20 Minutes France n°3495 11 déc 2019
20 Minutes France n°3495 11 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3495 de 11 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : retraites, la majorité à plein régime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
FESTIVAL "lute.) eAFee Wereeter) nux rom. « IRRÉSISTIBLE. HILARANT. DÉCAPANT. » L'Express MICHEL HAKIM BLANC JEMILI —Metc,ne corr.d., € ROI À DÉCOUVRIR KINEPOLIS DOCTEUR, f UN FILM DE TRISTAN SÉGUÉLA AUJOURD'HUI AU CINÉMA anc SOLENE sucer Anc PARIIM.110.113. FRANCK GASTAMBIDE FADILY CAMARA ARTUS LUCIA SIANCHEC JACQUES ROUGET OPHELIA KOLB MAXENCE TUAI. NATALIE BEDER NICOLAS VAUDE MARIE-CHRISTINE ADAM wr na.. CHANTAL LAUBY mannmuosalillIkuallilinli.mm1111311 nemallInal.01111/111r MIR ! NEIBM113/11-11111111110111211M11111/18111111111111113.1113.11MIE mmiliells[111311111m111111111111111111111allUmollfillumodillnlinumMillABOVIII mo.111.1111111BMPleummRC132111113111+AnsallIllornallUmmilIMERIE A 4'CinéMa Juliette, on t’aime ! C’est le cri qu’on a envie de pousser après avoir vu Jeune Juliette, comédie tendre d’Anne Emond. Juliette, incarnée par Alexane Jamieson, a 14 ans. Elle est en surpoids, pas vraiment populaire… et s’en fiche la plupart du temps. « Juliette, c’est moi quand j’avais son âge, explique la réalisatrice québécoise à 20 Minutes. Elle est un mélange d’arrogance et de malaise, qui est le propre de l’adolescence. » Des répliques du film résument bien cette jeune fille attachante. L’actrice trans Mya Bollaers joue le rôle-titre de Lola vers la mer. Les Films du Losange ##JEV#108-248-https://tinyurl.com/rn9cd3v##JEV# Bon choc bon genre Transidentité Dans Lola vers la mer de Laurent Micheli, le destin d’une jeune femme trans de 18 ans bascule avec le décès de sa mère. Ses rapports avec son père (Benoît Magimel), opposé à sa métamorphose, sont finement analysés par le réalisateur belge de Even Lovers Get the Blues. « Mon but est d’aider à mieux faire comprendre la transidentité, explique Laurent Micheli à 20 Minutes. J’aimerais que mon film parle au plus large public. » Mya Bollaers, comédienne trans, fait ses débuts dans le rôle-titre. « Il était capital de prendre une actrice trans pour jouer Lola, insiste le cinéaste. Je voulais 16 Mercredi 11 décembre 2019 « Jeune Juliette » donne dans la réplique Adolescence La Québécoise Anne Emond s’est inspirée de sa jeunesse pour créer l’attachante héroïne de son film V « Je vais prendre une grosse barre de chocolat… trempée dans le chocolat. » Juliette assume son poids. « C’est une façon d’exister que de jouer la carte de la provocation », raconte Anne Emond. En revendiquant son physique, Juliette fait un pied de nez aux canons de la beauté. Elle envoie promener ceux qui se moquent d’elle. Une bonne façon de leur tenir tête, même si elle souffre de leurs remarques. V « Vous voyez bien que j’ai pas rapport ici. » Ce qui veut dire  : « Je ne suis pas à ma place. » Juliette peine à se positionner dans une famille où le nom de Céline n’évoque pas celui d’un écrivain, mais celui d’une chanteuse de Ligne 7 La comédienne alexane Jamieson joue l’effrontée Juliette, 14 ans. variétés. « Elle souffre d’un complexe de supériorité très courant à son âge, qui correspond à son besoin de s’affirmer face aux autres. » Ce qui n’est pas facile à gérer pour sa famille, qui ne sait plus par quel bout la prendre. V « Tu sais que le monde entier tourne pas autour de toi ? » Son père, pourtant patient, en a plus qu’assez des caprices de Juliette et des psychodrames qu’elle entretient autour de sa petite personne. « C’est une ado typique, incapable d’imaginer que son entourage puisse avoir d’autres préoccupations qu’elle », précise la réalisatrice. Le film montre bien ce côté paranoïaque de Juliette, centrée sur sa passion pour un jeune rockeur. V « Faudrait peut-être apprendre à aimer les gens qui vous aiment. » Cette sagesse, Juliette l’acquiert péniblement auprès de sa meilleure amie lesbienne et d’un gamin autiste qu’elle blesse par besoin de s’affirmer. « C’est une grande marque de maturité que de s’accepter, raconte Anne Emond. Cela vous rend plus ouvert aux autres mais c’est une route difficile à suivre. » On parcourt ce chemin semé de rires et de larmes avec Jeune Juliette. Caroline Vié montrer quelqu’un qui a vécu cette expérience. » « Le scénario ne correspond pas à ma vie, beaucoup moins dramatique que celle de Lola, mais je me suis attachée à son côté rebelle », raconte Mya Bollaers. Face à un Benoît Magimel dont le personnage s’humanise progressivement, elle éblouit. Lola n’est jamais montrée comme une victime. Le réalisateur lui réserve des moments de magie, notamment à l’occasion d’une scène de danse improvisée sur une chanson de Culture Club. La métamorphose de l’héroïne passant d’écorchée vive à une demoiselle épanouie aux cheveux roses fait du bien au moral.C.V.
Apollo Films CinéMa 17 Mercredi 11 décembre 2019 Michel Blanc (à g.) incarne un médecin remplacé par un coursier, joué par Hakim Jemili, le soir de noël. « Il y a eu un déclic immédiat entre nous » Comédie Les acteurs Michel Blanc et Hakim Jemili forment un duo délirant et efficace dans « Docteur ? » Avec l’humoriste Hakim Jemili, Michel Blanc a visiblement trouvé à qui parler. Dans Docteur ? de Tristan Séguéla, le duo d’acteurs fait des étincelles. L’un incarne un vieux praticien alcoolique, seul médecin disponible pour parcourir Paris le soir de Noël. L’autre joue un livreur charmeur qui se mêle de tout avec autant de gentillesse que de maladresse. Leur rencontre crée des situations délirantes quand le médecin, coincé par un lumbago, se fait remplacer par le coursier qu’il guide par téléphone. Vous connaissiez-vous avant de jouer ensemble ? Michel Blanc  : Je connaissais Hakim sans l’avoir rencontré. Tristan Séguéla m’a montré des vidéos de ses spectacles qui m’ont convaincu que ça allait coller entre nous. Toute la drôlerie de Docteur ? est fondée sur nos échanges. Il était donc indispensable que nous soyons compatibles. Hakim Jemili  : Je n’avais rencontré Michel que par l’intermédiaire de ses films, donc j’avais l’impression qu’il m’était très familier. C’est étrange de se dire qu’on connaît quelqu’un sans lui avoir jamais parlé. Cela ne m’a pas empêché d’avoir la pression à l’idée de jouer avec lui. Comment avez-vous construit votre duo ? M.B.  : C’est venu tout naturellement, car le film était très bien écrit. Il suffisait de se laisser porter par le scénario. Il y avait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé en lisant un script. Tout était là pour que nous puissions faire notre boulot en brodant autour de cette base solide. H.J.  : Le comique, c’est un peu comme la musique  : une affaire de rythme. Michel et moi avons assez vite trouvé le nôtre dans notre façon de parler et nos intonations. Il y a eu un déclic immédiat entre nous. Et l’ajout de comédiens comme Franck Gastambide, Artus ou Solène Rigot nous a aidés à varier notre partition. N’était-ce pas compliqué de passer la majeure partie du film à vous parler au téléphone ? H.J.  : C’est vrai que nous sommes assez peu face à face physiquement ! Le stand-up m’a appris à jouer seul. J’imaginais que Michel était là, qu’il s’adressait vraiment à moi. M.B.  : La plupart du temps, c’était la scripte qui me donnait la réplique. J’essayais de deviner comment Hakim jouerait la scène. C’était très amusant de créer cela en s’appuyant sur ce que je savais de sa façon de s’exprimer. « Rire des médecins permet de conjurer la peur qu’ils nous inspirent. » Michel Blanc Pourquoi des médecins peuvent-ils réserver autant de situations comiques ? M.B.  : Rire des médecins permet de conjurer la peur qu’ils nous inspirent. Comme je suis hypocondriaque, ils ne me font pas rigoler du tout dans la vraie vie. Je ne leur offre qu’un sourire soulagé quand ils ne m’ont rien trouvé de grave. H.J.  : Ça fait du bien de se moquer gentiment de ce qui nous inquiète. D’autant plus que tout finit bien et que personne n’est blessé. Docteur ? est la comédie familiale parfaite pour Noël, car tout le monde peut trouver matière à s’y reconnaître. Si j’osais, je dirais que c’est le film de l’année ! (Rires.) Propos recueillis par Caroline Vié " Une héroïne irrésistible ! " ACTUELLEMENT AU CINÉMA @l7cinema #jeunejuliette



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :