20 Minutes France n°3533 10 jun 2020
20 Minutes France n°3533 10 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3533 de 10 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : une lutte au quotidien contre les violences policières.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CULTURE Documentaire La série « The Chef in a Truck » débarque ce mercredi sur Netflix Pour les légendes complètes  : https://www.carrieres-lumieres.com/fr/dali-lenigme-sans-fin ; Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, ADAGP 2020 6 MARS 2020 – 3 JANVIER 2021 UNE CRÉATION GIANFRANCO IANNUZZI - RENATO GATTO - MASSIMILIANO SICCARDI AVEC LA COLLABORATION MUSICALE DE LUCA LONGOBARDI 16 Mercredi 10 juin 2020 Un chef bat le pavé loin de son palais On le sait, la gourmandise n’est pas un vilain défaut. Avec « The Chef in a Truck », elle est une source d’inspiration. « J’ai toujours voulu développer un projet autour de la gastronomie, témoigne Eric Nebot, réalisateur de la série documentaire en six épisodes disponible sur Netflix, ce mercredi. Sur ce sujet, il n’y a que L’Aile ou la Cuisse et Ratatouille qui soient en partie pertinents. » « J’ai voulu mettre en place un dispositif cinématographique. » Eric Nebot, réalisateur En 2018, les desserts de François Perret, chef pâtissier du Ritz Paris, tapent dans l’œil d’Eric Nebot, à Los Angeles. « J’avais fait la liste à ma sœur de tous les gâteaux que je voulais, afin qu’elle les commande », précise-t-il. Wild Bunch Distribution A Los Angeles, le chef pâtissier François Perret s’essaie au food truck. Puis, le réalisateur remercie François Perret, via Instagram. « Il me disait que c’était aussi beau que bon, se souvient le chef. On a commencé à échanger et, quelques mois plus tard, il me proposait cette idée un peu folle. » Une idée un peu folle ? « J’avais envie de parler de son processus de création et de la manière dont il pourrait être capable de générer les mêmes émotions dans un cinq-étoiles à Paris que dans un food truck à Los Angeles », précise Eric Nebot. Finie l’idée de fiction, le projet devient une série documentaire. Elle montrera François Perret créer hors de son confort habituel, en Californie, avec deux commis. Il y rencontre des producteurs de miel, des vendeurs de tacos ou de cookies, dont il doit s’inspirer pour composer la carte de son propre food truck et appâter les clients. « Cela m’a prouvé que la pâtisserie n’avait pas de frontières, que le sucre met tout le monde d’accord », se rappelle le chef pâtissier. A croquer, en vrai ! Le S’more, le taco, le cookie et le carrot cake que crée François Perret dans la série documentaire sont en vente au comptoir de pâtisseries du Ritz, 15, place Vendôme, Paris 1 er. Alors que le concept laisse entrevoir un format de téléréalité, le résultat est tout autre. « J’ai voulu mettre en place un dispositif cinématographique, souligne Eric Nebot. Suivre le chef comme un personnage, à la première personne. Puis, tout à coup, il se produit des événements qui font que le dispositif de tournage entre dans le story-telling. » Parmi les scènes marquantes, celle où le chef Perret apprend que son commis a perdu un sac de provisions. « Je ne comprends pas pourquoi il était agacé, se remémore le réalisateur. Quelques mois plus tard, il me dit qu’il était comme un peintre auquel on avait retiré sa palette de couleurs. » Ce coup de gueule, qui apparaît dans le montage final, démontre que si la pâtisserie est tout un art, ce n’est pas de la tarte. Fabien Randanne
17 CULTURE Mercredi 10 juin 2020 Dylan Minnette et Katherine Langford dans la série. Les fans en perdent la raison Série Netflix a dévoilé vendredi la quatrième et dernière saison de « 13 Reasons Why », qui avait fait l’événement en 2017 Cette fois, c’est vraiment fini. Les fans éplorés et éprouvés de « 13 Reasons Why » peuvent désormais goûter une paix méritée. Netflix a dévoilé la quatrième et dernière saison de la série qui, en 2017 à son lancement, avait créé l’événement. A l’époque, cette série, adaptée d’un roman, avait suscité un débat passionné sur la mise en scène et en image de suicides d’adolescents. Accusée d’esthétiser le geste de son héroïne posthume, la série n’a, par la suite, jamais cessé d’aborder des problématiques tragiques  : viols, harcèlement, addictions, maladies mentales… « La descente aux enfers de Clay était logique et humaine. » Céline Au point de lasser certains fans des débuts. « J’ai lu le livre à l’origine de la série, raconte Nicolas, internaute interrogé par 20 Minutes. La saison 1 était brillante, mais Netflix a voulu trop en faire par la suite, et la série perd tout son charme et tout son but dénonciateur. Mais on s’attache quand même aux personnages. » Céline est moins dure  : « Il y a eu quelques essoufflements au fil des saisons, mais en aucun cas, je ne me suis lassée. La saison 4 ferme le chapitre lycée et c’est très bien. Les saisons 3 et 4 étaient utiles. La descente aux enfers de Clay était logique et humaine. » Cette « descente aux enfers » et la fin très dure de certains personnages ont cependant suscité une nouvelle controverse. Le destin tragique, et la mort par maladie d’un des personnages principaux ont été perçus par certains comme du voyeurisme et de l’acharnement. « C’est devenu un pur teen show dramatique », se lamente Ludovic. Pour autant, de nombreux fans sont restés fidèles à « 13 Reasons Why » au-delà de l’histoire d’Hannah, qui était au centre de la saison 1. « Cette série ne me déçoit jamais, explique Amance. Elle réussit à appuyer là où ça fait mal. Je suis consciente que certaines scènes peuvent déranger, mais ce qui se passe peut arriver à n’importe qui. Cette série peut permettre à beaucoup de personnes de se rendre compte qu’elles ne sont pas seules. » Cette vertu pédagogique de la série est la plus discutée parmi les fans. Certains pensent que l’outrance de « 13 Reasons Why » a fait son temps. « Il y a d’autres excellentes séries d’ados qui abordent les mêmes thèmes, comme « Euphoria » et « Skam » », explique Nicolas. Eglantine, fan des deux premières saisons, a elle aussi apprécié « Euphoria » et « Sex Education » dans des registres différents  : « Voir les dessous des apparences des personnages adolescents. » Benjamin Chapon avec vous Netflix EMBARQUEZ POUR UNE AVENTURE FANTASTIQUE ! EN DVD, BLU-RAY ET 4K UHD 2019 Universal Studios. Tous droits réservés.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :