20 Minutes France n°3515 3 fév 2020
20 Minutes France n°3515 3 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3515 de 3 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : municipales, la percée de l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
CuLture Ils les trouvent fantastiques Cinéma Au festival de Gérardmer, les réalisateurs et réalisatrices du genre ont dévoilé à « 20 Minutes » leur film français préféré Pour sa 27 e édition, le festival de Gérardmer a regardé dans le rétro et mis à l’honneur le cinéma fantastique français des trente dernières années. 20 Minutes a demandé à une partie des personnalités invitées quel était leur film de genre français préféré sorti depuis 1990. V Alexandre Aja, réalisateur de Haute Tension et de Crawl. « Seul contre tous [1999] ou Enter the Void [2010], de Gaspar Noé. Une aventure visuelle et intellectuelle absolue, affranchie de toute approche postmoderne et référentielle au genre. Du vrai cinéma d’auteur. » V Marina de Van, réalisatrice de Dans ma peau et de Ne te retourne pas. « Mon film de genre français préféré de ces trente dernières années est Haute tension [2003], d’Alexandre Aja. Quit tXrrRt CANAPÉ, X VO4b ATIENP5 Al1 CINÉ ! ) ,- Hmrley Qum. in ? -.0Et de et.. -rre un costume crArfequirt 1 i'ztion Créé.'et trucefinage. à fait équipe à Timm clayJ crariima -nes avec d'autres..:ir Bamian" ?. 1 1442 -". Canvoinan ex Ene e zrarni 3cnis le band.':,  : e.sm Poic-i  : Corn N.I.. eL une de ce Pour la virtuosité de sa mise en scène et sa puissance de bout en bout. » V Fabrice Du Welz, réalisateur de Calvaire et d’Adoration (actuellement en salles). « Les Garçons sauvages [2018], de Bertrand Mandico. Parce que c’est un film étrange et pénétrant. Un poème halluciné sur pellicule, une œuvre complètement libre et audacieuse. » V Sébastien Marnier, réalisateur d’Irréprochable et de L’Heure de la sortie. « Je dirais Trouble Every Day [2001], de Claire Denis. Dans ma cinéphilie, c’était le premier film français qui parvenait à faire le lien entre la pure horreur et le pur film d’auteur. Et surtout, c’était un film que la presse intello soutenait ! Béatrice Dalle était inoubliable et elle tisse un lien avec mon autre film chéri, A l’intérieur [2007], de Julien Maury et Alexandre Bustillo. » iF.4à.1ar[eY 4+1.7 MERCREDI AU CINÉMA Nana Productions/Sipa iiiiiiiiipum111111 ! 1119 Ipoi ##JeV#199-248-https://tinyurl.com/s6zwkfn##JeV# pal- i L goleEdew-,2 V Julien Maury, coréalisateur d’A l’intérieur et d’Aux yeux des vivants. « Martyrs [2008], de Pascal Laugier. Il est certes d’une brutalité radicale et d’une violence âpre, mais c’est surtout une vision très mature de l’épouvante. Le film est d’une telle sincérité et d’une si profonde mélancolie qu’il touche droit au cœur et à l’âme. » V Marc Caro, coréalisateur de Delicatessen et de La Cité des enfants perdus. « Rubber (2010), de Quentin Dupieux. Pour avoir mis à l’honneur l’industrie pneumatique française sans montrer le bonhomme Michelin… du grand art ! » Fabien Randanne 14 Lundi 3 février 2020 Le film Rubber (2010), de Quentin Dupieux, et son pneu fou, a ses adeptes. Tous pour « Saint Maud » Le premier film de la Britannique Rose Glass a fait sensation vendredi à Gérardmer. Ce n’est donc pas une surprise si le jury a décerné dimanche soir à Saint Maud le grand prix de la 27 e édition du Festival du film fantastique. Il a aussi reçu les prix de la critique, du jury jeunes, ainsi que celui de la meilleure musique originale. Le prix du jury a quant à lui été décerné à Howling Village, de Takashi Shimizu. 1BR, The Apartment, de David Marmor, repart avec le prix du public. Un festival trop dans sa bulle ? Angoulême Alors que sa dernière édition se voulait « apaisée », le Festival de la BD d’Angoulême 2020 laisse un sentiment mitigé. A cause des nombreuses perturbations – la pluie, le blocage du centre-ville à l’occasion de la visite présidentielle – qui en ont émaillé les quatre jours. Mais pas seulement… « Je suis fan de BD, mais je ne connais aucun des auteurs récompensés. » Jean-Yves, un visiteur Le sentiment de frustration s’est exacerbé lors de la découverte du palmarès des fauves (les récompenses décernées par le festival), dévoilé samedi soir  : « C’est quand même incroyable, s’insurge Jean-Yves, je suis un grand fan de bande dessinée et, à part Emmanuel Moynot qui a dessiné Nestor Burma [Casterman], je ne connais aucun des auteurs et des autrices récompensés ! » L’attribution du Fauve d’or de cette 47 e édition à Révolution, de Grouazel et Locard (Actes Sud), ne souffre Y. Bonnet/AFP pourtant, objectivement, aucune contestation. Mais pour certains visiteurs comme Romane, une jeune Angoumoisine, « c’est un livre admirable, mais difficile d’accès, qui est récompensé, alors que Les Indes fourbes, qui est la BD tout public par excellence, repart les mains vides »... Olivier Mimran La BD Révolution, de Grouazel (à dr.) et Locard (à g.), a reçu le Fauve d’or.
- Crédit photo  : Adrien Daste Depuis plus de 400 ans,nousrepoussons sans cesse les limites du naval de défense en développant des savoir-faire d’exception. Ouvriers, techniciens, ingénieurs, c’estavecpassionque nos15000 collaborateurs, en France et à l’international, mettentencommunleurs savoir-faire uniques pour imagineretconcevoir des solutions de hautetechnologie en mer et faire de NavalGroup le leader européendu naval de défense. Rejoignez noséquipes ! POWER AT SEA REJOIGNEZ-NOUS  : WWW.NAVAL-GROUP.COM/FR/TALENTS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :