20 Minutes France n°3529ES4 18 mai 2020
20 Minutes France n°3529ES4 18 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3529ES4 de 18 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : associations sous tension.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
SÉRIES Fin de série, mais de qualité « Murder » La saison 6 s’est terminée et a ému les fans. Attention, cet article contient des spoilers, mais pas sur le final Avec le coronavirus, la planète Hollywood s’est arrêtée de tourner. Littéralement. Et toutes les séries n’ont pas pu terminer leurs saisons. How to Get Away with Murder, créée par Peter Nowalk et produite par Shonda Rhimes, y a échappé. La sixième et ultime saison s’est ainsi achevée jeudi soir aux Etats-Unis, et elle est d’ores et déjà disponible à l’achat sur iTunes, avant de débarquer sur Netflix et peutêtre à la télévision française. Une bombe à retardement A 20 Minutes, on est fans de Murder (son titre français raccourci), série qui pourrait passer pour un plaisir coupable, mais qui se révèle une véritable machine infernale à la Cocteau, bombe à retardement narrative et émotionnelle. Le grand final, en fait les derniers épisodes, est venu rappeler ses qualités, à l’image des grandes heures de la télévision dite « traditionnelle », avec des adieux à la Lost ou Game of Thrones. La dernière ligne droite de Murder a fait vibrer les fans et les réseaux sociaux semaine après semaine. Lorsqu’il voit un groupe d’étudiants en droit rejoindre le cabinet de leur professeure Annalise Keating, le téléspectateur peut s’attendre à une énième série judiciaire et autre formula show. Il n’en sera rien. La série sera feuilletonnante ou ne sera pas, un « feuilleton » multipliant les flash-back et flash-forward, L’art de déstabiliser le spectateur Les coups de théâtre étaient devenus la marque de fabrique de la série, parmi les meilleurs de la dernière décennie sérielle, avec par exemple la mort de Wes en saison 3 puis son retour en saison 6. Le téléspectateur a beau avoir la vérité sous les yeux, il ne peut y croire, ou ne veut pas y croire, et attend toujours un dernier twist. C’est aussi ça, la force de Murder, et le pouvoir de la fiction. Ayumi Roux incarne Maya, une ado au fort tempérament dans Skam. ABC Studios T. Grabherr/GTV Viola Davis est la star incontestée de How to Get Away with Murder. mais gardant presque toujours un équilibre miraculeux. La dernière saison réussit à boucler la boucle et rappelle que la série a fait des choix risqués mais payants, à l’image de ces personnages a priori secondaires (Frank, Bonnie, Nate) qui se sont imposés au premier plan. La preuve avec cette révélation inattendue sur Frank à deux épisodes de la fin. Enfin, tout cela n’aurait pas été possible sans les personnages et leurs interprètes, Viola Davis en tête. La plaidoirie finale d’Annalise Keating vaut de ce point de vue n’importe quel rebondissement, et la fin de Murder parvient à être, selon le personnage, un happy end, une injustice, une surprise… Une réussite ? Vincent Julé « "Skam France" a repoussé tous les champs des possibles » Découverte Ayumi Roux crève l’écran dans la saison 6 de Skam France, qui aborde le thème de l’addiction. Pour 20 Minutes, la comédienne se confie sur son arrivée dans la série. Qu’est-ce qui vous a séduit dans le personnage de Maya ? C’est une fille très forte malgré ce qu’elle a vécu. Je trouve ça dingue qu’elle soit aussi souriante et avenante. Ce qui m’a touchée, c’est le fait qu’elle soit engagée pour différentes causes, comme la cause LGBT ou l’environnement. Le principe de diffusion en temps réel de Skam ne vous a pas fait peur ? Je ne me rendais pas compte de l’ampleur que ça prenait au moment où c’était diffusé. Ça a été un choc. Avec la diffusion en temps réel, Skam a vraiment repoussé tous les champs des possibles. Parler d’addiction aux jeunes sur le service public, c’est important ? C’est hyper important. La fin du lycée, c’est une période cruciale de la vie. C’est à ce moment-là qu’on essaie le plus de choses. Propos recueillis par Clément Rodriguez D. Moloshok/AP/Sipa 10 Lundi 18 mai 2020 Une saison 5 pour « La Casa de Papel » ? Faux suspense C’est ce que l’on appelle une confirmation à demi-mot. Dans un entretien accordé au média américain Deadline, Alex Pina, le créateur de La Casa de Papel, est revenu sur le succès mondial de sa série. D’après le site, la saison 4 a été regardée dans plus de 65 millions de foyers autour du globe dans les trente jours suivant sa sortie le 3 avril. Un chiffre impressionnant qui aurait poussé Netflix à commander une cinquième saison au papa de la série, qui ne confirme toutefois pas l’information car « Netflix posera une bombe dans [sa] maison » s’il le fait, plaisante Alex Pina. Il faudra donc attendre des nouvelles du côté du géant américain et de sa communication toujours bien ficelée pour sauter de joie. Et si Tokyo, Rio, Denver et les autres braqueurs de La Casa de Papel vous manquent, peut-être pourriez-vous vous consoler avec la dernière série de son créateur, White Lines, disponible depuis vendredi sur Netflix. Sexe, violence et drogue sont à prévoir au programme.C.R. Sofia Coppola prépare sa première série. L’actrice et réalisatrice Sofia Coppola va tourner sa toute première série, pour la plateforme de streaming Apple TV+. La fille de Francis Ford Coppola travaille sur l’adaptation du livre Les Beaux Mariages, de l’autrice américaine Edith Wharton. LynnShelton, réalisatrice de « Mad Men », est décédée. La réalisatrice américaine LynnShelton est morte vendredi à l’âge de 54 ans, rapporte Variety. Elle avait dirigé des épisodes de séries comme The Mindy Project, Mad Men, Glow et Fresh Off the Boat. Elle avait aussi réalisé les quatre premiers épisodes de Little Fires Everywhere, minisérie disponible en France depuis vendredi sur Amazon Prime Video.
CULTURE Le masque loin d’être accessoire ? Tendance Venu du monde de la santé publique, il intéresse déjà les fashion victimes De type essuie-tout, façon bec de canard ou fait maison… Obligatoire dans les transports, vivement conseillé partout ailleurs, le masque est au centre des attentions depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Mais deviendra-t-il, à l’instar de l’éventail, du chapeau ou de la cravate, un accessoire de mode ? « Les accessoires de mode ont tous eu, dans le passé, une fonction pratique. » Marie-Laure Gutton, du Palais Galliera Choisira-t-on son masque pour refléter notre personnalité ou notre place dans la pyramide sociale ? « Il est trop tôt pour répondre à ces questions, tranche Frédéric Godart, sociologue et spécialiste de la mode. Mais on peut discuter de la chose. » Ouf. La Fête de la musique veut jouer sa partition Evénement Vous pourrez peut-être prendre votre guitare et vous installer sur le trottoir le 21 juin. Il y aura bien une Fête de la musique le premier jour de l’été, mais « sans prendre de risques », a assuré vendredi le ministre de la Culture, Franck Riester. « C’est dans l’identité de nos compatriotes. On parlera musique, on verra musique. Il y aura un grand rendez-vous de musique », a-t-il déclaré sur RTL. « On essaie de proposer quelque chose qui ait de la gueule. […] De préparer quelque chose, y compris à l’extérieur. La limite est de ne pas prendre de risques avec des regroupements, un brassage de population trop important », a tempéré le ministre, soulignant que les radios et les télévisions sont aussi en train de s’organiser pour le 21 juin. Alors que les médiathèques, bibliothèques et petits musées ont pu rouvrir leurs portes le 11 mai, le Premier ministre, Edouard Philippe, devrait préciser les conditions d’organisation des grands évènements fin mai. REX/Sipa Ciné Tamaris ##JEV#118-70-https://tinyurl.com/y9gpe9cb##JEV# A Pelt, en Belgique, un magasin propose des masques plutôt stylés (ou non). Marie-Laure Gutton, responsable du département accessoires au Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, reprend les choses depuis le début  : Néfertiti. « Les accessoires de mode ont tous eu, dans le passé, une fonction pratique. Chez les Egyptiens de l’Antiquité, par exemple, les gants devaient protéger de la chaleur. » « La pratique du port du masque va s’imposer en Occident, comme elle est devenue presque traditionnelle en Asie », analyse quant à lui Frédéric Godart, Un regard inédit sur Jacques Demy Netflix Neuf films de Jacques Demy sont arrivés vendredi sur Netflix. Pour Rosalie Varda, fille d’Agnès Varda et du cinéaste, dirigeante de Ciné-Tamaris, c’est une excellente nouvelle. 20 Minutes lui a demandé de servir de guide dans l’œuvre de Jacques Demy, en conseillant quatre longs-métrages. Catherine Deneuve dans Les Demoiselles de Rochefort, en 1966. déjà très surpris de la façon dont cet accessoire s’est installé dans nos vies en deux mois. Marie-Laure Gutton souligne néanmoins que « les marques ont été dépassées par le do-it-yourself [lire l’encadré]. Elles ont peut-être eu un peu peur d’être taxées d’opportunisme si elles proposaient des masques. De leur point de vue, l’objet va, à mon avis, rester très perturbant. » La marque italienne Off White a tout de même proposé un masque très populaire à… 900  € . V Les Demoiselles de Rochefort (1966). « Il s’agit d’un film transgénérationnel. J’ai toujours pensé que les projections de ce film devraient être remboursées par la Sécurité sociale. Quand vous avez un coup de mou, vous vous mettez Les Demoiselles de Rochefort et, une heure et demie plus tard, ça va beaucoup mieux. » V L’Evénement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune (1973). « C’est un clin d’œil aux comédies américaines légères de l’après-guerre. C’est un film délicieux, drôle. » V Une chambre en ville (1982). « C’est un film insensé, une espèce d’opéra contemporain, complètement chanté. C’est une tragédie qui, en même temps, parle des grandes grèves des chantiers navals de Saint- Nazaire dans les années 1950. Pour certains, c’est un film culte. » V Parking (1985). « Parking est un film assez loupé, mais dans cette œuvre mineure et méconnue, il y a un regard intéressant sur l’homosexualité et la bisexualité. Il date de 1985, on est en pleine période de la découverte du sida. Il parle d’enjeux de société en étant très en avance. » Fabien Randanne 11 Lundi 18 mai 2020 Une notion de bricolage « Il y a, dans l’émergence des masques, une notion de bricolage qui est nouvelle dans la mode, note Frédéric Godart. Elle s’inscrit dans un contexte où le do-ityourself est dans l’air du temps. » Frédéric Godart note que le principal obstacle à l’acceptation du masque en tant qu’accessoire de mode est qu’il est « tabou, et même illégal, de se cacher le visage dans l’espace public ». Assigné à un usage sanitaire, anxiogène, boudé par les marques… Le masque pourrait avoir du mal à venir côtoyer les écharpes, les parapluies et les casquettes. Le musée des Arts décoratifs, lui, a déjà prévu d’intégrer dans sa future exposition sur le luxe un flacon de gel hydroalcoolique produit par LVMH. Les masques intégreront-ils les collections du Palais Galliera ? « Pourquoi pas », rigole Marie-Laure Gutton. Faute d’entrer dans nos vestiaires, le masque intégrerait ainsi la grande histoire des accessoires de mode. Benjamin Chapon Le salon du Livre sur la place maintenu à Nancy. Le Livre sur la place, premier salon national de la rentrée littéraire, se tiendra bien à Nancy au mois de septembre. D’importants aménagements seront mis en place, a annoncé le maire de la ville, Laurent Hénart, à L’Est Républicain. Giacometti déconfine et livre ses secrets. L’exposition « A la recherche des œuvres disparues » de l’institut Giacometti (Paris, 14 e) a repris vendredi, après une interruption de deux mois. C’est une des premières expositions de la capitale à être déconfinée. Seulement dix personnes au maximum peuvent contempler les œuvres du sculpteur suisse. Décès de la photographe des Beatles, Astrid Kirchherr. La photographe allemande Astrid Kirchherr est décédée mercredi à l’âge de 81 ans à Hambourg, ont rapporté samedi des médias allemands. Elle était célèbre pour avoir pris de nombreux clichés des Beatles dans les années 1960.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :