20 Minutes France n°3499 18 déc 2019
20 Minutes France n°3499 18 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3499 de 18 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : then end of Star Wars.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
B. Guay/AFP ActuAlité ##JEV#117-70-https://tinyurl.com/usmpsrm##JEV# Des jeunes loin de la retraite mais déjà mobilisés Soudain, ils stoppent leur cadence et s’allongent à même le bitume. Le cortège parisien contre la réforme des retraites qui vient de sortir de la place de la Bastille, slalome alors autour d’un petit groupe de lycéens. Au milieu, Pomme, 17 ans. « La retraite, ça concerne tout le monde. Au début, les gens se demandaient pourquoi les lycéens se mobilisaient contre la réforme des retraites, lâche-t-elle. Mais ça nous concerne plus que les adultes. Nous, on est nés après 1975 et nous sommes là pour montrer que la jeunesse est avec les travailleurs, les cheminots, les personnes en grève. C’est important que tout le monde soit là et uni. » Parti place de la République, le cortège s’est élancé aux alentours de 13 h 30. Alors que quelques minutes plus tard, la police bloque l’avancée du cortège, Louise, 26 ans, explique sa présence. « C’est bien de montrer que le mouvement s’inscrit dans la durée », explique celle qui est mobilisée depuis le 5 décembre car « inquiète pour sa retraite ». Et « inquiète globalement ». En quelques mots  : le chômage, les droits sociaux. Une réforme jugée floue « Je suis déjà venue aux précédentes manifestations. Je trouve que depuis un bon moment le droit à la manifestation est réduit, que cette réforme des retraites est floue, affirme Natacha, 22 ans, étudiante en histoire de l’art à l’université Paris-4. Mais je soutiens d’autres causes. Il y a plein de choses qui ne vont pas. Peut-être qu’un jour je serai d’accord avec quelque chose, mais là, ça ne va plus. » Romain Lescurieux TER 6 Mercredi 18 décembre 2019 tous les principaux syndicats ont participé aux manifestations de mardi, mais leur front n’est pas uni, ce dont pourrait essayer de profiter le gouvernement. L’exécutif peut-il changer la donne ? Social Le Premier ministre rencontre les organisations syndicales ce mercredi Le gouvernement a dévoilé sa main sur la réforme des retraites, mais il lui reste encore quelques atouts cachés dans la manche. Alors que les principaux syndicats ont défilé ce mardi contre le projet gouvernemental, l’exécutif a prévu de les recevoir un à un mercredi à Matignon, puis de les réunir tous ensemble jeudi. Le débat autour de la réforme « s’est focalisé autour de la question de l’âge pivot, rappelle Rémi Bourguignon, professeur à l’université de Paris-Est Créteil et spécialiste du syndicalisme. Il va falloir que le gouvernement bouge sur cette question. » Le gouvernement pourrait donc choisir de retirer complètement l’âgepivot, ou de décaler son application dans le temps. « Nous demandons à ce que personne ne soit concerné par la réforme avant 2025 », indique par exemple Cyril Chabanier (CFTC). Mais cette stratégie est risquée  : « Si le gouvernement cède sur cet aspect, cela va encourager les syndicats contestataires [CGT, FO] à poursuivre leur mouvement, puisqu’ils auront le sentiment qu’ils peuvent obtenir plus par la contrainte », analyse Rémi Bourguignon. Un autre levier de négociation réside aussi dans le pilotage du futur système. Qui sera aux manettes pour décider, par exemple, comment équilibrer le système ? « La gouvernance du système sera confiée aux partenaires sociaux [syndicats et patronat], sous la supervision du Parlement », expliquait vaguement Edouard Philippe le 11 décembre. « Il faudra que l’on ait réellement la main », avertit Cyril Chabanier. La question de la pénibilité S’il ne cède pas sur ces deux points, le gouvernement disposera néanmoins de quelques cartes supplémentaires à abattre, dont le sujet de la pénibilité, essentiel aux yeux des organisations syndicales. Pour l’instant, six critères La bataille des chiffres Selon la CGT, 1,8 million de personnes ont manifesté contre la réforme des retraites mardi en France. Ils n’étaient que 615 000 selon le ministère de l’Intérieur, soit moins que le 5 décembre. permettront d’accumuler des points, et donc possiblement de partir plus tôt à la retraite, comme le travail répétitif ou un métier soumis à un bruit permanent. Pour les syndicats, ce n’est pas suffisant. Le gouvernement pourrait donc satisfaire en partie les demandes des syndicats dits réformistes. Mais le fera-t-il vraiment ? « Il pourrait aussi choisir une stratégie risquée en jouant la montre et en comptant sur la suspension du mouvement pour les fêtes de fin d’année, note Rémi Bourguignon. Il peut se dire que les malgré les fortes mobilisations de ces dernières années, les projets ont toujours abouti. Mais jouer l’escalade du conflit est toujours dangereux. » Nicolas Raffin Mercredi 18 décembre TGV 1/3 Ouigo 1/5 Intercités Transilien RER A RER B RER C RER D RER E afic pr 3/10 1/6 1/4 1/2* 1/3* Trafic extrêmement réduit Trafic extrêmement réduit Trafic extrêmement réduit Source  : SNCF *En heures de pointe
M ON OPR1X POUR ÊTRE UN POIL PLUS RESPONSABLE LE RASOIR EN BAMBOU DE BULLDOG SKINCARE FOR MEN DISPONIBLE CHEZ MONOPRIX, r Pnexerler mur UA galle C ; d41.11erlu6le et m Claeccur SKINCARE FOR MEN" Original Bamboo Razor Rasoir en bambou 6 - Bludê Cartridge& Ruchâr à 5 Lame& Monoprix – SAS au capital de 78 365 040  € - 14-16, rue Marc Bloch – 92110 Clichy – 552 018 020 R.C.S. Nanterre – – Pré-presse  :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :