20 Minutes France n°3493 6 déc 2019
20 Minutes France n°3493 6 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3493 de 6 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : la réforme des retraites prend un avertissement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
O. Juszczak/20 Minutes 20 MINUTES AVEC Estelle Mossely, boxeuse professionnelle Estelle Mossely plaisante sur sa nouvelle grossesse  : « Quand j’attendais Ali [son premier enfant], c’était l’été. Là, il faut que j’aille faire les magasins, je n’ai rien à me mettre. » Elle est comme ça, la boxeuse, championne olympique en 2016, nature, sympathique et toujours prête à partager ses combats, sur et en dehors du ring. A 27 ans, elle raconte à 20 Minutes ses engagements, avec son programme de sport scolaire Boxons les préjugés, et comment elle tente de faire avancer la condition des femmes, notamment dans le monde du sport  : « Sur toutes les fédérations françaises de sports olympiques, une seule est dirigée par une femme. » Vous considérez-vous comme féministe ? Oui, mais pas dans l’extrême. Je n’ai aucun problème à revendiquer certaines qualités que les femmes peuvent avoir, certaines différences aussi, et à les mettre en avant. Il y a des thématiques sur lesquelles on a plus de besoins, où on doit pousser pour plus de visibilité. Mais, d’un autre côté, je comprends que la médiatisation du sport fasse des différences entre les hommes et les femmes, parce que le sport, ça reste la performance et, physiologiquement parlant, les hommes nous dépassent. Ils vont plus vite, ils sont plus puissants. Donc ce n’est pas dans l’extrême du « On est tous égaux ». Vous avez dit  : « La boxe est un sport masculin où la performance féminine n’est pas autant considérée. » Quelle est la recette pour s’intégrer dans un monde d’hommes ? Etre performante, c’est la manière la plus simple. Le sport, c’est comme la vie. Même si, pour une femme, il y a des aléas plus compliqués à gérer que pour les hommes, je pense. C’est une fois la performance atteinte qu’on se rend compte que c’est possible. J’ai passé dix ans en équipe de France et j’étais une grande gueule. Mais je savais que j’étais tranquille tant que je performais. C’est la même chose pour le public  : il s’intéresse et adhère quand les résultats sont là. Je trouve que ce sont à ces personnes qui réussissent qu’il revient de batailler pour faire bouger les lignes. Ça explique en grande partie mon engagement, qui a besoin de la prouesse de départ qui marque les esprits, mais qui doit s’inscrire dans la durée pour être efficace. Le rôle de la femme dans le sport en général est-il un reflet de la société ? Le sport est à l’image de ce qu’il se passe dans le monde. J’ai choisi le créneau sportif, car c’est ma passion et c’est ce que je connais le plus, mieux encore que mon travail d’ingénieure informaticienne. Cependant, je suis persuadée qu’on retrouve ces situations partout. Quand je parle de peu de représentations dans les instances fédérales aux postes-clés, aux postes de dirigeantes, on retrouve les mêmes problèmes en entreprise. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai créé mon association, pour aider les sportives de haut niveau dans leur pratique et dans tous les 12 Vendredi 6 décembre 2019 Enceinte, Estelle Mossely, championne olympique en 2016, n’envisage ni d’arrêter ses entraînements de boxe, ni de stopper ses combats hors ring. « Le sport est à l’image de ce qu’il se passe dans le monde. » « Pour une femme, il y a des aléas plus compliqués à gérer » « Pour cette grossesse, je ne suis pas vraiment en pause. » à-côtés. Pour faire bouger les choses demain, il faut peut-être qu’on ait des interlocutrices et des décideuses pour qu’elles prennent en considération la condition des sportives. Devenir mère, ça bouleverse quoi dans une vie, dans une carrière ? L’entraînement, l’organisation, tout a changé. Le milieu de la boxe professionnelle est cependant plus adapté à ma situation actuelle, puisque je ne dépends plus d’une équipe qui m’envoie aux quatre coins du monde. Je suis indépendante et je crée mon équipe autour de moi  : je vais chercher mon coach, mon préparateur physique, voire mes diffuseurs. C’est moi qui décide où je vais boxer et je peux Egalité Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société Le contexte Telle une Megan Rapinoe (Ballon d’or et championne du monde de football) aux Etats-Unis, la boxeuse Estelle Mossely fait partie de ces athlètes qui se battent pour leur sport comme pour leur condition, bataillant pour donner aux femmes toute leur place. donc organiser mon quotidien autour de mon fils. Là, pour cette grossesse, je ne suis pas vraiment en pause, je continue à m’entraîner, de manière aménagée évidemment. Mais je sais très bien que je vais reprendre, contrairement à ma première grossesse. Ça me permet de vivre tous les aspects d’une pause pour maternité, d’être une athlète qui se projette dans l’après, dans la reprise de son sport. Soit l’un des axes de développement de mon association. Propos recueillis par Laure Gamaury
Lily rêvait d’être pompier. C’est fait. Avec la participation des équipes de soins, de sa famille et du Centre d’Incendie et de Secours de la Baie de Canche, l’Association Petits Princes a pu réaliser le rêve de Lily. En 32 ans, l’association a déjà réalisé 7 700 rêves d’enfants gravement malades, leur permettant de partager un moment hors du temps avec leur famille et de puiser l’énergie indispensable face à la maladie. Depuis 2007, la Fondation Bouygues Telecom apporte son soutien à l’Association Petits Princes et, chaque année, nos collaborateurs donnent de leur temps avec cœur pour l’aider à mener à bien sa mission  : réaliser de nombreux rêves d’enfants. Pour en savoir plus sur les actions de la Fondation Bouygues Telecom et de l’Association Petits Princes, prenez ce QR Code en photo.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :