20 Minutes France n°3518ES8 19 fév 2020
20 Minutes France n°3518ES8 19 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3518ES8 de 19 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : les maires conservent une belle cote de popularité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Alimentation « 20 Minutes » rencontre de jeunes agriculteurs qui ont changé de modèle, comme Ludovic Riedinger, maraîcher Mieux vaut avoir les reins solides et une vraie stratégie d’entreprise pour passer au tout bio lorsque l’on est maraîcher. Car c’est loin d’être une évidence, même en 2020, comme l’explique Ludovic Riedinger, agriculteur à Hoerdt dans le Bas-Rhin, que 20 Minutes a rencontré alors que le Salon de l’agriculture ouvre ses portes vendredi à Paris. Les légumes de l’exploitant de 36 ans, associé à son père, sont en partie cultivés en agriculture raisonnée, depuis plusieurs années. « Mais il était temps de passer au bio, car il y a de la demande, explique Ludovic Riedinger. De toute façon, le pas entre culture raisonnée et bio n’est pas si grand, alors autant passer au bio. Nous avons l’expérience, même si cela ne se fait pas si facilement. » Le coût financier Voilà un peu plus de deux ans, il a fait une demande pour que trois de ses hectares, sur les 40 que compte l’exploitation, aient le précieux label. Tout en développant parallèlement le magasin à la ferme où il vend sa production. « C’est financièrement T/1 2 13 11 H'12 14 14 14 13 15 17 ej te G. Varela/20 Minutes Préviskins ultra détaillées% ai TV-WEB-APPLIS mei-mine larrn eg-eo ##JEV#145-84-https://tinyurl.com/s4fkdq4##JEV# Ludovic Riedinger convertit petit à petit sa ferme de 40 ha vers l’agriculture biologique. indispensable si l’on veut y arriver », confie l’agriculteur. La ferme Riedinger compte près de 7 ha consacrés aux légumes en raisonnée et près de 8 ha uniquement pour l’asperge (en conventionnel). « Sur notre surface totale de 40 ha, une bonne moitié de l’exploitation est utilisée pour des engrais verts, un peu de céréales. Car certains sont très bons pour nettoyer un champ, avant de remettre des pommes de terre ou des légumes », détaille l’agriculteur. Mais le coût financier freine toujours le maraîcher pour passer complètement LACH ARMA ETE0.00111 au bio. « Quand on a déjà une certaine taille d’exploitation, onze employés à payer, des crédits à rembourser, il faut organiser la production, précise Ludovic Riedinger. Sur une petite exploitation sans salariés, vous pouvez serrer les dents deux années et basculer tout en bio. Moi, j’y vais petit à petit. » Les premières plantations en bio vont commencer dans deux semaines. Sont attendues des pommes de terre rouges, des haricots, des petits pois, toutes les cucurbitacées. Deux autres hectares sont en « préparation » et Ludovic Riedinger souhaite 2 Mercredi 19 février 2020 La culture des petits pas pour le bio Le Nord se perd dans les nuages Des averses traînent sur le centre-est du pays avec un ciel nuageux. Le temps s’ennuage également au Nord avec quelques faibles averses. Le soleil résiste près des Pyrénées, en Paca et en Corse. mettre en place, chaque année, une ou deux reconversions supplémentaires. Difficile de faire plus car l’exploitant est confronté à des barrières réglementaires, économiques et techniques. Il est, en effet, interdit pour la même exploitation de cultiver en bio un légume déjà semé en conventionnel, à moins de créer une autre société… Et de multiplier en conséquence les tracasseries comptables et administratives. Des contraintes qui rendent inenvisageables pour l’instant le passage de ses asperges au bio. A Strasbourg, Gilles Varela La météo en France Début de lifting pour la maison natale de Charles de Gaulle à Lille Patrimoine On l’oublie souvent, mais Charles de Gaulle est né à Lille. Le général a vu le jour le 22 novembre 1890 au 9, rue Princesse, en plein Vieux-Lille. S’il a grandi à Paris et fini ses jours à Colombey-les-Deux- Eglises (Haute-Marne), De Gaulle a poussé son premier cri dans la maison de ses grands-parents lillois, une demeure bourgeoise du XVIII e siècle. La bâtisse, ouverte au public en 1983, sera fermée jusqu’en novembre pour subir un gros lifting à l’occasion des 130 ans de l’anniversaire de la naissance du général. Une rénovation de 3,5 millions d’euros financée par le département du Nord mais aussi par le mécénat d’entreprise et une collecte de dons. « Nous devons faire des travaux de confortation de cette maison, explique Jean-René Lecerf, président du département. Et on s’est dit qu’il serait dommage d’en rester là, et qu’il fallait en profiter pour restituer l’authenticité de la maison en retrouvant ce qu’elle était entre 1890 et 1912. » Pendant vingt-deux ans, le général y a séjourné jusqu’au décès de sa grand-mère. « Cette maison, c’était le royaume de bonne-maman, sa grandmère. C’est la maison dans laquelle il est né, mais c’est surtout les retrouvailles entre cousins. C’est vraiment tous les moments un peu magiques de l’enfance qui s’y déroulaient », raconte Marie Lefebvre, directrice de la maison natale de Charles De Gaulle. La bâtisse rouvrira ses portes le 22 novembre 2020. A Lille, François Launay et Margaux Menu
S. Bozon/AFP ACTUALITÉ Deux citoyens sur trois se disent satisfaits de l’action de l’élu de leur ville et optimistes pour l’avenir de leur commune. Proches et sans reproches Maires Dans l’opinion, les édiles bénéficient toujours d’une très bonne image Une personnalité à part. Selon un sondage OpinionWay-Square management, dévoilé lundi, 66% des citoyens sont satisfaits de l’action de leur maire et optimistes pour l’avenir de leur ville. Mieux, 68% se disent intéressés et concernés par les municipales. Un chiffre qui tranche avec la cote du reste du personnel politique. Au-delà des enquêtes d’opinion, les élus locaux ne sont pas perçus comme des politiques comme les autres. Un simple coup de zappette à l’heure du JT suffit à voir une différence de symbole. « Le cliché du maire, c’est un gars en ciré jaune qui aide les habitants de sa commune lors des inondations », dépeint Daniel Boy, directeur de recherche à Sciences po et « Le maire plus connu que le député » Comment les élus locaux échappentils à l’opprobre populaire et s’en tirentils si bien aux yeux des Français ? Pour bien comprendre la cote de popularité des maires, il faut s’intéresser à la géographie urbaine française. Ainsi, pas moins de « 90% des communes françaises ont moins de 3 500 habitants, ce qui fournit au premier édile un capital de notoriété très important. Il y a bien plus de spécialiste de la participation politique. Loin du député usant les bancs de l’Assemblée... « Les reproches traditionnels attribués aux hommes politiques – appât du gain, déconnecté de la réalité – ne sont pas transposables aux élus locaux, constate Daniel Boy. Mieux, ces derniers incarnent l’inverse. » Preuve de cette affection, le directeur de recherche note qu’ils sont souvent réélus grâce, notamment, à leur proximité. « Aucun autre élu ne peut se targuer d’avoir des actions aussi concrètes dans la vie des gens. » Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof Lorsqu’un maire piétonnise une rue, rénove une place, plante des arbres ou crée des parkings, cela touche le quotidien des citoyens. « Aucun autre Français qui connaissent le nom de leur maire que celui de leur député », détaille Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof sur le volet du vote et des élections. En 2014, les élections municipales drainaient plus de 62% des Français dans les urnes, soit plus dix points de plus que n’importe quelle autre élection française dans la décennie, présidentielle mise à part. J.-L. D. P.Hertzog/AFP élu ne peut se targuer d’avoir des actions aussi concrètes dans la vie des gens », insiste Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof sur le vote et les élections. Des actions du maire d’autant plus marquantes que ce dernier a l’image du brave gars se débrouillant avec les moyens du bord. « La plupart des maires de petites communes, donc les plus nombreuses, ont peu d’argent et de personnel, ce qui non seulement les éloigne de cette image d’élu surenrichi, mais anoblit également leurs actions », observe Bruno Cautrès. Cependant, il ne faut pas survendre la positivité des petites communes. « En réalité, il n’y a pas de corrélation entre la taille de la commune et la popularité du maire », précise Daniel Boy. Et c’est peut-être le plus gros tour de force des maires de France  : une image de proximité, indépendamment du parti, de la taille de la ville ou de l’image des autres élus. Jean-Loup Delmas Plus de 62% des Français votent aux élections municipales. S. Bozon/AFP 3 Mercredi 19 février 2020 Pavlenski et De Taddeo mis en examen Justice Nouvel épisode dans l’« affaire Griveaux ». Mardi soir, Piotr Pavlenski, qui revendique la publication des vidéos à caractère sexuel de l’ex-candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. L’artiste russe, également mis en cause dans un autre dossier portant sur des violences avec armes commises le 31 décembre, n’a pas été mis en examen dans cette enquête, a précisé son avocat. Il a été remis en liberté en début de soirée. « J’espère que je pourrai continuer » ce projet de vidéos pornographiques visant « des fonctionnaires, des politiciens, des représentants du pouvoir », a déclaré le Russe à la sortie du tribunal. Un peu plus tôt dans la journée de mardi, la compagne de Piotr Pavlenski, Alexandra de Taddeo, destinataire initiale des vidéos de l’ancien porte-parole du gouvernement, a également été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire dans l’« affaire Griveaux ». Ce contrôle judiciaire interdit notamment aux deux individus de se rencontrer.nnc 11u secondes Une première mesure contre le « séparatisme islamiste ». Mardi à Mulhouse, Emmanuel Macron a déclaré que le dispositif de cours facultatifs en langues étrangères dispensés par des enseignants désignés par les gouvernements d’autres pays serait supprimé à la rentrée scolaire. Deux policiers incarcérés pour corruption. Soupçonnés d’avoir réclamé de l’argent lors d’un contrôle pour excès de vitesse en échange d’une absence de verbalisation, deux policiers de Toulouse ont été placés en détention provisoire, mardi. Ils « interdisent » d’être malade. Une dizaine de maires de la Sarthe ont signé, mardi, un arrêté municipal symbolique interdisant de tomber malade. Ces derniers veulent alerter sur les difficultés d’accès aux soins dans les zones rurales.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :