20 Minutes France n°3538 22 jun 2020
20 Minutes France n°3538 22 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3538 de 22 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : les cinémas rouvrent leurs portes aujourd'hui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
GRAND PARIS Réouverture à l’affiche Cinéma Les salles obscures rallument la lumière ce lundi, plus de trois mois après leur fermeture Ils ont hâte. « On ne s’attendait pas à rouvrir aussi tôt, s’exclame Julie, programmatrice du 3 Cinés Robespierre à Vitrysur-Seine, dans le Val-de-Marne. A un moment, on nous parlait d’une réouverture début juillet. Donc c’est une bonne surprise, nous sommes très contents. » Après plus de trois mois de fermeture en raison de l’épidémie de coronavirus, les salles obscures rouvrent leurs portes ce lundi en Ile-de-France et dans toute la France (lire aussi p.15). Le masque « pas obligatoire » C’est à l’occasion de la conférence de presse du 28 mai, annonçant la deuxième phase du déconfinement, que le Premier ministre, Edouard Philippe, avait autorisé leur réouverture, à condition de respecter un protocole sanitaire strict. Jusqu’à présent, la capacité annoncée des salles était restreinte à 50%. Mais, dimanche, le ministre deC. Furlan/AP/Sipa Les amis et les membres d’une famille pourront rester assis côte à côte. la Culture, Franck Riester, a indiqué sur Europe 1 qu’elle pourrait aller au-delà de la demi-jauge préconisée. Les spectateurs resteront séparés par un siège, s’ils n’appartiennent pas au même groupe. C’est-à dire que couples et familles pourront rester côte à côte. « Nous aurons du gel hydroalcoolique à l’entrée, nous recommandons de porter le masque dans le hall, de préacheter ses places pour éviter de faire la queue, détaille pour sa part Julie. Par ailleurs, il n’y aura pas de nourriture en salle. Quant au masque, il n’est pas obligatoire dans la salle. Enfin, il y aura des marques par terre pour la distanciation sociale et pour organiser la queue. » « A ce stade, il n’y a pas de port du masque en salle, mais il est recommandé dans les salles d’accueil », confirme de son côté Aurélien Bosc, des cinémas Pathé-Gaumont. Les clients seront-ils au rendez-vous ? « On verra si les spectateurs viennent, mais on peut prendre le risque de rouvrir même si on tourne un peu moins, remarque Julie. L’été approche et, pour les habitants, le cinéma est important, car beaucoup ne vont pas pouvoir partir en vacances. » Romain Lescurieux 2 Lundi 22 juin 2020 Les Hauts-de-Seine se lancent dans la fabrication de visières. Un laboratoire éphémère composé de 10 imprimantes 3D pour fabriquer des visières antiprojection a été installé à l’hôtel du département des Hauts-de-Seine. Ces équipements seront réalisés au bénéfice des sites du territoire accueillant du public ou encore des établissements sociaux et médico-sociaux qui participent à la réalisation des tests PCR. Hidalgo soutient Pécresse sur l’aide à apporter aux transports. Dimanche sur Radio J, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a exprimé sa « solidarité » avec la présidente ex-LR de l’Ile-de-France, Valérie Pécresse, dans sa demande au gouvernement de compenser intégralement les pertes subies par les transports publics (2,6 milliards d’euros) à cause de la crise du coronavirus. N. Datiche/Sipa (illustration)
GRAND PARIS Une plainte contre Didier Lallement Violences policières Deux « gilets jaunes » remettent en cause la stratégie du maintien de l’ordre du préfet de police de Paris en novembre Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a-t-il engendré, par ses choix en matière de maintien de l’ordre, un climat de tension propice à l’émergence de violences lors de la manifestation organisée pour le premier anniversaire des « gilets jaunes » à Paris ? C’est ce que soutiennent deux figures du mouvement, Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche, qui ont porté plainte, jeudi, contre le haut fonctionnaire notamment pour mise en danger d’autrui et atteinte à la liberté individuelle par une personne dépositaire de l’autorité publique. « On a assisté ce jour-là à un triste condensé des méthodes de maintien de l’ordre par la préfecture de police », a déploré la jeune femme lors d’une conférence de presse organisée par l’Observatoire parisien des libertés publiques. Samedi 16 novembre, la manifestation-anniversaire, dûment déclarée, doit se dérouler en deux temps  : un rassemblement à 10 h sur la place d’Italie, puis le départ du cortège, à 14h, en direction du 10 e arrondissement. Dès la fin de matinée, les premières dégradations sont constatées, un incendie éclate au centre de la place, les pompiers peinent à y accéder. Selon les plaignants, ces violences auraient été favorisées par l’absence de dispositif policier adapté. Aucun arrêté pris Vers 13h, lorsque Priscillia Ludosky tente d’accéder à la place d’Italie, tous les axes sont bloqués alors que la manifestation est censée s’élancer une heure plus tard. Faouzi Lellouche, qui est sur place, peine à obtenir des informations. Il explique avoir reçu un premier appel à 13 h 17 lui indiquant que la « manifestation serait apparemment interdite », « Triste record historique » en Ile-de- France, prévient Valérie Pécresse Emploi Invitée du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Valérie Pécresse a annoncé dimanche qu’il y aurait « 300 000 chômeurs de plus en Ile-de- France d’ici à la fin de l’année » à cause de la crise du nouveau coronavirus. « Ça veut dire qu’on risque de dépasser le million de chômeurs, ce sera un triste record historique », a précisé la présidente (Libres !, ex-LR) de la région. L’aéronautique, l’automobile, la culture, l’événementiel font partie des secteurs particulièrement touchés cités par l’élue, qui craint qu’une deuxième vague de l’épidémie mette « vraiment l’économie de la France au tapis ». La crise du Covid-19 est « un tsunami qui emporte tout sur son passage » avec vous et entraîne, pour l’Ile-de-France, une dette de « 1 milliard d’euros de dette », à cause de la perte de recettes et l’augmentation des dépenses, a-t-elle encore dit. Sur l’ensemble de la France, l’Unédic, qui gère le régime d’assurance-chômage, anticipe la destruction de 900 000 emplois fin 2020 par rapport au 4 e trimestre 2019, ce qui entraînerait l’indemnisation de 630 000 demandeurs d’emploi supplémentaires. Le premier trimestre 2020 avait vu la destruction de 497 400 emplois dans le privé, soit une baisse de 2,5% provoquée par un effondrement de 40% de l’intérim, du fait du confinement, selon les chiffres de l’Insee. Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! paris@20minutes.fr E. Dessons/JDD/Sipa (archives) avant d’en avoir la confirmation à 14 h 27. A 15h, le préfet Lallement confirme que, en raison des « risques de violence », la manifestation est interdite et « fixée » sur la place d’Italie… mais ne prend aucun arrêté en ce sens. Cette stratégie a-telle permis de contenir les violences, comme l’affirme la préfecture, ou, au contraire, les a-t-elles attisées, comme le soutiennent les « gilets jaunes » ? Toute l’après-midi, plusieurs centaines de manifestants sont nassés sur la place alors que de violents affrontements opposent, au même endroit, des black blocs et des policiers. Si la préfecture indique que des couloirs de sortie ont été ouverts pour les manifestants, de nombreux témoignages affirment l’inverse. 3 Lundi 22 juin 2020 La plainte est centrée sur la manifestation du 16 novembre place d’Italie. La météo à Paris AUJOURD’HUI ET EN FRANCE Ce jour-là, Manuel, un « gilet jaune » de Valenciennes, sera éborgné par un tir de grenade lacrymogène alors qu’il discutait avec des amis en attendant de pouvoir quitter les lieux. « Il y a un débat nécessaire à avoir sur les méthodes que déploie Didier Lallement pour maintenir l’ordre », insiste Guillaume Martine, l’avocat des plaignants. Si la plainte est centrée sur cette manifestation, le débat porte sur la doctrine de maintien de l’ordre actuellement en œuvre à Paris et régulièrement critiquée. « Si l’enquête conclut que nasser des personnes sur une place pendant des heures est une infraction, il faudra bien modifier les méthodes », insiste le conseil. Caroline Politi DEMAIN matin après-midi matin après-midi 14 °C 23 °C 16 °C 29 °C Pas de doute, c’est l’été Des Pyrénées aux frontières de l’Est, les éclaircies s’imposent après un début de matinée très nuageux. Partout ailleurs, le soleil est bien présent, surtout près de la Méditerranée où l’on retrouve aussi le mistral et la tramontane.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :