20 Minutes France n°3496 12 déc 2019
20 Minutes France n°3496 12 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3496 de 12 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : réforme des retraites, une mesure explosive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Culture NOUVEAU 13-14 JUIN 2020 AU LIEU TARIF EARLY*82 € DE 89C jusqu'au 31janvier 2020 ticket.Iemans.org e4.0e-C `Earty = Prévente. Tarif Enceinte Générale Semaine 24 Heures du Mans 2020, accès gratuit pour les enfants de mains de 16 ans (nés après le 14 Juin 2004). Le plein tarif de 69 € s'applique à partir dur février 2020. #LEMANS24 ROLEX TOTAL 8 JANVIER – 2 FÉVRIER, 21H RÉSERVATIONS 01 44 95 98 21 — THEATREDURONDPOINT.FR 16 Jeudi 12 décembre 2019 Un Poilu en première ligne sur YouTube Webdocumentaire Une vidéo raconte comment a été retrouvé le descendant d’un soldat de la guerre de 14 Seuls 50 km séparent la place Saint- Aubin, à Toulouse, de la mairie de Cintegabelle (Haute-Garonne). Manon Hoarau a pourtant mis deux ans à les parcourir, pour rendre les lettres de Joseph Avignon (1888-1916) au petit-neveu de ce Poilu, mort pour la France des suites de ses blessures à l’hôpital de Sainte-Menehould (Marne). A l’origine de cette incroyable histoire, quelque 110 lettres datant de la Première Guerre mondiale. Cette histoire émouvante et à rebondissements, la jeune femme de 24 ans la raconte dans un superbe webdocumentaire* d’un peu plus de vingt minutes, disponible sur YouTube et réalisé Sylartichot Joseph Avignon, qui vivait au sud de toulouse, n’est jamais revenu du front. avec le vidéaste Sylartichot. A l’origine de l’aventure, donc, quelque 110 lettres datant de la Première Guerre mondiale récupérées par l’actuelle médiatrice culturelle à Paris, alors étudiante à Toulouse, auprès d’un brocanteur. « Cela a pris des semaines à les remettre dans l’ordre chronologique », explique-t-elle. Manon Hoarau découvre l’existence de Joseph Avignon, cultivateur né à Gaillac-Toulza avant de vivre à Lagardelle-sur-Lèze, au sud de Toulouse, ainsi que de sa femme, Maria, et de leur petite Valentine. Si elle s’aperçoit vite que le Haut-Garonnais n’est jamais revenu du front, elle finit par remiser son rêve de retrouver quelqu’un à qui remettre ses lettres. Seulement assoupi, l’espoir s’éveille de nouveau cet été, après la rencontre avec Sylartichot. « Il m’a dit que c’était une histoire incroyable, qu’il fallait impliquer sa communauté [209 000 abonnés sur YouTube] et lancer une bouteille à la mer sur Twitter. » Chose faite le DU CIEL TOMBAIENT DES ANIMAUX TEXTE CARYL CHURCHILL MISE EN SCÈNE MARC PAQUIEN ASSISTANTE À LA MISE EN SCÈNE JULIE POUILLON TRADUCTION ÉLISABETH ANGEL-PEREZ AVEC CHARLOTTE CLAMENS DANIÈLE LEBRUN (DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE) GENEVIÈVE MNICH DOMINIQUE VALADIÉ 20 septembre. « En moins d’une semaine, on a retrouvé un descendant, en deux semaines, on le rencontrait à la mairie de Cintegabelle, et en un mois et demi, on a finalisé le documentaire. » Car la petite histoire dans l’histoire méritait d’être contée. « Joseph m’a touchée, il avait une personnalité très forte. Au fur et à mesure de ses lettres, j’ai eu l’impression d’apprendre à le connaître. Il a une vraie force de narration, comme lorsqu’il raconte les assauts. Dans les premières lettres, il protège énormément sa famille. Et puis, il y a un point de bascule… » Au fur et à mesure que le conflit s’enlise, le cultivateur du Sud-Ouest raconte, souvent crûment, les horreurs de la guerre. Désormais, la jeune femme et son compère vidéaste vont mettre en ligne le courrier brut, avec ses taches et ses fautes d’orthographe, d’un homme qui, après lui avoir échappé tant de fois, a fini par être rattrapé par la mort. Comme près de dix millions d’autres soldats, tous pays confondus, entre 1914 et 1918. A Toulouse, Nicolas Stival * « On retrouve le descendant d’un soldat de la Première Guerre mondiale grâce à ses lettres de guerre »
PRODUCTION avec Notariat  : de nombreux débouchés Emploi De standardiste à notaire, un large éventail de métiers accessibles dès Bac+2 Vous vous dirigez vers l’enseignement supérieur ? Vous aimez le droit ? Vous avez le sens du contact ? Vous êtes adeptes des nouvelles technologies ? Les métiers du notariat, très variés et porteurs d’emploi, peuvent vous intéresser. Le plus connu reste celui de notaire, une profession humaine et contemporaine, au contact d’une clientèle diverse. Ses champs d’action le sont tout autant  : droit de la famille, de l’immobilier, de l’urbanisme, de l’environnement, des collectivités locales, rural, international, fiscalité... Pour exercer ce métier, il existe trois voies. La professionnelle  : après un master 2 en droit obtenu à l’université, l’étudiant suit un module initial pendant un mois dans un Institut national des formations notariales (INFN). Il valide ensuite cinq modules d’enseignements et effectue un stage en alternance de 30 mois, rémunéré, en office. Il soutient son rapport de stage pour obtenir le Diplôme de notaire. Autre option, la voie universitaire via un master 2 en droit notarial à l’université. Une fois ce master obtenu, l’étudiant poursuit sa formation avec un stage rémunéré en office notarial et en alternance avec 4 semestres d’enseignement en université. Après remise du rapport de stage, il obtient Maître Sophie Sabot Barcet. GettyImages Romuald Meigneux Les métiers du notariat sont vastes et permettent de travailler au contact d’une clientèle diverse. le Diplôme supérieur de notariat (DSN). Dernière possibilité, la formation par voie interne. Elle s’adresse aux collaborateurs titulaires du Diplôme des métiers du notariat (DMN) disposant d’une certaine expérience dans la profession. La préparation à l’examen de Contrôle des Connaissances Techniques (ECCT) se fait en deux ans dans un INFN habilité. Le candidat obtient alors le Certificat d’aptitude aux fonctions de notaire. Après ces trois voies, le nouveau diplômé pourra exercer comme notaire associé, ou en tant que titulaire d’un office individuel ou encore comme salarié. Des formations dès le bac Mais les métiers du notariat sont bien plus vastes et emploient près de 60 000 personnes, en plus des 14 000 notaires ! Le panel de formations est large et va du BTS au Bac +4. Le BTS notariat comprend deux années d’études dans un INFN, un lycée ou à distance (Cned) dont 12 semaines de stage. Le diplômé peut alors devenir secrétaire notarial pour accueillir les clients, assistant formaliste pour exécuter les formalités juridiques, négociateur notarial pour la vente ou la location de biens. Il peut également être assistant pour préparer des dossiers ou rédiger des actes simples sous contrôle. Les études « C’est varié, humain et enrichissant » Sophie Sabot-Barcet, notaire à Monistrol-sur-Loire, partage sa vision de la profession. Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir notaire ? Au cours d’un stage pendant mes études de droit, je suis tombée amoureuse de ce métier. Je m’imaginais les notaires isolés dans leur bureau avec des dossiers autour d’eux. J’ai découvert une profession ouverte, au contact des autres et très diversifiée. A quoi ressemble une journée type ? Je suis beaucoup en rendez-vous pour des problèmes de voisinage, des questions de transmission de patrimoine, des signatures de contrats de vente immobilière, des règlements de succession… Je fais des points réguliers avec les collectivités pour les accompagner sur les cessions de voiries et autres projets. Je réponds aussi aux questions des entrepreneurs. Le soir, je fais un point avec mes collaborateurs. J’aime ce que je fais et j’ai parfois du mal à quitter mon bureau tellement c’est varié, humain et enrichissant ! Quels sont les avantages et inconvénients ? Outre cette diversité et le fait de faire du sur-mesure, c’est aussi un métier hyper connecté. On tend vers le zéro papier. On fait des actes électroniques, des visioconférences… C’est un métier très moderne au cœur de l’évolution de la société. En revanche, il faut savoir s’arrêter car on serait toujours sollicité. Il faut aussi prendre Jeudi 12 décembre 2019 peuvent ensuite se poursuivre avec une Licence professionnelle métiers du notariat. Celle-ci dure un an (en université et INFN) avec un stage et donne accès aux métiers d’assistant juridique ou de rédacteur d’actes. Il est possible de continuer vers le Diplôme des métiers du notariat (DMN), un niveau bac +4. La formation se fait en alternance dans un INFN d’octobre à mai et comprend un stage rémunéré d’un an dans une étude. Les débouchés ? La rédaction d’actes et la gestion des dossiers en autonomie partielle ou totale selon l’expérience et la réception des clients. Dorothée Blancheton 20 Minutes Production le temps de se former par rapport aux nouvelles législations. Un conseil aux personnes intéressées par les métiers du notariat ? Il y a du travail dans notre domaine. Il faut oser pousser la porte de nos études pour en savoir plus sur la diversité des métiers du notariat. Nous sommes des officiers publics, ça fait partie de nos missions de renseigner et conseiller. Propos recueillis par Dorothée Blancheton Ce contenu a été réalisé avec BFM Business, par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :