20 Minutes France n°3533 10 jun 2020
20 Minutes France n°3533 10 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3533 de 10 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : une lutte au quotidien contre les violences policières.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ACTUALITÉ La police en flagrant déni ? Racisme Le travail engagé contre les discriminations reste très parcellaire Le ministre de l’Intérieur a souhaité être « ferme ». « Le racisme n’a pas sa place dans notre société, et encore moins dans notre police républicaine (…) Il faut le traquer et le combattre de toutes nos forces », a déclaré Christophe Castaner lundi lors d’une conférence de presse. Ces dernières semaines, plusieurs affaires révélées dans la presse ont mis en cause des policiers soupçonnés d’avoir tenu des propos racistes. Mais comment les forces de l’ordre appréhendent-elles ce sujet ? Pour Jérémie Gauthier, sociologue à l’université de Strasbourg, bien que la France ait « tardé » à s’emparer de ces questions, la situation a évolué depuis une dizaine d’années. « L’Etat a été condamné en 2015 par la cour d’appel de Paris pour des contrôles d’identité jugés discriminatoires, les mobilisations dénonçant des dérives policières ont acquis une audience accrue. L’institution a donc été contrainte à infléchir son discours. » Mais le travail engagé reste selon lui « ambigu » et « incomplet »  : « Le politique dénonce des dérives d’individus qualifiés de « brebis galeuses » et continue de ##JEV#36-254-https://tinyurl.com/ycxv26ev##JEV# nier la responsabilité de l’institution. » Ce « déni » s’inscrit dans l’histoire de la police, selon Catherine Wihtol de Wenden, coautrice de Police et discriminations raciales, le Tabou français (éd. de l’Atelier). « A travers nos enquêtes, on a pu relever qu’une culture raciste ou un racisme diffus s’exprimaient au sein de la police. Une culture héritée de la guerre d’Algérie avec une Edouard Philippe tente d’apaiser la polémique Le Premier ministre, Edouard Philippe, a cherché mardi à calmer la polémique qui enfle sur les violences policières. A Evry (Essonne), il a reconnu que l’émotion était « très légitime » après la mort de George Floyd. Edouard Philippe a souligné que la mission des policiers et gendarmes était « redoutablement difficile ». « Nous leur devons respect et confiance », mais « nous avons également un devoir d’exigence [vis-à-vis de la police]. » La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le 3 juin à Paris. I. Harsin/SipaC. Ena/AP/Sipa Des affaires récentes ont mis en cause des policiers soupçonnés de racisme. approche qui consiste à considérer que les gens « visibles » sont des gens dangereux. » « Des sanctions nécessaires » Pour autant, des leviers d’action existent. Lors de sa conférence de presse, Christophe Castaner a demandé que la suspension soit « systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré » de racisme dans les forces de l’ordre. Des sanctions nécessaires, juge Patrice Bilgorai, de la Licra  : « Quand des comportements tombent sous le coup de la loi, je ne vois aucune raison pour laquelle les policiers ou gendarmes seraient absous. Le racisme n’est pas une opinion mais bien un délit. » Hélène Sergent « Belloubet n’aurait pas dû intervenir » Affaire Adama Traoré Lundi, les proches d’Adama Traoré ont annoncé avoir été contactés par le ministère de la Justice « pour échanger » sur l’enquête en cours après la mort de l’homme en 2016. Céline Parisot (photo), secrétaire générale de l’Union syndicale des magistrats, réagit à cette intervention. Que pensez-vous du fait que le président de la République demande à une ministre de se pencher sur le dossier Adama Traoré ? C’est très gênant. Se pencher sur un dossier, cela veut dire intervenir sur USM un dossier. Or c’est interdit par le Code de procédure pénale. Quel est le risque d’une telle intervention ? Que cette intervention se transforme en une pression plus ou moins franche sur le fonctionnement de la justice. Mais que pouvait faire Nicole Belloubet après la demande d’Emmanuel Macron ? Refuser. Elle n’aurait pas dû intervenir dans cette affaire. Le président de la République feint d’ignorer la séparation des pouvoirs en disant que les conditions sont telles qu’elles justifient son intervention. Mais c’est faux. Propos recueillis par Vincent Vantighem 8 Mercredi 10 juin 2020 Lydie Logé, la victime oubliée de Fourniret ? Enquête Elle a disparu juste après avoir acheté un sapin de Noël. Les cadeaux étaient encore dans le coffre de sa voiture. Les clés sur le contact. Ce 18 décembre 1993, à Saint- Christophe-le-Jajolet (Orne), personne n’a vu Lydie Logé disparaître. Près de trente ans après, l’enquête pourrait connaître un nouveau tournant. Selon nos informations, la Cour de cassation a décidé, mardi, de transférer le dossier du tribunal de Caen (Calvados), où il était instruit, à Paris. Tout simplement pour le confier à la juge Sabine Khéris, devenue en quelques années la spécialiste des affaires sur lesquelles plane l’ombre de Michel Fourniret. Après avoir obtenu des aveux dans les dossiers de Joanna Parrish, de Marie-Angèle Domèce et, plus récemment, d’Estelle Mouzin, la magistrate a de bonnes raisons de penser que « l’Ogre des Ardennes » est également derrière la disparition de Lydie Logé, 29 ans à l’époque des faits. Sabine Khéris devrait convoquer rapidement Michel Fourniret pour lui signifier sa mise en examen. Vincent Vantighem Le président burundais est mort à l’âge de 55 ans. Pierre Nkurunziza, le président du Burundi, est décédé lundi à l’âge de 55 ans des suites d’un arrêt cardiaque. Il s’apprêtait à quitter le pouvoir après quinze années à la tête du pays marquées par une crise politique meurtrière et l’appauvrissement de sa population. Jacques Mariani mis en examen. Figure du banditisme corse, Jacques Mariani a été mis en examen lundi dans l’enquête portant sur les tentatives d’évasion de prison du braqueur Redoine Faïd, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Les faits reprochés auraient été commis dans le courant de l’année 2017 alors que Jacques Mariani était en état de récidive légale. LE CHIFFRE 15 milliards d’euros. C’est le montant du plan de soutien à la filière aéronautique, touchée par la crise du coronavirus, que le gouvernement a dévoilé mardi.
Pour réaliser un cocktail en toute simplicité, ajouter du tonic et une fraise. Une nouvelle recette créative, à base d’Absolut vodka et de véritable jus de fruits. À déguster très frais avec du tonic. Monoprix – SAS au capital de 78 365 040 € - 14-16, rue Marc Bloch – 92110 Clichy – 552 018 020 R.C.S. Nanterre. – – Pré-presse  : L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA S ANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :