20 Minutes France n°3529ES4 18 mai 2020
20 Minutes France n°3529ES4 18 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3529ES4 de 18 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : associations sous tension.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
SPORTS Sans sport, on se porte mal Bien-être Les débats sur la reprise des compétitions ont passé sous silence la source de divertissement et d’évasion que le sport représente Ça commence à faire long… et c’est loin d’être fini. La pandémie de coronavirus a eu raison du sport comme de beaucoup de choses du quotidien, et maintenant qu’il est l’heure de parler reprise, c’est le flou le plus total. Le football français a dit stop pendant que nos voisins, Roland-Garros ou le Tour de France vont tenter de sauver ce qui peut l’être, au moins économiquement. Quitte à en oublier l’essence même du sport, divertir les foules. Le huis clos mieux que rien Certes, plusieurs politiques européens, comme le ministre des affaires étrangères britannique Dominic Raab, vantaient la reprise des matchs pour « remonter le moral de la nation ». Mais en France, on n’en est pas là. « Le sport ne sera pas prioritaire dans notre société », disait la ministre Roxana Maracineanu le La ville d’Amiens conteste aussi la relégation du club Ligue 1 La communauté d’agglomération d’Amiens a indiqué dimanche avoir saisi à son tour le tribunal administratif de Paris pour contester la relégation du club d’Amiens en Ligue 2, après l’arrêt du championnat de France en raison de la pandémie de coronavirus. La métropole a saisi le tribunal administratif vendredi « à l’appui des requêtes déposées par l’Amiens SC », a-t-elle indiqué dans un communiqué. Le club avait en effet déjà saisi 11 mai le tribunal administratif de Paris pour contester sa relégation. Deux requêtes, une sur le fond et une en référé-suspension, ont été déposées. « Sans remettre en cause le choix d’arrêter le championnat avant son terme, le club et la collectivité s’unissent pour demander le retrait de cette décision inadaptée, qui suscite un émoi bien réel et croissant au sein du monde sportif et du public », précise-t-elle dans sa communication. Le club de la Somme, qui vivait sa troisième saison consécutive dans l’élite, était classé 19 e et avant-dernier au moment de l’interruption de la L1. T. Groothuis/Sipa 22 avril à propos du déconfinement. Cela s’entend, évidemment, d’autant que « la place du sport en France a toujours été très mesurée, rappelle Jean-François Lamour, titulaire du portefeuille de 2002 à 2007.Le sport n’est pas perçu comme une donnée fondamentale dans la cohésion de la nation, même si je trouve que ça a changé depuis une vingtaine d’années. » Pourquoi ? Question de culture, principalement. « Il a longtemps été considéré comme servant des intérêts de la populace qui méritaient le mépris, explique le sociologue Christian Bromberger. Le sport mérite une réévaluation de son statut. Il nous apprend, mieux que la littérature ou le théâtre, ce que sont les conditions de la réussite dans le monde contemporain. Ça nous parle du mérite, du dépassement de soi, de la sociabilité. » Et il est sans doute le plus grand créateur de sociabilité et d’émotions collectives. Ce qui est encore plus visible au moment où il est justement à l’arrêt. Hervé Mathoux, journaliste pour Canal+, avait fait le tour du monde pour parler ballon afin de réaliser son documentaire « Ce n’est pas grave d’aimer le football ». « José Miguel Wisnik [compositeur et essayiste brésilien] y dit que l’existence du foot est une preuve de l’humanité possible. On se rend compte, quand nos divertissements sont stoppés, qu’on n’est pas en danger de mort mais que notre civilisation, elle, est en danger. » Alors la reprise progressive des compétitions sera un marqueur important. Même si le huis clos, dont on craint Une reprise de Bundesliga « bizarre » Football Tous les regards étaient tournés vers l’Allemagne, ce week-end. Premier championnat à reprendre la compétition, quand d’autres ont déjà sifflé la fin (France) ou s’interrogent toujours sur la meilleure manière de procéder (Angleterre, Italie, Espagne), la Bundesliga a rappelé à l’Europe ce qu’était un match de foot, plus de deux mois après la suspension des matchs à cause du coronavirus. Plus exactement, elle a montré ce à quoi pourrait ressembler le foot pendant encore de nombreuses semaines. Mathenia, joueur de Nuremberg. E. Prosdocimi/Sipa 14 Lundi 18 mai 2020 C’est sans doute le plus grand créateur de sociabilité et d’émotions collectives. Car le jeu a repris, certes, mais il va falloir du temps à tout le monde pour s’habituer au nouveau décor imposé par le Covid-19  : des tribunes vides, des entrées sur le terrain séparées pour les équipes, des ballons régulièrement désinfectés, des remplaçants masqués et espacés sur leur banc et des célébrations de buts baroques, entre envie de marquer le coup et respect de la distanciation sociale. Bref, l’ambiance est assez surréaliste. « Il n’y a aucun bruit, tu tires au but, tu fais une super passe, tu marques, et rien ne se passe, c’est très très bizarre, décrit Lucien Favre, coach du Borussia Dortmund qui a lancé la journée en étrillant son rival Schalke, 4-0. C’était un match très différent de d’habitude, c’est difficile de juger si c’était un bon match. J’ai eu l’impression que ce n’était pas aussi engagé que ce qu’on avait prévu. » De fait, le manque de rythme s’est fait sentir, notamment lors de la petite victoire du leadeur munichois (0-2) à l’Union Berlin. Les fans étaient en manque, en tout cas. Sky Allemagne a battu ses records d’audience, attirant notamment samedi plus de six millions de téléspectateurs, soit près du double de ses scores habituels. N.C. J. Pachoud/AFP qu’il doive être la norme pendant encore quelques mois, rend la chose un peu fade, presque dénuée de sens. Ce sera mieux que rien avant que août ou plus tard, on puisse retourner dans les stades. Signe que la vie aura repris son cours. « Il faut redonner du sport aux Français pour leur procurer du bonheur, conclut Jean-René Bernaudeau, manageur de l’équipe cycliste Direct Total Energie. Un événement comme le Tour est nécessaire pour le lien social et familial. Si le public le réclame, ce n’est pour aucune autre raison que son bonheur personnel. Il demande son plaisir. C’est un acte pur. » Amen. Nicolas Camus, avec J.L. et W.P. Jacques Crevoisier, ancien entraîneur et consultant, est décédé. Jacques Crevoisier, grand formateur, adjoint de Gérard Houllier à Liverpool au début des années 2000 (avec qui il remporta notamment la Coupe de l’UEFA) puis dirigeant au sein du FC Sochaux, est mort dimanche à l’âge de 72 ans. Il a succombé à une crise cardiaque. La folie Michael Jordan continue. L’immense succès du documentaire Netflix « The Last Dance » sur les Chicago Bulls de l’ère Michael Jordan a dopé les ventes d’objets de collection liés à l’ancienne superstar du basket. Dimanche, une paire de Air Jordan 1 a été vendue 517 000  € chez Sotheby’s, pulvérisant tous les records pour des baskets.
Licence III 1062985 - Licence II 6 -13623 – RCS PARIS N 388 281 586 - Conception  : LOICLEGARS.COM 7 novembre 11 novembre 14 novembre 15 novembre 17 novembre 1er décembre GÉRARD DROUOT PRODUCTIONS PRÉSENTE lyon Amphithéâtre bordeaux Arkéa Arena marseille Le Dôme nice Palais Nikaïa paris AccorHotels Arena lille Zénith Arena D.O.C. nouvel album disponible le 8 novembre INFOS & RÉSERVATIONS SUR GDP.FR 0 892 392 192 (0,40 € /MIN) & POINTS DE VENTE HABITUELS WWW.ZUCCHERO.IT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :