20 Minutes France n°3534 11 jun 2020
20 Minutes France n°3534 11 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3534 de 11 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : la solidarité et après ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ « La population est effrayée » Coronavirus Trois personnes vivant la crise sanitaire depuis le Brésil racontent l’inquiétude des habitants face à la gestion de la pandémie On savait le Brésil polarisé, avec une population divisée par les inégalités et, depuis janvier 2019, par un président. Jair Bolsonaro, adoré par 30% de la population, honni par une autre partie. L’épidémie de coronavirus semble souligner encore un peu plus les oppositions. Le pays, qui compte 210 millions d’habitants, a enregistré 38 700 morts, un nombre que certains spécialistes considèrent comme sous-évalué, faute de tests en nombre suffisant. La désinformation étatique, les manifestations pro et anti-Bolsonaro laissent penser que le pays serait à un tournant. « Contrairement à ce qu’on peut imaginer, la riposte sanitaire a été bien menée, explique Christian Pouillaude, blogueur français résidant à Rio. Début mars, le ministère de la Santé a organisé un plan de lutte contre la pandémie. Le 17 mars, le confinement a Un vibrant appel à la réforme de la police Etats-Unis Devant le Congrès des Etats-Unis, le frère de George Floyd a imploré mercredi les élus d’adopter des réformes significatives pour les forces de police. Très ému, Philonise Floyd a expliqué « ne pas pouvoir décrire la douleur » ressentie en regardant la vidéo du calvaire de son frère, asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc qui s’est agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes. « Je suis ici pour vous demander de mettre un terme à la souffrance, à notre épuisement », a-t-il lancé devant une commission parlementaire qui, au lendemain de l’inhumation de George Floyd, a disséqué les raisons du drame. « S’il vous plaît, écoutez les appels qui montent de la rue, a plaidé le quadragénaire, en référence aux manifestations qui ont essaimé depuis deux semaines dans tous les Etats- Unis, les plus importantes depuis les années 1960. Honorez-les et adoptez les réformes nécessaires pour faire en sorte que les forces de l’ordre soient la solution, et non le problème. » C. Bufkens/Sipa commencé à Sao Paulo et Rio. Le masque était obligatoire à Rio avant la France ! Parallèlement, Bolsonaro sortait ses inepties. Mais, dans les faits, il laissait faire son ministre. » Depuis, deux ministres ont été remerciés, notamment pour leur opposition à la chloroquine. Et deux militaires sont aujourd’hui à la tête du ministère pour gérer la pandémie. « Les bolsonaristes ont fait du Covid une « petite grippe ». » Julia Otero, native de l’Etat de Rio Certains maires et gouverneurs d’Etats se sont opposés à Bolsonaro et ont imposé certaines restrictions. Mais jamais de sanction. Ce double, voire triple discours, a accentué la confusion. JuliaC. de Souza/AFP ##JEV#171-54-https://tinyurl.com/y7heqkhr##JEV# Otero, 35 ans, devait rentrer à Paris, où elle habite, après un séjour à Niteroi, sa ville natale dans l’Etat de Rio. Mais son vol retour du 20 mars a été annulé. Elle est donc restée brésilienne pendant cette période compliquée. « Même si les médias grand public ont fait connaître l’importance du confinement et du port d’un masque, de nombreuses personnes, en particulier les partisans du président, ont ignoré les règles, souligne-t-elle. Les fake news jouent également un grand rôle dans la désinformation  : les bolsonaristes ont fait du Covid une « petite grippe » et ont fait croire qu’elle avait été propagée par les médias traditionnels. » 6 Jeudi 11 juin 2020 Le pays d’Amérique du Sud compte plus de 38 000 morts liées au Covid-19. Malgré les critiques, l’exécutif veut prolonger l’interdiction de manifester Etat d’urgence Le « en même temps » existe aussi en matière d’état d’urgence sanitaire. Ce régime juridique d’exception, adopté le 23 mars en pleine épidémie de coronavirus, donne le droit au gouvernement d’interdire des déplacements, rassemblements, et de faire fermer certains établissements. Il sera levé Le projet de loi instaure une période de transition jusqu’au 10 novembre. le 10 juillet, a annoncé l’exécutif mercredi, mais certaines interdictions perdureront, notamment celle de manifester. Le nouveau projet de loi présenté en Conseil des ministres instaure en effet une période de transition de quatre mois, jusqu’au 10 novembre. « Une réponse graduée » L’annonce a fait bondir plusieurs associations et syndicats. « Nous exigeons du gouvernement le respect immédiat de ce droit », écrivent une vingtaine d’organisations, dont la CGT ou la Ligue des droits de l’homme, dans un communiqué. « L’urgence sanitaire ne justifie en rien la confiscation de la démocratie d’autant plus lorsque des choix sociétaux sont imposés par la période », dénoncent-elles, alors qu’une mobilisation pour les soignants et l’hôpital est prévue mardi. « La sortie de l’état d’urgence sanitaire ne peut être sèche, il faut une réponse graduée », justifie Marie Guévenoux, députée LREM de l’Essonne et future rapporteuse du projet de loi à l’Assemblée. Même si la situation sanitaire s’améliore, notre pays n’est pas sorti de l’épidémie de Covid-19. » Laure Cometti A Sao Paulo, l’Etat le plus peuplé et principal foyer de contamination, les commerces ont rouvert début juin. Les églises aussi. Des décisions inquiétantes alors que le géant sud-américain est le deuxième pays au monde en nombre de contaminations, et le troisième le plus endeuillé. « La majorité de la population est effrayée  : les hôpitaux sont remplis, les cimetières au bord de la saturation », raconte Augusta Lunardi, journaliste brésilienne à Sao Paulo. Alors que Bolsonaro nie toujours la mortalité élevée de la pandémie, une étude de l’université de Washington prévoit 125 000 décès d’ici le mois d’août. Oihana Gabriel Le défenseur des droits ouvre une enquête sur l’affaire Gabriel. Mercredi, le défenseur des droits a ouvert une enquête sur l’arrestation du jeune Gabriel, 14 ans. Ce dernier accuse des policiers de l’avoir frappé et grièvement blessé à l’œil lors de son interpellation à Bondy (Seine-Saint-Denis), dans la nuit du 25 au 26 mai. Blanquer espère un allégement du protocole sanitaire à l’école. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dit espérer mercredi soir sur RTL qu’un allégement du protocole sanitaire sera décidé vendredi lors d’un conseil de défense. « Je suis le premier à le souhaiter », a-t-il expliqué. Deux nouveaux cas de Covid-19 à bord du Charles-de-Gaulle. Deux mois après une épidémie qui avait touché plus de mille marins, deux nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés parmi des marins du porte-avions français Charlesde-Gaulle, a indiqué mercredi la préfecture maritime de Toulon.
À VILLIERS- SUR-MARNE (94) GRANDE OUVERTURE À PARTIR DU 15 JUIN COUP DE CŒUR GARANTI ! VILLIERS RÉSIDENTIEL JUSQU’À 6 000 € D’ÉCONOMIE (1) ESPACE DE VENTE  : 2, av. des Marronniers - 94350 Villiers-sur-Marne Sur rendez-vous à partir du lundi 15 juin jusqu’au jeudi de 14h à 20h. Vendredi et samedi de 10h30 à 12h30 et de 14h à 20h. Dimanche de 14h à 20h. CRÉATEUR DE BELLES RÉSIDENCES UN EMPLACEMENT IDÉAL EN CŒUR DE VILLE POUR BIEN VIVRE Un emplacement d’exception au coeur d’un environnement pavillonnaire. Tous les commerces et services sont facilement accessibles à pied dans un rayon de 7 minutes **. La gare RER E, à 3 min **, permet de rejoindre facilement Paris-Saint-Lazare. Les appartements s’ouvrent sur une terrasse ou un balcon par de larges baies vitrées. Studio  : 121 000 € 119 000 € * 2 P.  : 203 000 € 199 000 € * 3 P.  : 259 000 € 253 000 € * COVID-19  : Nos mesures sur promogim.fr/covid-19 01 60 79 83 83 PRIX.PROMOGIM.FR PROMOGIM, SAS au capital de 10 000 000 € RCS Nanterre 308 077 080 - Illustration à caractère d’ambiance. *Prix à partir de - Remise exceptionnelle incluse - Offre valable pour les réservations effectuées du 15 juin au 31 juillet 2020, dans la limite des stocks disponibles - TVA 20% - Hors parking - Valeur 05-2020. **Source Google Maps. (1) Remise exceptionnelle valable pour les réservations effectuées du 15 juin au 31 juillet 2020 sur le prix TTC (TVA 20%), de 2 000 € pour un Studio, de 4 000 € pour un 2 Pièces et de 6 000 € pour un 3 Pièces - Offre valable sur une sélection de résidences et de lots, dans la limite des stocks disponibles, non cumulable avec toute autre offre tarifaire en cours.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :