20 Minutes France n°3529ES3 15 mai 2020
20 Minutes France n°3529ES3 15 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3529ES3 de 15 mai 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : elles lâchent la bride.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Superstock/Sipa CULTURE Pour certaines, depuis le confinement, des vêtements sont en trop sur cette image. Elles soutiennent ne plus vouloir de leur soutien-gorge Mode De plus en plus de femmes ont abandonné ce vêtement depuis le confinement Marques rouges sur la peau, impression de ne pas pouvoir pleinement respirer ou envie d’accepter ses seins au naturel. Toutes ces raisons ont poussé près d’une femme sur dix à laisser sa brassière au placard depuis le début du confinement. Et même selon une enquête de l’Ifop réalisée début avril, une femme de 18 à 24 ans sur cinq ne porte plus de soutien-gorge depuis le 17 mars. Mais dans les transports en commun ou au milieu de ses collègues, il n’est pas toujours facile d’assumer les regards. D’autant que les remarques ne sont jamais bien loin. « On Plus que quelques heures pour mettre le point final Concours d’écriture Vous avez été nombreux à profiter du confinement pour vous lancer dans l’écriture d’un roman. Pas loin d’un Français sur dix, selon une enquête Harris Interactive. Espérons que ceux qui en sont venus à bout ont eu la bonne idée de choisir pour thème « L’avenir appartient à la jeunesse », afin de participer à notre « prix 20 Minutes du roman », qui s’achève était à la maison et ma coloc m’a dit de remettre un soutien-gorge parce que j’avais les seins qui pointaient et que c’était chaud », raconte Laura, 30 ans, confinée avec des amis. Le fait qu’autant de femmes aient rangé leur soutien-gorge pendant le confinement « en dit beaucoup sur le poids des injonctions extérieures », estime la philosophe Camille Froidevaux-Metterie, autrice du livre Seins, en quête d’une libération (éd. Anamosa), sorti le 5 mars. Le « diktat des seins ronds » « Les femmes se sont retrouvées débarrassées du poids des regards extérieurs. C’est inédit. » Sabrina, 28 ans, avait du mal à laisser libre sa forte poitrine à l’implantation basse. « Il y a ce diktat qui dit que les seins doivent être ronds et hauts. Je voulais m’habituer à ne pas avoir cette poitrine formatée que l’on obtient grâce ce vendredi à 23 h 59 et dont l’écrivain Maxime Chattam est le parrain. Si tel est votre cas, n’attendez plus pour inscrire votre manuscrit sur la plateforme spéciale*. Parmi les quelque 420 manuscrits déjà reçus (on espère atteindre le cap des 500 d’ici à ce vendredi soir), 25% ont été retenus en première lecture et une sélection des 12 meilleurs sera opérée par « Les Nouveaux Auteurs », un groupe au soutien-gorge. » Le port de ce vêtement peut aussi être douloureux. « Depuis l’apparition du Wonderbra dans les années 1990, on a assisté à une forme de "recorsetisation" des soutiens-gorge, avec des renforcements, des mousses, des coussinets, des armatures et des élastiques de plus en plus contraignants », explique Camille Froidevaux-Metterie. Pourtant, aucune étude scientifique ne prouve l’utilité du soutien-gorge. Jean-Denis Rouillon, ancien médecin du sport, a même réalisé une étude sur quinze ans montrant le contraire  : « L’hypothèse majeure, c’est qu’au départ le sein est capable de s’assumer tout seul grâce aux ligaments de Cooper. » Selon Camille Froidevaux- Metterie, « finalement, ce qui compte, c’est de pouvoir chacune faire avec nos seins ce que nous voulons ». Lise Abou Mansour de lecteurs mis en place par notre partenaire Prisma Media. Le jury du « Prix 20 Minutes du roman », dans lequel figurent des journalistes de la rédaction et des lecteurs de la plateforme « 20 Minutes livres », prendra le relais cet été afin de déterminer les quatre finalistes, puis le lauréat, dont le manuscrit sera publié en fin d’année. * www.lesnouveauxauteurs.com/prix/336 Stéphane Leblanc Maestracci/TF1/Sipa 10 Vendredi 15 mai 2020 La crème des films pour les cinéphiles Cinéma Une aubaine pour les passionnés qui ont été privés de Festival de Cannes  : France.tv va diffuser une vingtaine de films issus de la Quinzaine des réalisateurs. Dès ce vendredi et pendant près de trois mois, ce sont au total 21 films de cinéma, issus de cette prestigieuse sélection cannoise, que le public pourra voir ou revoir à tout moment en accès libre. Il s’agit d’une première pour la plateforme en ligne de France Télévisions, ainsi que d’une marque de soutien au monde du cinéma, durement éprouvé par la crise sanitaire. Parmi ces films, Toto le héros, de Jaco van Dormael, La Promesse, des frères Dardenne, Haut les cœurs ! de Solveig Anspach, ou encore Henri, de Yolande Moreau. Pour les utilisateurs de France.tv, c’est une petite révolution. En effet, jusqu’à un accord signé en février avec plusieurs organisations de la filière du cinéma, le portail du service public n’avait pas le droit de diffuser gratuitement des films. Les chaînes YouTube de cuisine ont régalé les Français. Pendant cinquante-cinq jours, les Français se sont rués sur les chaînes YouTube de gastronomie, qui ont connu une nette hausse de fréquentation. Hervé cuisine, Le Riz jaune et Les Pépites de Cloé ont ainsi accompagné les repas de leurs abonnés et vont devoir désormais fidéliser les nouveaux venus. Décès de Patricia Millardet, actrice de « La Boum 2 » et « La Mafia ». La comédienne Patricia Millardet est décédée le 13 avril des suites d’une crise cardiaque à l’hôpital San Camillo de Rome, a révélé mercredi le quotidien Sud-Ouest. En France, elle avait joué au côté de Sophie Marceau dans La Boum 2. En Italie, elle avait notamment tourné dans la série La Mafia, dans le rôle de la magistrate Silvia Conti.
CULTURE Cannes continue de tourner Festival Pierre Lescure, patron de l’événement, esquisse les contours de la prochaine édition C’est une première depuis mai 1968  : cette année, le Festival de Cannes ne décernera pas sa Palme. Pas de légendaires marches rouges, ni de soirées de gala non plus pour la grand-messe du septième art qui aurait dû lever le rideau mardi soir. Si la manifestation promet de « faire vivre et accompagner » les films qu’elle a déjà sélectionnés pour 2020, la pandémie de Covid-19 a sonné le glas d’une 73 e édition à Cannes. Bouleversera-t-elle aussi les suivantes ? Sur le fond, certainement pas, répond Pierre Lescure. La montée en puissance des géants de la vidéo à la demande pendant le confinement n’aura pas fait changer d’avis le patron du plus grand festival de cinéma « Nous allons accompagner les films labellisés Cannes 2020. » Pierre Lescure, président du Festival au monde. « Resteront sélectionnés en compétition les films appelés à sortir en salles », et uniquement ceux-là, appuie le président du Festival. Selon lui, il n’y aurait « aucune logique » non plus « à inclure des séries dans une section, dont on ne verrait qu’un ou deux épisodes ». « Il y a CanneSeries et Séries Mania, et ils font ça très bien », juge le fondateur Pas de concours en 2020, mais un programme spécial. P.Gonchar/Sopa Images/Sipa Syspeo/Sipa Pierre Lescure (à dr.), lors de la présentation de la sélection, en 2019. et ancien patron de Canal+. Les aléas sanitaires pourraient au moins contraindre l’événement à évoluer sur la forme. « Si des contraintes devaient demeurer à l’approche de Cannes 2021, nous nous adapterions », confirme Pierre Lescure. Des aménagements pourraient avoir lieu au palais et aux alentours. « Nous aurons appris à le faire », comme « ces dernières années, avec les règles de sécurité postattentats », dit-il. Le maire, « David Lisnard, a montré comment trouver l’équilibre entre la sécurité et ses contraintes, la santé et la prudence, la rigueur et la vraie vie », estime Pierre Lescure. En attendant cette prochaine édition du « monde d’après », c’est donc bien sur la sélection 2020 que les équipes continuent de se concentrer. Fin mai ou début juin, au maximum, une liste d’une cinquantaine de films labellisés « Cannes 2020 » sera dévoilée. « Nous allons les accompagner le plus efficacement possible, au fur et à mesure de leurs sorties et de la réouverture des salles », indique le président. Une séléction pourrait être présentée dans de nombreux festivals à travers le monde. Toronto, San Sebastian, Pusan, New York, Mexico, mais aussi Angoulême et Deauville l’ont déjà proposé. Une action « forte et symbolique de cette relance du cinéma, de la création et de l’industrie du cinéma européen » est aussi attendue avec le Festival de Venise. A Nice, Fabien Binacchi L’Europe sous les projecteurs Eurovision Cette année, pour la première fois depuis son lancement en 1956, l’Eurovision a déclaré forfait en raison de la pandémie de Covid-19. Du moins, dans sa version compétition car, samedi soir, en lieu et place de la finale qui aurait dû se tenir à Rotterdam (Pays-Bas), c’est un programme spécial, intitulé « Europe Shine A Light », qui résonnera dans les foyers européens. « On va garder la lumière allumée, on entretient la flamme, souligne Stéphane Bern, qui commentera la soirée sur France 2. C’est bien d’assurer de cette manière la continuité de l’événement. L’Europe doit être solidaire, il faut que l’on montre notre solidarité. » Les 41 chansons seront, tout de même, honorées au cours de la soirée  : les candidats en donneront un aperçu. « Les artistes se réuniront également tous via Skype et chanteront Love Shine A Light », explique Stéphane Bern. Pour les néophytes, Love Shine A Light est le morceau avec lequel Katrina and The Waves a offert au Royaume-Uni sa dernière victoire, en 1997. Ce titre a été choisi pour sa dimension rassembleuse en ce contexte troublé. L’occasion de célébrer l’Eurovision d’hier et d’aujourd’hui. Fabien Randanne 11 Vendredi 15 mai 2020 « Libé » délivré Médias Une nouvelle ère va s’ouvrir pour Libération  : Altice France se sépare du journal pour le transférer dans une société à but non lucratif, un dispositif inédit pour un quotidien en France et censé garantir l’indépendance du titre. « Cette nouvelle structure garantit à Libération sa totale indépendance éditoriale, économique et financière » et sera « présentée aux instances représentatives du personnel », précise le groupe dans un courriel interne consulté par l’AFP jeudi. « Les droits actuels de la rédaction seront intégralement maintenus et garantis », ajoute le texte. Concrètement, Altice France (également propriétaire de BFMTV, RMC et SFR) va créer un « fonds de dotation pour une presse indépendante », qui acquerra, via une filiale (Presse Indépendante SAS) le journal, sa régie et sa société de développement technologique. Les salariés de Libération ont salué ce projet, mais regrettent que « cette décision, d’une importance fondamentale, ait été annoncée de façon inattendue et non concertée », selon un texte voté à la quasi-unanimité. Ils réclament « des garanties juridiques, financières et sociales », et « une association des salariés à la mise en place et à la gouvernance de ce dispositif ». La lutte contre le Covid-19 sur France 2 le 14 juillet. France 2 cassera son antenne le 14 juillet et diffusera une journée continue dédiée à tous les Français qui luttent contre le Covid-19 ou en souffrent, à l’occasion de l’hommage national aux soignants annoncé par le chef de l’Etat. TikTok encore poursuivi en justice. Des groupes américains de défense des droits des mineurs ont annoncé, jeudi, poursuivre TikTok pour non-respect d’une décision sur la protection de la vie privée des moins de 13 ans. Le réseau social a « échoué à effacer des informations personnelles sur des mineurs précédemment collectées et continue d’en collecter », disent-ils. La Russie accuse deux médias de désinformation. La Russie a indiqué jeudi vérifier au titre de « désinformation » un article du journal américain New York Times et un du britannique Financial Times affirmant que la faible mortalité du coronavirus dans le pays est largement sous-estimée.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :