20 Minutes France n°3508 17 jan 2020
20 Minutes France n°3508 17 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3508 de 17 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Maxime Chattam.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
SportS Les amateurs prennent note Football En Coupe de France, des clubs pros ne laissent pas toujours leur part de recette Promis, le président de Granville ne se pose pas la question. Et son club (National 2), qui affronte l’OM en seizième de finale de Coupe de France, ce vendredi, n’en fera pas une affaire d’Etat si le club phocéen estime encore que c’est grâce aux Marseillais qu’un match de foot a pu être organisé dans la région. Non, Dominique Gortari n’a pas vraiment envie de parler recette de match avant « cette belle fête », alors que l’adversaire avait beaucoup fait causer au tour précédent en ne laissant pas sa part à Trélissac, comme il est de coutume de faire en Coupe de France. « Qu’est-ce que vous voulez faire ? interroge Dominique Gortari. Moi, ce n’est pas la partie financière qui m’intéresse le plus sur ce match. S’ils prennent tout, tant pis. Je ne vais pas polémiquer. Ils sont dans leur droit, ils décideront. » « Ça [la recette] va nous aider, c’est ça en moins qu’on aura à mettre nous. » Jean-Bernard Legroux, coprésident Saint-Pryvé Saint-Hilaire Jusque-là, comme lui, les dirigeants des clubs amateurs se contentaient de hausser les épaules, entre amertume et fatalisme. Et puis, ceux de Trélissac Manu Blanche Payet Gardin 66:day de dé l'influence du numérique sur les honnêtes gensnnCu secondes I Mandoline Films et Chez Georges Productions présentent 15:01 m « Excellent. Drôle.Malin » LES ECHOS G. Souvant/AFP Saint-pryvé Saint-Hilaire espère récolter 200 000  € de recette face à Monaco. ont décidé de mettre un peu de panache dans tout ça. Car cette histoire de recette est loin d’être anecdotique pour les clubs amateurs. Gagner le droit d’affronter une Ligue 1, c’est un événement pour toute une ville, voire un département, mais c’est aussi une manne financière pour voir l’avenir un peu plus sereinement. Illustration avec Saint-Pryvé Saint- Hilaire (N2), qui reçoit Monaco, lundi. Le petit club du Loiret s’est vu proposer gracieusement par l’US Orléans de venir jouer dans son stade de la Source. Les 7 300 sièges ont très vite trouvé preneurs, mais la recette ne s’annonce pas non plus pharaonique, sachant que quelque 1 500 places sont réservées pour des invitations. Il n’empêche, 100 000 ou 200 000  € , c’est toujours ça de pris à ce niveau. « C’est ça en moins qu’on aura à mettre nous, explique Jean-Bernard Legroux, l’un des deux coprésidents du club. Notre budget est de 820 000  € . On reçoit environ 160 000-170 000  € en subventions, licences… Ça fait 20%. Les 80% restants, c’est du privé, c’est-à-dire les deux présidents, nos fournisseurs, nos amis… » Alors, un petit coup de main n’est jamais anodin. En général, les choses se passent très bien entre les pros et les amateurs. Les présidents de Granville et Saint-Pryvé Saint-Hilaire n’ont que des bons souvenirs de leurs précédentes rencontres contre des clubs de l’élite. D’ailleurs, l’OM a fait savoir jeudi soir que le club était « prêt à faire un geste » pour Granville. « On réfléchit auquel. Un sou est un sou », a ajouté le deuxième de Ligue 1. Sûr que ça, les dirigeants des clubs amateurs le savent bien. Nicolas Camus Réalisé par Thomas Bidegain Marc Fitoussi Tristan Aurouet Cyril Gelblat et Vianney Lebasque J. Phelps/AP/Sipa Elsa Max Zylberstein Boublil society 20 Vendredi 17 janvier 2020 Fourcade continue sur sa lancée. Vainqueur de deux épreuves à Oberhof, le Français a remporté le sprint, jeudi à Ruhpolding (toujours en Allemagne). Fourcade a devancé un autre Tricolore, Fillon Maillet. Desthieux et Claude (cinquièmes ex aequo) ont aussi assuré. Paire et Humbert dans le dernier carré à Auckland. Les deux joueurs français se sont qualifiés pour les demi-finales du tournoi d’Auckland. Paire affrontera l’Américain Isner alors qu’Humbert sera opposé au Polonais Hurkacz. Un autre match NBA à Paris en 2021. Alors que Charlotte et Milwaukee s’affronteront le 24 janvier à Bercy, une première depuis huit ans, un autre match NBA serait prévu à Paris en 2021, selon L’Equipe. LE CHIFFRE 2 000  € Comme le montant de l’amende infligée par la commission des compétitions de la LFP à l’OGC Nice pour avoir fait entrer des enfants sur le terrain avec des bonnets de Noël. « Blackmirror version comédie » CINÉSÉRIES.COM ACTUELLEMENT AU CINÉMA
,21:1 miautee PRODUCTION pour BFM EIU51 NE55 Héritage  : quels sont vos droits ? Famille Bien connaître la loi en matière de succession permet de mieux protéger ses proches Six millions de Français sont concernés par les problématiques de succession, selon le Conseil supérieur du notariat. Pourtant, ceux-ci ne sont pas toujours très bien informés de leurs droits. Il faut savoir qu’ils varient en fonction de la loi applicable suivant le lieu où l’on se trouve, des biens patrimoniaux, de la situation familiale… En l’absence de testament, la succession se fait dans un ordre précis, avec en première ligne l’époux survivant et les enfants. Si les enfants sont nés du couple, l’époux peut soit conserver l’usufruit de la totalité de la succession ou bien hériter de la pleine propriété du quart de celleci. Si le défunt a des enfants d’une précédente union, l’époux obtient le quart de la succession en pleine propriété. Si le défunt est marié, sans enfant, et que ses parents sont encore vivants, ceux-ci ont droit à la moitié de la succession. Si un seul parent est encore en vie, il en bénéficie d’un quart ; et si le défunt n’a plus de parent, c’est son époux qui hérite de la totalité. Autre cas de figure  : si le défunt n’est pas marié mais a des enfants, ce sont eux qui héritent en totalité. Un partenaire de Pacs ou un concubin en union libre ne peut pas hériter du Maître Jean-François Humbert. GettyImages Romuald Meigneux La rédaction d’un testament offre une certaine souplesse par rapport à la loi. défunt, sauf si ce dernier avait rédigé un testament ou fait une donation de son vivant. Règles et exceptions Le testament offre plus de flexibilité mais doit toutefois tenir compte de la part qui revient aux héritiers. Le patrimoine restant, ou quotité disponible, peut ensuite être attribué aux personnes de son choix. Il permet d’en faire profiter un tiers ou d’avantager l’un des héritiers si l’on estime que l’on a déjà donné davantage aux autres de son vivant, par exemple. Il y a aussi des droits de succession à payer, qui varient de 20 à 45% selon le montant de l’héritage. Seul l’époux « C’est important de bien expliquer ses choix » Les conseils de Me Jean-François Humbert, notaire à Paris et président du Conseil supérieur du notariat. Pourquoi faire un testament ? Les situations familiales sont de plus en plus multiples. Un testament est alors utile, par exemple, pour protéger le conjoint survivant pacsé ou en union libre et lui donner droit à des avantages fiscaux. Le testament sert aussi à clarifier tout qu’on a pu faire comme don par le passé. Quand le partage est expliqué dans le testament, c’est plus simple au moment de la succession. Lorsqu’il est rédigé par un notaire, on s’assure que ce qui est écrit est conforme à ce que l’on souhaite. Et puis, le testament ne s’égarera pas puisque le notaire l’inscrit survivant en est exempté. En étant bien informé, on peut optimiser la fiscalité et les abattements en recourant à une assurance-vie ou une donation-partage de son vivant. On peut donner 100 000  € par parent et par enfant tous les 15 ans sans que les bénéficiaires ne soient imposés dessus. Pour se renseigner, on peut aller sur les sites notaires.fr et monnotaire-masuccession.notaires.fr, consulter un conseiller en gestion de patrimoine, un juriste ou prendre rendez-vous gratuitement auprès d’un notaire qui aura une vision plus transversale des choses. Dorothée Blancheton 20 Minutes Production sur le fichier central des dernières volontés. Il peut ainsi être consulté par n’importe quel notaire choisi pour régler la succession. Peut-on refuser un héritage ? Oui s’il est déficitaire, par exemple. On peut aussi y renoncer si l’on est soi-même âgé et que l’on souhaite permettre à ses enfants d’hériter directement car ils en ont davantage besoin. Il n’y a alors qu’une seule transmission au lieu de deux et donc une seule fois les droits de succession à payer. Or, en France, ils sont parmi les plus élevés d’Europe. En revanche, quand on refuse un héritage, on renonce à tout, pas juste à une partie de la succession. Quel conseil donneriez-vous aux familles ? Vendredi 17 janvier 2020 La succession en chiffres 40% Des héritages reçus en 2015 par les Français étaient d’un montant inférieur à 8 000  € selon l’enquête patrimoine 2014-2015 de l’Insee. 6 mois C’est la durée accordée aux héritiers pour s’acquitter de leurs droits. 0,40.% C’est le taux d’intérêt par mois dû à l’administration fiscale pour les droits de succession passé le délai des six mois. On ne parle jamais trop à ses enfants de cette question d’héritage. C’est important de bien expliquer ses choix de son vivant pour éviter les malentendus au moment de la succession. Et puis, depuis une vingtaine d’années, il y a des solutions innovantes qui permettent de bénéficier d’abattements fiscaux pour transmettre son patrimoine. Le notaire est là pour conseiller au mieux les familles. Propos recueillis par Dorothée Blancheton Ce contenu a été réalisé avec BFM Business, par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :