20 Minutes France n°3518 7 fév 2020
20 Minutes France n°3518 7 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3518 de 7 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : Montfermeil en haut de l'affiche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ Sans moyens et sans voix Municipales Plusieurs associations caritatives veulent porter les attentes des plus démunis La voix des plus pauvres sera-t-elle entendue aux élections municipales ? Plusieurs associations de lutte contre la pauvreté montent au créneau pour porter les attentes des plus fragiles socialement. C’est le cas du Secours catholique, qui lance une campagne baptisée « Pour que comptent les voix des plus démunis » à l’occasion des municipales et qui a publié, jeudi, un sondage sur la perception qu’ont les maires de l’exclusion et de la précarité dans leur commune. L’objectif  : mobiliser les futurs candidats sur le sujet. Un sentiment d’impuissance Selon le sondage, seuls 9% des maires considèrent qu’il y a un grand nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune. Soit la moitié du chiffre recueilli en 2014. « Ce ressenti ne correspond ni aux chiffres de l’Insee, ni aux observations du Secours catholique sur le terrain, analyse Véronique Fayet, présidente du Secours catholique France. Peut-être parce que les pauvres, qui ont tendance à s’enfermer et se cacher, sont peu visibles. » Une majorité de maires se disent capables de venir en aide aux personnes âgées (59%), mais ils se sentent moins capables d’aider les plus démunis. Ainsi, 74% des maires déclarent qu’ils ne peuvent pas venir en aide aux chômeurs, 69% aux migrants, 60% aux mal-logés. « Les maires ont entre leurs mains des moyens qui leur permettraient d’en faire davantage pour les plus Des dispositifs d’aide sous-exploités Concernant la lutte contre le mal-logement, les maires peuvent agir. Notamment en construisant des logements très sociaux. Ce que font 42% des communes interrogées. « Des communes qui sont contraintes de le faire par la loi SRU n’en ont pas construit (30% de celles entre 5 000 et 10 000 habitants) », explique Jérôme Fourquet. Concernant l’aide aux déplacements, là aussi le bât blesse. Car 58% des mairies disent ne pas avoir développé les transports publics ou de transport à la demande. Les égoutiers manifestaient jeudi à Paris contre la réforme des retraites.C. Follain/20 MinutesC. Abou El Khair/20 Minutes Une majorité de maires estiment qu’ils ne peuvent pas aider les mal-logés. modestes », estime la présidente du Secours catholique France. En mettant en place un tarif social pour la cantine, par exemple. « Or seulement 42% des maires le font, alors que c’était un objectif du plan pauvreté lancé par Emmanuel Macron en septembre 2018 », observe Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Reste à savoir si les candidats aux municipales intégreront la problématique des plus pauvres dans leur programme. Pas évident, quand on sait que les plus précaires rechignent à se rendre au bureau de vote. « Ce sont les publics les moins intégrés dans le jeu politique, analyse Jérôme Fourquet. Et les maires font face à des citoyens consommateurs, de classe moyenne, qui ont des revendications. Ils doivent trouver un équilibre afin de garantir une certaine cohésion sociale. » Delphine Bancaud « Il n’y a pas de vieux égoutiers » Grève Ils ne plaisantent qu’à moitié avec la réforme des retraites. Jeudi à Paris, jour de manifestation interprofessionnelle qui a réuni 15 000 personnes à Paris selon l’Intérieur et 130 000 selon la CGT, les égoutiers font leur show. C’est autour d’un cercueil ouvert que plusieurs dizaines d’entre eux descendent le boulevard Magenta. De quoi faire passer un message clair  : pour la profession, partir plus tard à la retraite, c’est réduire leurs chances de profiter de leurs vieux jours. « Il n’y a pas de vieux égoutiers, on n’a pas beaucoup de retraités », affirme Nicolas Joseph, secrétaire du CHSCT au service d’assainissement de la Ville de Paris. La profession est en effet sujette à une « surmortalité » et à de nombreux risques professionnels, a constaté l’Anses, en 2016. « On fait un métier insalubre et pénible, j’ai signé en connaissance de cause, mais on savait qu’on pouvait partir dix ans plus tôt », insiste Carine Morett, égoutière depuis onze ans. « On respire des gaz qui peuvent s’échapper des tapis de graisses liés à l’accumulation de déchets », illustre-t-elle. Si la réforme des retraites venait à passer telle quelle, Carine se verrait obligée de quitter son métier  : « Je ne laisserai pas ma santé en jeu. » Catherine Abou El Khair 6 Vendredi 7 février 2020 Trump, en roue libre, savoure son acquittement Etats-Unis « Ce n’est pas une conférence de presse, ce n’est pas un discours, c’est une célébration. » C’est un Donald Trump jovial et en roue libre, qui s’est exprimé, jeudi, depuis la Maison-Blanche, au lendemain de son acquittement devant le Sénat dans son procès en destitution. Devant ses alliés, élus et collaborateurs, qui l’ont accueilli par une standing-ovation, le président américain a, pendant plus d’une heure, réglé ses comptes, dénonçant un impeachment « injuste et honteux ». Donald Trump s’est attaqué aux démocrates Adam Schiff (« un personnage vicieux ») et Nancy Pelosi (« une personne horrible ») , chefs d’orchestre d’un « hoax ». « Ils ont pris un appel téléphonique parfait [au président ukrainien] et ont tout inventé », a assuré le président. « Les démocrates sont solidaires, ils auraient voté mon impeachment pour avoir traversé la rue », a-t-il ironisé. Et d’asséner un tacle destiné aux électeurs  : « Ils auraient mieux fait de mettre autant d’énergie pour travailler sur les infrastructures ou les prix des médicaments. » Philippe Berrynnru secondes Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, débarquée. Le conseil d’administration d’Engie a décidé de ne pas renouveler le mandat de la directrice générale Isabelle Kocher, qui doit prendre fin en mai, a annoncé jeudi le géant de l’énergie. Elle est la seule femme à la tête d’une entreprise du CAC 40. L’âge moyen de départ à la retraite a augmenté en 2019. L’âge moyen de départ en retraite a augmenté d’environ un mois en 2019, à 62,8 ans pour les assurés du régime général, a indiqué jeudi la Caisse nationale d’assurance-vieillesse. L’âge de départ se rapproche des 63 ans depuis le point bas historique de 2007 (61 ans). Un nouveau cap franchi dans la thérapie génique avec Crispr. Des scientifiques américains ont réussi à modifier génétiquement le système immunitaire de trois malades du cancer grâce aux ciseaux génétiques Crispr, sans créer d’effets indésirables. Une première pour cet outil qui révolutionne la recherche. *
Payer en plusieurs fois, gagner son coeur du premier coup. H UAWEI P30 CONÇU AVEC DAS  : 0,33 W/kgeo orange lancement Orange Bank  : jusqu'à 36 fois sans frais, soit 15£71110iS pendant 36 mois, ur un crédit de 540 € et un acompte e 109 € . Par exemple  : pour un crédit affecté à un achat de 649 € dont 109 € d'acompte, vous empruntez 540 € sur 36 mois au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0% (taux débiteur annuel fixe de 0%), hors assurances facultatives, et vous remboursez 36 mensualités de 15 € . Montant total dû  : 540 € (sans intérêts et sans frais de dossier). Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. ch] Kit mains-libres recommandé. Offre valable en France métropolitaine uniquement pour le financement d'un Huawei P30 acheté en boutique Orange du 30/01 au 19/02/2020 inclus. (1) Le DAS (débit d'absorption spécifique) des téléphones mobiles quantifie le niveau d'exposition maximal de l'utilisateur aux ondes électromagnétiques, pour une utilisation à l'oreille. La réglementation française impose que le DAS ne dépasse pas 2 W/kg. Crédit affecté, après accord d'Orange Bank et délai de rétractation de 14 jours, pour le financement d'un Huawei P30 acheté en boutique Orange. Tarification  : de 0% à 14,80% TAEG fixe, selon l'offre de téléphonie de l'emprunteur, l'objet financé à crédit ou la durée du crédit. Dans le cas d'un crédit consenti gratuitement à l'emprunteur, les intérêts sont pris en charge par votre boutique Orange ou, le cas échéant par Huawei SA. Orange, SA au capital de 10 640 226 396E - 78 rue Olivier de Serres 75015 Paris - 380 129 866 RCS Paris - Orias n°13 001 387 (www.orias.fr). Mandataire exclusif en opérations de banque et en services de paiement d'Orange Bank. Générale de Téléphone, SA au capital de 37 962 376E - 50 avenue du Président Wilson 93200 Saint-Denis - 437 723 844 RCS Bobigny - Orias n°120 678 71. Mandataire d'intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement exclusif d'Orange. Orange Bank, SA au capital de 747 775 712 € - 67 rue Robespierre 93107 Montreuil Cedex - 572 043 800 RCS Bobigny - Orias n°07006369.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :