentiaires ? Nous offrons 8 000 € aux surveillants qui s’engagent pour six ans, la moitié sera versée dès le premier mois d’affectation. C’est une prime à la fidélité. Mais je n’élude pas votre question. Notre problème d’attractivité vient de la concurrence avec les autres métiers de la sécurité. La peur des agressions est-elle présente chez les candidats ? Elle est forcément à l’esprit. Mais, sur les 60 000 détenus, on dénombre environ 600 détenus radicalisés. C’est 200 de moins qu’il y a dix-huit mois. Désormais, on sait les gérer. Propos recueillis par Vincent Vantighem toute la France. Stress, décès des patients, pénuries… Découvrir son futur métier dans des conditions aussi exceptionnelles en a refroidi quelquesuns  : « J’ai vu l’horreur, la panique pour trouver du matériel, les pleurs, la colère, déplore Suzanne, une autre volontaire. Je n’ai pas vu de gens heureux, fiers de leur métier. Je les gênais, car je ne savais encore rien faire. Je vais changer d’orientation, sauve qui peut. » Pour Thomas, en revanche, cette première expérience lui a donné envie de se « tourner vers une spécialité médicale, et non chirurgicale, car j’ai beaucoup apprécié le contact avec les patients, le côté humain du métier. » Oihana Gabriel #NousDemain, nouveau groupe politique d’ex-LREM. Le député Aurélien Taché, membre du nouveau groupe parlementaire Ecologie démocratie solidarité, et cinq autres députés ex-LREM ont annoncé la création de #NousDemain. Ce mouvement politique « humaniste, écologiste et féministe » se veut tourné vers la société civile. L’Etat reconnu responsable de la mort d’un homme à Bastia. Le tribunal administratif de Bastia a reconnu la responsabilité de l’Etat dans la mort d’un homme tué par un policier en 2016  : son arme aurait dû lui être retirée parce qu’il était suspendu de son habilitation d’officier de police judiciaire. Il s’était par la suite suicidé. Un geste de L’Oréal dans un contexte de lutte contre le racisme. « Blanc », « blanchissant », « clair » … Dans un contexte mondial de lutte contre le racisme, L’Oréal a décidé de retirer certains mots de ses emballages de produit, a indiqué le géant français des cosmétiques dans un communiqué publié samedi.
NORMANDIE, AILLEURS C’EST ICI ! PARIS-LEMONTSTMICHEL dès27 € * EN TRAIN +NAVETTE jusqu’au 27 septembre 2020. PARIS -DEAUVILLE dès15 € * EN TRAIN SANTAMONICA En vente sur OUI.sncf et en agences de voyages agréées. Deauville  : Justine Jacquemot -Santa Monica  : Béatrice Augier ÉGYPTE PARIS -ÉTRETAT dès18 € * EN TRAIN +CAR #CetEteEnNormandie jusqu’au 1er novembre 2020. Irlande Shutterstock *sur certains trains, dans la limite des places disponibles. Côte d'Albâtre  : Vincent Rustuel -Irlande  : Shutterstock Côte d'Albâtre  : Vincent Rustuel -Irlande  : Shutterstock



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :