20 Minutes France n°3516 4 fév 2020
20 Minutes France n°3516 4 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3516 de 4 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : malaise au sein de la République en Marche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité La République en marche... arrière Politique Le refus d’allonger le congé pour la perte d’un enfant a créé une vive polémique L’exécutif rétropédale. Suivant la consigne du gouvernement, les députés LREM ont d’abord rejeté, jeudi, la proposition d’un élu UDI-Agir visant à étendre de cinq à douze jours les congés pour les salariés confrontés au deuil d’un enfant. Ce refus a créé un tollé, obligeant Emmanuel Macron à intervenir, samedi. Le chef de l’Etat a tancé son exécutif, lui demandant « de faire preuve d’humanité ». Dans la foulée, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a admis une « erreur », qui sera réparée au Sénat en mars, a indiqué, lundi, le groupe LREM. « Tout le monde en panique » Les errements des derniers jours ont suscité le malaise des marcheurs, parfois pris à partie sur Internet. « J’aurais préféré que mon nom n’y soit pas, d’autant que je n’étais pas dans l’Hémicycle, souffle un parlementaire. Etant en mission, j’avais donné mon vote par délégation. On aurait dû insister sur le fait que c’est à la solidarité nationale de financer les congés donnés, pas aux entreprises. » « Personne ne s’est vraiment coordonné au niveau de la communication, indique l’entourage d’une élue, qui avait aussi «donné» son vote au groupe. Tout le monde était un peu en panique après YouTube va interdire les contenus « falsifiés » liés aux élections Etats-Unis Pour un « discours politique sain ». Lundi, YouTube a annoncé l’interdiction des contenus « manipulés ou falsifiés » sur les élections. Depuis des semaines, les géants technologiques font face à une pression accrue pour lutter contre la désinformation en ligne à l’approche de la présidentielle américaine. Ainsi, la plateforme de vidéos, dontL. Marin/Pool/AFP cette polémique. » De son côté, l’exécutif a annoncé, vendredi, l’ouverture d’une concertation pour améliorer le texte en vue de son examen au Sénat. Muriel Pénicaud et Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance, recevront « ce mardi (…) les associations concernées », ainsi que le Medef et les syndicats. « C’est une satisfaction, reconnaît Annie Vidal, députée LREM de Seine-Maritime. Mais je regrette que le gouvernement n’ait pas enclenché cette réécriture du texte dès la première lecture, le message aurait été plus efficace. » Thibaut Le Gal Pourquoi les députés LREM ont voté contre ? En défendant son texte, Guy Bricout (UDI-Agir) avait demandé à l’Assemblée de « l’humanité ». Sa proposition avait finalement été rejetée, au terme d’un débat enflammé. Pour se justifier, la ministre du Travail Muriel Pénicaud avait déploré que le texte reposait sur un congé « payé 100% par l’entreprise ». « Il est seulement abordé sous l’angle d’une autorisation d’absences supplémentaires, ce n’est pas suffisant », justifie la députée Annie Vidal. Google est le propriétaire, a affirmé que ces mesures étaient prises afin de faire de YouTube « une source plus fiable » d’information et de promouvoir « un discours politique sain ». Des contenus visant à tromper les électeurs sur le vote ou contenant de fausses déclarations sur les critères techniques d’éligibilité seront par exemple interdits par YouTube.nnCu secondes Enquête autour du principal suspect du meurtre de Sophie Le Tan. Lundi, le parquet de Strasbourg a annoncé avoir demandé la « réouverture » des investigations dans la disparition en 1987 de Françoise Hohmann. Un dossier dans lequel Jean-Marc Reiser, principal suspect dans le meurtre de Sophie Le Tan, avait été acquitté faute de preuves. 2 Mardi 4 février 2020 Face à la tourmente, Emmanuel Macron a tancé son gouvernement, lui demandant « de faire preuve d’humanité ». « Même si les politiques sont revenus sur le sujet depuis, le mal est fait » La colère et le choc. Le vote des parlementaires contre l’allongement de la durée du congé pour les parents endeuillés, jeudi dernier, passe mal. Depuis, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a admis une « erreur collective ». « Même s’ils sont revenus depuis sur le sujet, pour nous, le mal est fait », témoigne Franck, qui a perdu son fils de 12 ans en août dernier. Des parents concernés, eux, parlent d’« onde de choc ». « Passer de cinq à douze jours de congé, ce n’était pas énorme, témoigne Patricia Bude, qui a perdu son enfant et qui est membre de l’association Apprivoiser l’absence. Même si ça ne règle pas tout, ça laisse plus de temps pour les démarches administratives à faire après le décès de son enfant. » « Il n’existe pas de véritable dispositif d’accompagnement à l’échelle nationale », abonde Nathalie Paoli, présidente de l’association Le Point rose. De l’absence de prise en charge financière partielle des « Cette polémique a permis de sensibilser sur le sujet. » Franck, qui a perdu son fils de 12 ans en août dernier obsèques au non-remboursement des séances de psychothérapie, les difficultés rencontrées par ces parents sont nombreuses. « Cette polémique a permis de sensibiliser sur le sujet, assure Franck. On va voir ce que les élus proposent. J’espère que le gouvernement ne va pas trop se glorifier. Moi, je n’oublierai pas leur vote originel. » H. S. L’attaque de la gendarmerie de Dieuze, un « acte terroriste » ? Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, n’a pas exclu, lundi soir, que l’attaque de la gendarmerie de Dieuze (Moselle) soit un « acte terroriste ». Au cours de cette attaque survenue l’aprèsmidi, un gendarme avait ouvert le feu sur un assaillant, un militaire de 19 ans, qui était armé d’un couteau.
ActuAlité Retraites Le député PS Boris Vallaud répond à vos questions sur le projet de réforme Depuis des mois, le sujet des retraites est au cœur des débats. Le projet de loi du gouvernement est examiné par une commission spéciale depuis lundi à l’Assemblée nationale, préalable au minutes F-D avec 11) 7 8 13 r 12 7— 14 12 débat public qui s’ouvrira le 17 février dans l’Hémicycle. Après avoir donné la parole à un défenseur du projet, le député LREM Olivier Véran, le 24 janvier, nous avons transmis vos questions à un opposant à la réforme, le député des Landes Boris Vallaud, porte-parole du Parti socialiste. Corinne et Frédéric, nés avant 1975, demandent si la réforme va modifier leur pension. Le gouvernement assure que non… C’est un mensonge. Les personnes nées avant 1975 verront leurs cotisations retraites affectées dans le cadre des transitions des régimes actuels vers le régime futur. Il est très probable 17 16 1418 qu’elles devront cotiser plus, sans que cela leur ouvre plus de droits. Ne seront-ils pas concernés par l’âge pivot ? Le principe de cette réforme, c’est qu’il n’y a plus de durée de cotisation, mais un âge pivot, ou d’équilibre. Si vous partez un an avant, votre pension baissera de 5% ; si vous partez deux ans avant, elle diminuera de 10% … Vous pensiez pouvoir partir à 62 ans à taux plein ? Si l’âge pivot est à 65 ans, comme prévu dans le projet de loi, alors vous perdrez 15% de votre retraite (cinq points par année non travaillée). Laurène s’inquiète  : « L’âge d’équilibre évoluera-t-il ? » Oui, c’est inscrit dans le texte. De 65 ans, pour les premières générations concernées à l’entrée en vigueur de la réforme, il est déjà prévu de monter à 65,5 ans pour les gens nés à partir de 1980, puis 66 ans pour les personnes nées à partir de 1987, et ainsi de suite. Le gouvernement veut fixer une règle  : tout gain d’espérance de vie moyenne d’une génération e le Previsiwis ultra détaillées irTV-WEB-APPLIS meteo LACHAMEMETE0.00111 sera attribué pour deux tiers au recul de l’âge pivot. Des lecteurs demandent si les périodes de chômage, de maladie ou de congés parentaux seront mieux prises en compte avec la réforme du gouvernement, comme il le prétend… Sur les congés parentaux, les cas types publiés par le gouvernement faisaient apparaître qu’une femme avec deux enfants y 3 Mardi 4 février 2020 « Il n’y a plus de durée de cotisation » vous « Si vous partez un an avant, votre pension baissera de 5% ; si vous partez deux ans avant, elle diminuera de 10% … » Boris Vallaud, à l’Assemblée. B. Guay/AFP Ce n’est pas tout beau, ce n’est pas tout chaud Pluies et averses touchent le Massif central, mais aussi les Alpes et l’Alsace. Il y a même de la neige, dès 500 m d’altitude. Près de la Méditerranée, le mistral et la tramontane soufflent en tempête. Eclaircies sur la façade Atlantique. perdait par rapport au système actuel. Les chômeurs, eux, seront doublement perdants. Les périodes de chômage non indemnisées ne créeront pas de points. Les périodes indemnisées créeront moins de droits, car, dans le système actuel, on cotise pour sa retraite, pendant une période de chômage, sur la base de son dernier salaire perçu. Après la réforme, on cotisera sur la base de l’allocation-chômage reçue [inférieure au dernier salaire]. Plusieurs lecteurs pointent les difficultés des seniors à trouver un emploi. Christine demande si cette réforme, fixant un âge d’équilibre à 64 ans, ne va pas mettre ces personnes au chômage ? La question de l’emploi des seniors devait être un préalable, mais le gouvernement fait tout à l’envers. Le taux d’emploi des seniors, pour les 54-65 ans, est de 50%. A 64 ans, un tiers des Français a un emploi. Avec un âge pivot fixé à 65 ans, les vieux travailleurs auront le choix entre le chômage ou une retraite avec une décote. Propos recueillis par Laure Cometti La météo en France Les avocats toujours mobilisés Grève « On n’en était jamais arrivé là  : 164 barreaux en grève, des milliers d’avocats dans la rue », sourit amèrement Xavier Autain. Perché sur le camion qui ouvre le cortège, l’avocat, membre du conseil de l’ordre du barreau de Paris, regarde ses confrères battre le pavé entre la Bastille et la place de la Nation, lundi. Ils étaient 15 000 selon le Conseil national du barreau à être venus dénoncer la réforme des retraites, à la veille d’une réunion décisive entre les instances représentatives de la profession et le Premier ministre. Si la réforme était adoptée, leur caisse, gérée par la profession et à l’équilibre, serait absorbée par le régime général. Une fusion qui aboutirait, selon le syndicat des avocats, à un doublement des cotisations pour les professionnels gagnant jusqu’à 40 000  € (de 14 à 28%). « La question de l’emploi des seniors devait être un préalable, mais le gouvernement fait tout à l’envers. » « C’est dur de se projeter, d’imaginer l’avenir du cabinet avec une telle réforme. » Pour beaucoup, à l’image de Catheline Modat, 40 ans, vice-présidente de la Fédération nationale des jeunes avocats, l’avenir ressemble à un point d’interrogation géant. Son cabinet, monté il y a cinq ans avec deux associés et qui compte désormais trois collaborateurs, pourra-t-il faire face à une telle augmentation des charges ? « Il faudra peut-être que je me sépare de certaines personnes », soupire-t-elle. Au-delà même de leur retraite, c’est une vision de la profession que les grévistes mettent en avant  : l’augmentation des cotisations met en péril la défense des plus précaires. « C’est le droit à une justice équitable, la base même de notre démocratie, qui est menacé », déplore Meriem Ghenim, avocate en Seine-Saint-Denis.C. Po.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :