20 Minutes France n°3506 15 jan 2020
20 Minutes France n°3506 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3506 de 15 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : violences policières, tout doux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
F. Dides/Sipa ActuAlité Poches de sang et sets de transfusion sanguine sont toujours constitués de plastique. La fin du plastique à usage unique, y a comme un hic Hôpital De nombreux dispositifs médicaux n’ont pas de substituts viables pour le moment Fini, les Coton-tige, les assiettes et les gobelets. Depuis le 1er janvier et l’entrée en vigueur de la loi Egalim, ces objets sont interdits à la vente. Une mesure qui s’inscrit dans la volonté du gouvernement de supprimer tous les plastiques à usage unique d’ici à 2040. Mais, dans le milieu de la santé, cet objectif est-il atteignable ? Poches de sang, seringues, sets de transfusion sanguine… Tous ces dispositifs médicaux sont en plastique, et sont eux-mêmes conditionnés dans des emballages en plastique. « Pour l’heure, il n’existe pas de substitut pour un grand nombre de ces dispositifs médicaux, explique Claude Le Pen, économiste de la santé et professeur à l’université Paris-Dauphine. Un cathéter, par exemple, doit être dans un matériau souple. » « Possibilités de recyclage » « La recherche se penche plutôt sur les moyens d’éviter la présence de perturbateurs endocriniens dans les plastiques entrant dans la composition des dispositifs médicaux, indique Cédric Alliès, conseiller en développement durable chez Primum Non Nocere, filiale du Comité de développement durable en santé. A ce jour, il n’existe pas de matériau aussi sûr que le plastique sur le plan sanitaire et aussi compétitif sur le plan économique. Pas même les bioplastiques, qui ne répondent pas à l’objectif gouvernemental de sortie du plastique à usage unique. » Bien que ce dernier soit un peu trop ambitieux pour l’hôpital, certains établissements prennent des initiatives. « Les hôpitaux peuvent opter, dans une catégorie donnée de produits, pour celui qui offre des possibilités de recyclage, souligne Cédric Alliès. Il s’agit d’activer le levier des achats responsables en impliquant leurs fournisseurs et prestataires de gestion des déchets. » Ainsi, la clinique Saint- Nicolas, à Toulouse (Haute-Garonne), a opté, en partenariat avec son prestataire de linge, pour la suppression des housses plastique individuelles à usage unique, au profit de housses en tissu réutilisables pour son personnel. Et, depuis 2013, la maternité des hôpitaux de Saint-Maurice (Valde-Marne) s’est lancée dans le recyclage de ses « nourettes », les minibiberons de lait maternisé. Anissa Boumediene Un « essoufflement » des transplantations en France Greffe de rein La liste des de la filière. Dans un questionnaire envoyé par France Transplant aux mé- patients en attente d’une greffe de rein s’allonge année après année, s’inquiète l’association France Transplant. tion rénale, ces derniers ont placé le decins des services de transplanta- Faute d’avoir été greffés, « 500 à 600 patients » meurent chaque année. Piste lectés » en tête des causes limitant le « nombre insuffisant d’organes col- des donneurs vivants insuffisamment nombre de greffes du rein. exploitée ou manque de disponibilité Pour l’association, cela s’explique notamment par une application insuffi- des blocs opératoires et des personnels spécialisés  : le rapport publié mardi sante du principe du consentement présumé au don d’organes, conduisant constate un risque « d’essoufflement » à un taux de refus élevé des familles endeuillées, d’environ 33%. Pour y remédier, France Transplant propose d’entreprendre « une grande étude sur les causes actuelles de l’opposition au don d’organes ». Alors que le plan greffe a fixé comme objectif 7 800 transplantations en 2021, tous organes confondus, contre 6 100 en 2017, ce nombre a chuté à 5 800 en 2018, rendant « utopique » la barre visée, selon ce rapport. 6 Mercredi 15 janvier 2020 Auchan Retail supprime 517 emplois Economie Le modèle de l’hypermarché s’essouffle. Auchan va supprimer 517 emplois par l’intermédiaire d’un plan de départs volontaires (PDV). Ce projet a été présenté mardi aux instances représentatives du personnel au cours de trois comités sociaux et économiques extraordinaires à Lesquin et Marcq-en-Barœul (Nord). « Afin de gagner en efficacité opérationnelle, Auchan Retail projette de réorganiser ses fonctions supports sur le territoire français », affirme le distributeur dans son communiqué. Dans ce cadre, ajoute-t-il, « il est envisagé un projet de réorganisation ». Le PDV envisagé concerne « les salariés des fonctions siège et produits d’Auchan Retail France et des services d’appui de l’organisation commerciale territoriale des activités françaises ». Selon le distributeur, 677 postes seraient supprimés, dont 652 actuellement occupés, tandis que 135 postes seraient créés. Ces actions visent « un changement profond à horizon 2022 », qui passera par « la réduction de ses coûts de fonctionnement ».nnc 11u secondes Royal annonce que l’exécutif souhaite mettre fin à ses fonctions. L’ex-ministre Ségolène Royal a annoncé mardi que l’exécutif envisageait de « mettre fin » à ses fonctions d’ambassadrice des Pôles en raison de ses critiques récurrentes du gouvernement. Elle estime que son licenciement « a déjà eu lieu, sans entretien préalable ». Mélenchon propose une motion de censure contre le gouvernement. Le chef de file des députés insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé mardi devant la presse qu’il proposait à la gauche le dépôt d’une motion de censure contre le gouvernement pour son projet de réforme des retraites. LE CHIFFRE 67 064 000 personnes vivaient en France au 1er janvier, soit une hausse de 0,3%, selon l’Insee. Avec 753 000 naissances et 612 000 décès, le pays a connu un solde naturel de 141 000 personnes, son plus bas historique depuis la Seconde Guerre mondiale.
ActuAlité Le discours de la méthode Violences Emmanuel Macron a demandé au gouvernement des propositions « pour améliorer la déontologie » des forces de l’ordre Un changement de ton dans la majorité ? Depuis plus d’un an et le début du mouvement des « gilets jaunes », les accusations de violence à l’égard de la police nationale s’intensifient. Jusqu’à présent, la majorité a toujours pris la défense des forces de l’ordre, pointant l’attitude hostile de certains manifestants. Des images captées lors de mobilisations contre la réforme des retraites, ce week-end, ont poussé l’exécutif à faire évoluer sa rhétorique. « J’attendais cette parole » Tout en déplorant « la violence et le nihilisme politique » de certaines personnes, Emmanuel Macron a dénoncé mardi des « comportements qui ne sont pas acceptables » de la part de forces de l’ordre. Le président a demandé au ministre de l’Intérieur « des propositions claires pour améliorer la déontologie » des gendarmes et des policiers. La veille, Christophe Castaner avait évoqué, lors de ses vœux à la police nationale, le devoir « d’exemplarité » et la nécessaire « éthique » des fonctionnaires. Des déclarations saluées au sein de la majorité. « J’attendais ce type de parole de la part de Christophe Castaner, qu’il dise qu’il y a un état de fait avec des actes violents de la part de certains policiers et des blessés, au moins 24 éborgnés selon une association », dit Albane Gaillot, élue apparentée LREM du Val-de-Marne. Comme le gouvernement depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », la plupart des « Ce n’est pas le moment de nous parler d’exemplarité » Le « rappel à l’ordre » de l’exécutif a agacé le syndicat majoritaire des policiers. « Ce sont des propos inappropriés, regrette Fabien Vandermerlick, secrétaire général d’Alliance, rappelant la mort lundi d’un policier lors d’une opération. Ce n’est pas le moment de nous parler d’exemplarité, les policiers le sont bien plus que les voyous auxquels ils sont confrontés. » Des chercheurs ont conçu des robots à partir de cellules de grenouille.C. Ena/AP/Sipa Superstock/Sipa christophe castaner a évoqué la nécessaire « éthique » des policiers. marcheurs contactés par 20 Minutes refusent toutefois de parler de « violences policières ». « Il peut y avoir une accumulation de provocations contre la police, mais il ne peut pas y avoir de gestes inappropriés des forces de l’ordre, et à un moment donné, il faut un rappel à l’ordre », indique l’entourage de Christophe Castaner pour justifier le changement de ton. Le ministre de l’Intérieur n’a toutefois pas infléchi sur le fond, assure-t-on Place Beauvau  : « Il a toujours dit que, s’il y avait une faute de commise, il devait y avoir sanction. Il a toujours affirmé qu’un blessé était un blessé de trop, policier ou manifestant. » Laure Cometti et Thibaut Le Gal Des bêtes de robots organiques Science Verrons-nous bientôt des robots issus de matières organiques ? Cette hypothèse s’est un peu plus ancrée dans le réel depuis la publication lundi d’une étude repérée par L’Obs autour de machines conçues à partir de cellules de grenouille. Les auteurs de l’opération, issus des universités du Massachusetts et du Vermont, évoquent dans un communiqué « un organisme vivant et programmable ». Mesurant quelques millimètres, ils remplissent uniquement des tâches basiques, comme pousser des objets, pour lesquelles ils ont été programmés grâce à l’assemblage desdites cellules. Ils sont même « capables de se déplacer de façon cohérente et d’explorer leur environnement aquatique pendant des jours ou des semaines », précise le communiqué. Le champ des possibles qui vient de s’ouvrir est immense  : « Détecter des matériaux dangereux, récupérer les microplastiques présents dans les océans ou encore voyager à l’intérieur du corps humain afin de nettoyer les artères », précisent les chercheurs. Olivier Goury, chercheur en robo tique défor mable à l’Inria, reconnaît l’éventuelle supériorité de l’organique  : « La matière peut se reconstruire. De toute façon, face à la nature, on ne peut pas rivaliser. » Jean-Loup Delmas A. Lamachère/Sipa 7 Mercredi 15 janvier 2020 Les astronomes la tête dans l’étoile Bételgeuse Espace Bientôt une supernova ? La luminosité de l’étoile Bételgeuse, l’une des plus brillantes de la Voie lactée, a chuté depuis quelques semaines. Alertés par des observateurs amateurs, des astronomes ont déclenché en décembre une vaste campagne d’observation. « C’est l’ébullition !, témoigne Eric Lagadec, astrophysicien de l’Observatoire de la Côte d’Azur. Nous avons monté un groupe de recherche à travers le monde pour utiliser tous les instruments capables d’imager la surface de Bételgeuse. » Plusieurs hypothèses sont avancées  : une éjection de gaz formant de la poussière ou… la mort de Bételgeuse. Dans ce dernier scénario, on observerait depuis la Terre à l’œil nu un point aussi brillant que la Lune. A cela s’ajouterait, précise Pierre Kervella, de l’Observatoire de Paris, « un écho de lumière se propageant autour. » « J’espère pouvoir voir une supernova de mon vivant », raconte Eric Lagadec. Mais il est difficile de prédire quand elle mourra, souligne Pierre Kervalla  : « Cela pourrait arriver dans les semaines qui viennent comme... dans cent mille ans. » nnru secondes Nouvelle amélioration du trafic SNCF et RATP ce mercredi. La direction annonce la circulation de 80% des TGV et TER ainsi que de 75% des Transilien, ce mercredi, au 42 e jour de grève contre la réforme des retraites. La RATP a annoncé de son côté que son trafic serait encore perturbé, mais « avec de nouvelles améliorations sur les réseaux métro et RER ». Le réalisateur Christophe Ruggia en garde à vue. Accusé d’« attouchements » par l’actrice Adèle Haenel lorsqu’elle était adolescente, le réalisateur Christophe Ruggia (photo) a été placé en garde à vue mardi à Nanterre (Hauts-de-Seine) par les enquêteurs de l’Office central pour la répression des violences aux personnes ain de s’expliquer sur cette mise en cause.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :