20 Minutes France n°3512ES 28 jan 2020
20 Minutes France n°3512ES 28 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3512ES de 28 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'origine du coronavirus chinois est probablement sauvage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Un panier garni de disciples Basket Technique, mental, impact… Kobe Bryant a inspiré de nombreux joueurs « C’était mon premier maillot de basket. » Nicolas Lang parle avec émotion de Kobe Bryant, décédé dimanche dans un accident d’hélicoptère. L’arrière du CSP Limoges, 29 ans, en avait 6 quand il a découvert le « Black Mamba »  : « Comme toute une génération qui n’avait pas connu les grandes années de Michael Jordan, on a grandi avec Kobe. Il dégageait un tel charisme… » « Si je suis devenu fan des Lakers, c’est grâce à lui, appuie son ancien partenaire à Strasbourg Boris Dallo. Quand j’ai commencé à regarder le basket, je me suis tout de suite intéressé à lui et il me l’a beaucoup fait aimer. Je pense qu’on s’est tous inspirés de lui et qu’on a essayé de l’imiter. » Capable d’incroyables performances offensives, le quintuple champion NBA maîtrisait à peu près tous les gestes de « C’était quelqu’un que je suivais pour son éthique et ses valeurs. » Scottie Reynolds, joueur de Strasbourg son sport. Là où James Harden passera à la postérité pour son step back (pas en arrière avant le tir), Kobe Bryant brillait grâce à une panoplie riche et variée. « Il savait tout faire, mais ne faisait que des choses utiles, dribble puis shoot », reprend Lang. « Pour moi, ce qui le caractérisait, c’était son fade away [tir effectué lors d’un saut vers l’arrière], réagit Dallo. T’étais face à lui, tu t’y perdais, il avait toutes les clés pour te passer ! » « En fait, tu ne pouvais pas l’arrêter », résume Axel Toupane. L’ex-joueur des Denver Nuggets avait eu la lourde tâche de défendre sur son idole un soir, en mars 2016. « J’avais été hyper actif et j’avais réussi deuxtrois bons stops, mais il m’avait aussi ramené à l’école deux fois », sourit-il. L’international français avait même échangé quelques mots avec l’historique n°24 des Lakers  : « En fait, je le pressais trop. Il m’a fait un reverse [un dribble en sens inverse] et m’a expliqué en plein match pourquoi il m’avait fait ça ! » Claude Bergeaud avait aussi observé la star de près, lors de plusieurs entraînements à Los Angeles. Les circonstances du drame encore floues Selon le site TMZ, les premières données de vol de l’hélicoptère font état de difficultés apparues alors que l’engin survolait le zoo de Los Angeles. Le pilote aurait alors été averti qu’il volait trop bas. Quelques minutes plus tard, l’appareil a semble-t-il heurté une colline, avant de prendre feu. Neuf personnes sont décédées, dont la fille de Kobe Bryant, Gianna. Deux de ses coéquipières et trois de leurs parents se trouvaient également à bord. « Je me souviens d’une séance à la veille d’un match, celle qui est souvent la plus décontractée. Lui était resté concentré de bout en bout, raconte l’ancien sélectionneur des Bleus. Il ne laissait rien au hasard et avait créé une organisation personnelle pour sa réussite, avec nutritionniste, préparateur physique… On ne voyait que du talent chez lui, mais c’était lié à un énorme volume de travail. » Une caractéristique qui a aussi influé sur le niveau d’investissement de toute une génération de basketteurs. « C’était quelqu’un que je suivais pour son éthique et ses valeurs, indique Scottie Reynolds, qui évolue à Strasbourg. Il avait compris tout ce que devait faire un basketteur pour progresser et gagner. J’ai toujours essayé de reproduire ça. » Dans son attitude, Bryant a également marqué son époque. « Il voulait « Il se levait au milieu de la nuit pour aller shooter » Kobe Bryant a disputé le dernier match de sa carrière en avril 2016. J.C. Hong/Sipa Spécialiste NBA à Canal+, Vincent Radureau a traduit l’autobiographie de Kobe Bryant, Mamba Mentality, Ma façon de jouer, sortie à l’automne en France (éd. Hugo Sport). Le journaliste nous raconte ce qu’il a appris sur l’éthique de travail de l’ancien joueur des Lakers. Qu’est-ce qui définit le mieux la « Mamba Mentality » ? Kobe, c’était cette détermination incroyable, qui fait qu’il ne cessait jamais de travailler. Pendant chaque préparation d’avant-saison, il se levait au milieu de la nuit pour aller à la salle d’entraînement, répétant 100 fois ou 200 fois le même shoot. Et, une fois qu’il avait fini, vers 7h, il faisait une sieste d’une heure dans sa voiture [avant l’entraînement collectif]. Ce mec était un génie du basket, mais ce n’était pas que le talent, ##JEV#170-100-https://tinyurl.com/spbr892##JEV# Kobe Bryant, en 2016. J. Ocampo/AFP c’était aussi une force de travail absolument dingue. Cette éthique de travail l’at-elle toujours accompagné ? Il s’est défini comme un étudiant du jeu. Même quand il était gamin, il ne cessait jamais de s’interroger sur le jeu et de questionner les joueurs et les entraîneurs, jusqu’à en devenir soûlant. Il n’avait quasiment que ça dans sa vie, à part sa femme et ses filles. Sa confiance en lui se doublait parfois d’une certaine arrogance… Beaucoup de gens ont pensé que cette arrogance était sa part d’ombre. Je suis intimement persuadé que ça fait partie du caractère de champion. Il faut avoir la conscience d’être un être suprême pour accomplir une telle carrière. Propos recueillis par Julien Laloye i=ii minutes 10 Mardi 28 janvier 2020 tuer ses adversaires et avait une dureté mentale incroyable, juge Boris Dallo. Même blessé ou avec des doigts cassés, il jouait. » « Son jeu, son charisme, son arrogance ne laissaient personne indifférent. Tu parlais de lui, t’étais sûr qu’il y allait avoir débat, synthétise Nicolas Lang. Inconsciemment ou non, on pense souvent à lui. » A Strasbourg, Thibaut Gagnepain Bien plus qu’un joueur Bryant Une icône, un héros, une légende. Les mots ne manquent pas dans les témoignages des internautes de 20 Minutes pour qualifier Kobe Bryant. « Il était une référence du basket, une de ces légendes que l’on pense immortelles, invincibles », estime Florian. Un champion qui laissera son empreinte sur la NBA. Parmi les fans qui nous ont apporté leurs témoignages, beaucoup nous ont décrit des souvenirs de jeunesse. « J’ai commencé le basket à 5 ans, en 1998 après avoir vu un match sur Canal+ en pleine nuit, avec un n°8 insolent de talent, petite coupe afro, gros mental et des skills variés et incroyables, raconte Thibaut. Ma vie n’a plus été la même. A 7 ans, je vendais la moitié de mes jouets pour m’acheter mon maillot de Kobe. » L’ex-joueur des Lakers, un compagnon d’enfance ou d’adolescence pour certains, mais, pour beaucoup, un exemple à suivre. « Kobe m’a énormément inspiré, estime Gian. Pas seulement pour son jeu, mais pour sa philosophie de travail, de vie  : refuser l’échec. Toujours s’entraîner et ne jamais lâcher. C’est une leçon que je garde en moi depuis ma jeunesse. Plus qu’un joueur, je perds un avec vous modèle. » Florence Floux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :