20 Minutes France n°3507 16 jan 2020
20 Minutes France n°3507 16 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3507 de 16 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : coup de froid pour Ségolène Royal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ActuAlité Nouvelle manifestation « massive » Grève L’intersyndicale opposée au projet de réforme des retraites du gouvernement appelle à une nouvelle « journée massive de grève et de manifestation interprofessionnelle » le 24 janvier, jour de l’examen du projet de loi en Conseil des ministres, a-telle annoncé mercredi. De son côté, Matignon a annoncé mercredi soir que la grève a coûté jusqu’à présent un montant « proche de 200 millions d’euros pour la RATP et environ 850 millions pour la SNCF ». Au 42 e jour de grève, le gouvernement mentionne des « conséquences financières importantes ». Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, s’est, lui, voulu rassurant. Devant les sénateurs, il a évoqué un impact « d’au plus » 0,1 point sur le produit intérieur brut, déjà intégré dans la prévision de croissance à 0,2% de la Banque de France pour le quatrième trimestre.nnCu secondes Le taux du Livret A abaissé de 0,75% à 0,5% dès le 1er février. Fin du suspense, le taux de rémunération du livret A passera de 0,75% au taux plancher de 0,5% dès le 1er février, a annoncé mercredi au Parisien le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Le produit vedette de l’épargne est détenu par 55 millions de Français. 8 Jeudi 16 janvier 2020 Ségolène Royal visée par une enquête Justice Le Parquet national financier vérifie l’utilisation de ses frais d’ambassadrice des pôles Le climat se rafraîchit pour Ségolène Royal. Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire visant l’ancienne ministre de l’Environnement, a appris, mercredi, 20 Minutes, confirmant une information de France Info. Cette procédure, ouverte en novembre à la suite d’une enquête de la radio publique, vise à vérifier l’utilisation que l’ancienne ministre a faite des moyens mis à sa disposition en tant qu’ambassadrice des pôles. Pour mener à bien sa mission bénévole qu’elle occupe depuis 2017, le Quai d’Orsay lui a fourni trois collaborateurs à plein temps et une enveloppe annuelle de 100 000 € pour assurer ses frais de représentation. Soit trois fois plus que son prédécesseur Michel Rocard, décédé en 2016, calcule France Info. Une somme que l’ancienne candidate à l’élection présidentielle aurait en partie utilisée pour des missions sans rapport avec son activité d’ambassadrice, notamment pour la promotion d’un de ses livres. « Tout est faux » L’enquête de France Info interroge aussi sur les dépenses des frais de représentation de Ségolène Royal, au vu de certaines factures de taxis, alors qu’elle n’avait pas de chauffeur pour assurer sa mission. « Les factures de VTC que nous avons pu consulter s’élèvent à un total de 1 430 € pour le seul mois de novembre 2017 », note le journaliste, alors que les instructions du ministère demandent aux ambassadeurs d’éviter l’utilisation « onéreuse » des taxis. Face à ces accusations, l’ex-ministre avait dénoncé des « insinuations » « calomnieuses et diffamatoires »  : « Tout est faux », avait-elle insisté sur RMC, précisant « se réserver le droit » d’aller en justice et assurant avoir l’intention de porter plainte pour diffamation. Elle a aussi affirmé que « l’enveloppe qu’[elle] engage, c’est même pas la moitié » des 100 000 € évoqués par France Info. Vincent Vantighem Elle devrait être démise de ses fonctions le 24 janvier Ségolène Royal est à l’heure actuelle toujours ambassadrice des pôles, mais elle a indiqué mardi sur Facebook que son « licenciement » de sa mission bénévole d’ambassadrice des pôles était imminent. Selon France Inter, l’ancienne ministre de l’Environnement devrait officiellement être démise de ses fonctions le 24 janvier, lors du Conseil des ministres. R. Alain/Sipa l’ex-ministre, ici en Norvège le 19 août 2016, occupe la fonction bénévole d’ambassadrice des pôles depuis 2017. La majorité assume le limogeage Pour l’exécutif comme pour la majorité, le limogeage annoncé de Ségolène Royal est une conséquence logique de ses prises de position depuis plusieurs mois. « La diplomatie, c’est une mission, la politique en est « Une vision élastique de son devoir de réserve. » Roland Lescure, député LREM une autre », a justifié Edouard Philippe, mercredi à l’issue d’un séminaire gouvernemental, précisant que l’exécutif prendrait sa « décision » après avoir entendu les « observations » de l’ancienne ministre. « Ségolène Royal consacre son temps à des prises de parole politiques en opposition au gouvernement », avait dénoncé Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, quelques heures plus tôt sur BFMTV. Alors que la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, avait, ce week-end, demandé à l’ambassadrice chargée de la négociation internationale sur les pôles de modérer ses prises de position, Roland Lescure, député LREM des Français établis hors de France, juge auprès de 20 Minutes que le limogeage de Ségolène Royal était inéluctable. L’ancienne ministre avait « une vision élastique de son devoir de réserve, s’agace l’élu. Elle ne devait pas parler de politique nationale or, depuis un an, elle nous donne des leçons pour sortir de la crise des « gilets jaunes », puis sur les retraites. » « Il n’y a, du point de vue judiciaire, aucun règlement de comptes politique », a en tout cas assuré la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Clément Giuliano, avec Laure Cometti et Thibaut Le Gal L’ex-prêtre Bernard Preynat révèle son passé de victime. Jugé à Lyon pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts il y a plus de trente ans, l’ex-prêtre Bernard Preynat a révélé mercredi avoir luimême été abusé dans sa jeunesse. Il a raconté avoir été agressé sexuellement par un sacristain de sa paroisse, un séminariste et un prêtre entre sa 6 e et sa 4e.
Ma% Me:Meir. - 5T-1-211-1.'W —1 : Paris trouvez un dEfenseur des droits tout prEs de vous n o s d é l é g u é s v ou s a c c u e i l l en t g r a t u i t e men t RENDEZ-VOUS SUR WWW.DEFENSEURDESDROITS.FR QUESTION ? APPELEZ LE 09 69 39 00 ensaklesdraitsRÉPUBLIQUE FRANÇAISE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :