20 Minutes France n°3531 5 jun 2020
20 Minutes France n°3531 5 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3531 de 5 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : le défi de vivre sans règles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ Enquête Sous pilule, les règles ne sont pas utiles. Pourtant, de nombreuses femmes tiennent à saigner Ne plus avoir ses règles, c’est possible. Il n’y a même aucune contre-indication médicale à les supprimer par une contraception en continu, d’autant que les règles sous pilule sont généralement inutiles (lire ci-dessous et ci-contre). Alors pourquoi les femmes sous pilule acceptent-elles encore de saigner tous les mois ? Et ce n’est pas comme si elles n’en souffraient pas. Selon un sondage YouGov* pour 20 Minutes, 33% des femmes non ménopausées ont des menstruations assez douloureuses, voire très douloureuses (12%). ##JEV#145-83-https://tinyurl.com/y72mpa9l##JEV# 4 Vendredi 5 juin 2020 La vie sans règles peine à se concevoir Seulement 30% des femmes ont déjà supprimé ou décalé leurs écoulements mensuels. Pour Julie Ancian, sociologue à l’EHESS qui a mené cette enquête en partenariat avec 20 Minutes, l’analyse de 350 témoignages adressés à notre publication et d’entretiens approfondis avec des femmes ayant supprimé leurs règles complète ces résultats  : « Ces femmes désignent sans équivoque leurs règles comme un fardeau, voire un enfer. » Et pourtant, seules 35% des femmes non ménopausées aimeraient ne plus avoir de règles. Et seulement 30% des femmes, ménopausées ou non, ont déjà volontairement supprimé ou décalé leurs écoulements mensuels. S. Pouzet/Sipa Les « règles » qui se produisent quand on prend la pilule n’en sont pas réellement. Elles peuvent être supprimées. Les règles, c’est gênant, mais c’est inévitable, pensent beaucoup de femmes  : 42% de celles que nous avons sondées jugent plutôt inconcevable ou tout à fait inconcevable de les supprimer grâce à la contraception hormonale. Pour être en bonne santé, il faudrait même saigner. « Le corps ne se «nettoie» pas », s’inquiète Marie, dans l’appel à témoignages lancé par 20 Minutes. « L’idée que le sang puisse s’accumuler de manière pathologique appartient à une antique représentation du corps, la conception humorale, qui a toujours cours », explique l’anthropologue Emilia Sanabria. Avoir ses règles est aussi associé à une certaine image de la féminité. « A la suite de la pose d’un implant contraceptif, je n’ai plus eu de règles pendant cinq ans. J’ai fini par ne plus me sentir «normale», », rapporte Manon. « L’idée que c’est normal d’avoir mal pendant ses règles est très prégnante dans la société », observe la sociologue Julie Ancian. D’autant qu’à peine 15% des femmes interrogées se sont vu proposer par un médecin généraliste ou un gynécologue la possibilité de supprimer leurs règles. « Pour mon gynéco, une femme DOIT avoir ses règles pour être en bonne santé », témoigne Camille. « C’est lié au type de formation, estime le médecin et essayiste Martin Winckler. Pour renouveler un mode de pensée, cela demande beaucoup de temps. » Aude Lorriaux * Etude YouGov RealTime réalisée du 30 septembre au 9 octobre 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 2 104 adultes françaises, selon la méthode des quotas. « Il n’y a pas d’impact sur la santé ou sur la fertilité » Une contraception en continu est-elle plus risquée qu’une pilule classique, avec un arrêt de sept jours par mois ? Il n’existe pas, aujourd’hui, d’étude de très grande ampleur sur la question. Il est par ailleurs très difficile de porter un jugement global sur le sujet, car différents types de pilule peuvent être pris en continu. Ce que l’on peut affirmer, c’est que les études disponibles sur les patientes qui ont supprimé leurs règles pendant plusieurs mois n’ont pas fait ressortir de risques particuliers pour la santé, par rapport à une prise classique. « Il n’y a pas d’impact sur la santé à ne pas avoir ses règles, et pas d’impact sur la fertilité », affirme à 20 Minutes Isabelle Yoldjian, cheffe du pôle endocrinologie à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. De plus, « quand on prend une contraception en continu, on a beaucoup moins de risques [de tomber enceinte] », ajoute Brigitte Letombe, professeure au CHU de Lille et membre de la commission orthogénie du Conseil national des gynécologues. Pas sans inconvénients La contraception hormonale en continu a un autre avantage certain, et là aussi bien documenté  : elle réduit les symptômes associés aux règles (migraines, douleurs, kystes ovariens, démangeaisons génitales...). Ce qui ne veut pas dire que la contraception hormonale en continu est sans inconvénients. Certaines femmes rapportent des ballonnements, ou une tension plus grande des seins. Une légère prise de poids peut être notée chez une part infime de femmes. Il est également possible que certaines femmes qui ont une contraception hormonale en continu aient ce qu’on appelle des « spottings », soit des petites taches de sang qui se déclarent de manière impromptue. Mais ces taches tendent à disparaître, pour celles qui prolongent l’expérience. A.L. Illusion volontaire Les saignements sous pilule ne sont pas de vraies règles, en ceci qu’elles ne sont pas liées à une ovulation. Pourquoi alors avoir créé ces fausses règles ? Pour le comprendre, il faut revenir aux années 1960 et s’imaginer une société où l’idée d’offrir la possibilité aux femmes de contrôler leur sexualité n’était pas bien vue de tout le monde. Fervent catholique, John Rock, cocréateur de la pilule avec Gregory Pincus, avait ainsi à cœur de convaincre les autorités religieuses d’autoriser la pilule. Parmi les raisons qu’il invoque, dans un livre publié en 1963, pour justifier la pilule auprès de l’Eglise, il y a celle-ci  : la pilule ne change pas le cycle « naturel » des femmes. Mais, rectifie l’historienne Margaret Marsh, biographe de John Rock, il s’agit d’une réécriture de l’histoire. « Quand Rock a accepté l’idée de Pincus d’essayer de simuler le cycle mensuel, l’Eglise catholique n’avait rien à faire là-dedans », affirme-t-elle. D’autres raisons expliquent ce choix initial, comme le fait que les doses d’hormones étaient à l’époque beaucoup plus élevées, ce qui n’était pas sans conséquence sur les utilisatrices, qui se plaignaient de divers symptômes proches de l’état de grossesse. Provoquer ces fausses règles était donc une façon pour les concepteurs de la pilule de limiter la prise d’hormones et les symptômes associés. Et surtout de rassurer les utilisatrices inquiètes d’être enceintes. Cet argument semble obsolète, le dosage étant aujourd’hui 100 à 1000 fois moins important qu’avant. A.L.
Système Rapido , couchage 140, matelas 17 cm HR 30 kg/m 3, sommier lattes de bois, coffre de rangement, plus de 50 coloris. L172 x P95 x H90, présenté en tissu Falcon (100% polyester), fabriqué à la main en Italie. Prix hors livraison. Ecopart. 11 € incluse. Système Rapido , entièrement déhoussable, couchage 140 lattes de bois, matelas 17 cm HR 30 kg/m 3, range-oreillers, 2 coussins déco assortis, nombreux coloris. L173 x P91 x H90, pieds alu ou bois, présenté en tissu Calipso 24 (54% PL 46% PP), fabriqué à la main en Italie. Prix hors livraison. Ecopart. 11 € incluse. www.topper.fr Canapé-lit Topper Edition 1100  € Canapé-lit Topper Sofa Bed 1190  € CANAPÉS, LITERIE, MOBILIER  : 3000 M 2 D’ENVIES ! Photos non contractuelles Photos non contractuelles Photos non contractuelles Canapé-lit Topper Duo couchage 140, matelas 13 cm HR 30 kg/m 3. 1390  € Sytème Rapido , LE PLUS GRAND ESPACE CANAPÉS-LITS À PARIS Tous nos canapés-lits sont avant tout des lits canapés, équipés de matelas de 13 ou 17 cm, de sommiers métalliques ou à lattes de bois. Distributeur offi ciel Diva, Steiner, Duvivier, Milano Bedding... Photos non contractuelles Canapé-lit The Topper pieds bois, présenté en tissu Matrix Lime 11 (100% polyester). Fabriqué à la main en Italie. Prix hors livraison. Ecopart. 11  € incluse. 1090  € L175 x P92 x H85, PARIS 12 e 7J/7 10H - 19H 54 cours de Vincennes, 01 40 21 87 53, M° Nation L170 x P95 x H91, présenté en tissu Linea 15 (100% polyester), fabriqué à la main en Italie, nombreux coloris. Prix hors livraison. Ecopart. 11  € incluse. Système Rapido , couchage 140, matelas 13 cm HR 30 kg/m 3, plus de 50 coloris. PARIS 15 e 7J/7 9H30 - 19H30 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40, M° Javel ou Boucicaut Canapés fixes, literie, armoires lits, dressings, gain de place, mobilier contemporain  : toutes nos adresses sur www.topper.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :