20 Minutes France n°3529ES8 28 mai 2020
20 Minutes France n°3529ES8 28 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3529ES8 de 28 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : durent, durent les tractations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ L’Assemblée favorable à StopCovid Appli Mercredi, l’Assemblée nationale a voté assez largement (338 pour, 215 contre et 21 abstentions) pour la mise en place de l’application de smartphone StopCovid. Cet outil de traçage numérique, qui pourrait être téléchargeable dès ce week-end, est censé aider à lutter contre l’épidémie, mais est décrié pour ses atteintes aux libertés individuelles. « Toutes les garanties ont été prises pour que la vie privée des Français ##JEV#144-84-https://tinyurl.com/y8yud9ap##JEV# soit respectée », a assuré la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, en ouverture des débats. Le « numérique peut nous aider encore davantage », a lancé le ministre de la Santé, Olivier Véran, aux députés qui débattaient de cette application. A gauche, l’insoumis Jean-Luc Mélenchon a mené la charge contre un projet « inefficace », faute de smartphones chez une large part des personnes âgées, et « dangereux » car s’introduisant dans la sphère intime. Malgré 66 morts en un jour, la baisse se poursuit en réanimation. L’épidémie de coronavirus a fait 66 nouveaux décès en vingt-quatre heures en France, selon la direction générale de la Santé. Mercredi, 1 501 malades grièvement touchés étaient en réanimation, soit 54 de moins que la veille. Depuis début mars, le Covid-19 a tué 28 596 personnes. 4 Jeudi 28 mai 2020 Pour certains, c’est le Covid sans fin Coronavirus Des patients se plaignent de la maladie plusieurs semaines après les premiers symptômes Etre malade du Covid-19. Guérir. Puis en développer à nouveau les symptômes. Sur Twitter, l’apparition des hashtags #aprèsJ20 et #aprèsJ60 a ouvert un espace de parole sur lequel nombre de patients partagent leur désarroi. Selon une étude menée par le King’s College London, environ 5% des patients ressentent encore les symptômes de la maladie un mois, voire près de trois mois après l’apparition des premiers symptômes. Cela signifie-t-il que l’on peut attraper le coronavirus une deuxième fois ? « Aujourd’hui, on voit en consultation de plus en plus de patients, notamment des femmes jeunes en bonne santé, qui ont développé des symptômes compatibles avec le Covid-19 et qui s’adressent à nous parce que, trente à quarante-cinq jours plus tard, elles se plaignent à nouveau de ces symptômes », confirme le D r Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). « Avoir des symptômes dans un délai de trois mois n’est pas anormal. » Benjamin Davido, infectiologue Comment expliquer que la forme bénigne de la maladie, censée guérir le plus souvent en deux semaines, puisse durer davantage ? « Dans 90% des maladies virales, les patients guérissent dans un délai de quinze jours à trois mois, explique le D r Davido. Avoir des symptômes persistants du Covid-19 pendant ce délai n’est pas anormal. » Baleydier/Sipa De plus en plus de jeunes femmes en bonne santé décrivent des symptômes persistants du Covid-19. L’hypothèse la plus probable pour ces patients bénins décrivant un « Covid sans fin » serait celle d’un « dérèglement du système immunitaire, que l’on n’observe pas vraiment chez ceux qui ont développé des formes graves, assure le D r Davido. Après le déconfinement, ces patients pourraient avoir été de nouveau en contact avec le virus et avoir développé de nouveau les symptômes, parce que la réponse immunitaire de leur organisme se réactive, sans toutefois que cela provoque d’urgence médicale grave », assure le D r Davido. « Toutefois, si les symptômes persistaient au-delà de trois mois, cela pourrait être le signe d’une maladie qui prend une forme chronique, avance l’infectiologue. Pour ces patients, le coronavirus ne serait alors plus une maladie infectieuse, mais une maladie inflammatoire postinfectieuse. Mais il est trop tôt aujourd’hui pour le confirmer. » Anissa Boumediene Non, l’étude publiée dans « The Lancet » n’est pas « foireuse » Après la parution de l’étude publiée dans la revue The Lancet, qui concluait le 22 mai sur l’inefficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, le P r Didier Raoult l’a qualifiée de « foireuse ». « Comment voulez-vous qu’une étude faite avec des big data change ce que nous avons dit ?, explique-t-il. (…) La question est plutôt de savoir s’il existe une dérive des journaux de recherche médicale (…) dans lesquels la réalité tangible est tordue d’une telle manière que, à la fin, ce qui est rapporté n’a plus rien à voir avec la réalité observable. » Cela suffit-il à dire que cette étude est biaisée ? « C’est du sérieux » Pour Bruno Falissard, professeur de biostatistique à l’université Paris- Sud, la méthodologie utilisée par les auteurs de l’étude ne suffit pas à la décrédibiliser. « Dès qu’on fait une étude, on sort de la pratique clinique habituelle, il y a toujours des gens pour dire  : «Ça ne marche pas puisqu’on n’est pas dans la vraie vie.» Au début de la crise, on ne pouvait pas dire si la chloroquine marchait ou pas contre le Covid-19. Or, là, on commence à avoir des résultats. Si on regarde cette étude dans le détail, on se rend compte que c’est du sérieux. » Même son de cloche du côté de l’infectiologue François Bricaire, « cette étude, comme toutes les études, est critiquable dans la méthodologie ». Mais cet ancien chef du service maladies infectieuses de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ajoute que « le cumuldes résultats des différentes études ne semble pas être en faveur de la chloroquine ». Aymeric Le Gall L’hydroxychloroquine interdite en France pour traiter le Covid-19. Après des semaines de polémique, le gouvernement français a mis fin mercredi à l’autorisation de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l’hôpital. Cette décision a été prise « sur la base de recommandations scientifiques », a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran.
ACTUALITÉ Le vote joue la prolongation Municipales L’allongement des tractations pendant l’entre-deux-tours change la donne D’habitude, c’est une course contre la montre. Cette année, l’épidémie de coronavirus a transformé l’entre-deuxtours des municipales en marathon. Entre l’annonce de la date du second tour de scrutin le 23 mai et la date butoir du 2 juin pour déposer leur liste pour le second tour, comme l’a annoncé le ministre de l’Intérieur mercredi, les candidats auront disposé d’une dizaine de jours pour nouer d’éventuelles alliances en vue du 28 juin. Dans plusieurs villes, ce délai supplémentaire pourrait être décisif. « Ces deux mois ont permis de conforter le dialogue avec certains, de l’ouvrir avec d’autres. » Frédérique Lardet, candidate à Annecy (ex-LREM) Frédérique Lardet, à Annecy, apprécie de disposer de plus de temps. « Ces deux mois ont permis de prendre un peu de recul, constate la députée de Haute- Savoie, ex-LREM. Ça a conforté le dialogue avec certaines listes, et ça a permis de l’ouvrir avec d’autres. » Arrivés en troisième position au premier tour avec 21,5% des voix, Frédérique Lardet et ses colistiers avaient commencé à discuter avec la liste menée par l’écologiste François Astorg, forte de 27,87% des suffrages. Mais il y a du nouveau F. Dupoux/Sipa Un possible électeur devant les affiches des municipales à Marseille. par rapport au 15 mars  : « J’ai été approchée par le maire sortant, qui ne m’avait pas contactée après le premier tour, et qui ne souhaitait pas de fusion. On dirait qu’il a changé de stratégie depuis. On ne se vendra pas au plus offrant », assure-t-elle. L’édile, Jean-Luc Rigault (UDI), est arrivé en tête au premier tour (28,4%). Au Havre, les choses ont aussi changé. Le 15 mars, le Premier ministre, Edouard Philippe, s’est retrouvé en ballottage, avec 43,6% des voix, face au député communiste Jean-Paul Lecoq (35,88%). Huit points les séparent, soit le score réalisé par la liste PS-EELV, menée par Alexis Deck. Après l’annonce des résultats, les deux hommes n’étaient pas parvenus à un accord. L’échec d’une alliance en mars, « c’était un problème de personnes, de déclarations faites pendant la campagne », regrette le conseiller municipal socialiste Matthieu Brasse, n o 3 sur la liste PS-EELV. Mais, le 23 mai, après le discours d’Edouard Philippe annonçant le vote le 28 juin, « Alexis Deck a décidé de se retirer et de signer un accord de fusion », raconte son colistier. « Après avoir longuement consulté et réfléchi, je considère que mon destin politique personnel est moins important que la possible victoire d’une alternance de la gauche et de l’écologie au Havre », indique l’écologiste, contacté par 20 Minutes, dans un communiqué envoyé lundi. Laure Cometti « On ne peut pas changer les règles entre deux tours » Il fait partie des pistes de travail. Le ministre de l’Intérieur a évoqué mercredi le rétablissement du vote par correspondance, qui a existé jusqu’en 1975 en France, pour lutter contre la propagation du coronavirus lors du second tour des municipales. Pour autant, selon Romain Rambaud, professeur de droit public à l’université Grenoble-Alpes, cette option présente de nombreux obstacles. Université Grenoble-Alpes Que pensez-vous de ce dispositif ? En soi, c’est plutôt une bonne idée. Mais il y a en France un problème de timing. Je suis plutôt défavorable, à titre personnel, à l’ajout d’une possibilité de vote par correspondance pour le deuxième tour des élections municipales. Pour quelles raisons ? A un mois du scrutin, la mise en place d’un tel dispositif pose des questions sur les plans logistique, administratif et technique, d’autant plus dans un pays où les électeurs ne sont pas habitués à ce mécanisme. Cela peut donner lieu à des suspicions de manipulation, ainsi qu’à des risques de fraude. Pour moi, cela crée donc plus de problèmes que de solutions. Par ailleurs, le principe international de stabilité du droit électoral s’oppose, à mon sens, à une telle décision. On ne peut pas changer les règles du jeu entre deux tours de scrutin. D’autant que des incertitudes pèsent déjà sur la légalité des élections municipales. C’est-à-dire ? Le Conseil d’Etat a demandé mardi au Conseil constitutionnel d’examiner les dispositions liées aux municipales dans le cadre de la loi d’état d’urgence sanitaire  : report du second tour, conditions d’organisation de celui-ci, validité du scrutin pour les maires élus au premier tour… Ajouter à cela un vote par correspondance me paraît périlleux. Propos recueillis par Clément Giuliano 5 Jeudi 28 mai 2020 Un jeune sur six privé d’emploi dans le monde Pandémie Une « génération du confinement » qui risque de payer cher l’arrêt brutal de l’économie. Selon un dernier rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), un jeune sur six se retrouve sans emploi. Et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23%. Les jeunes travailleurs sont ainsi les principales victimes du marasme économique lié à la pandémie. Cette quatrième édition de l’Observatoire de l’OIT sur l’impact du Covid-19 montre également qu’un dépistage rigoureux entraîne beaucoup moins de perturbations sur le marché du travail et sur le plan social que les mesures de quarantaine et de confinement. Dans les pays qui testent massivement la population et organisent de vastes opérations de dépistage, la diminution moyenne des heures de travail est ainsi réduite jusqu’à 50%. Globalement, la crise continue d’entraîner « une réduction sans précédent de l’activité économique et du temps de travail dans le monde », observe par ailleurs l’OIT, la région américaine étant la plus affectée, suivie de l’Europe et de l’Asie centrale. Le lancement du vol habité de SpaceX reporté à samedi. Peu avant l’heure prévue du décollage, mercredi, le lancement du premier vol habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps, a décidé la société. L’ONU appelle à respecter l’embargo sur les armes en Libye. L’Organisation des Nations unies suit avec « préoccupation les informations récentes sur une arrivée massive d’armement » en Libye, a déclaré mercredi son porte-parole, qui appelle « la communauté internationale à respecter l’embargo sur les armes ». Et ce, après l’annonce par les Etats-Unis de l’envoi d’avions de chasse russes dans le pays. La France, 3 e pays hébergeur de contenus pédopornographiques. En 2019, la France était le troisième pays hébergeur de contenus à caractère pédopornographique dans le monde derrière les Pays- Bas et les Etats-Unis, a indiqué l’association de signalement Point de contact.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :