20 Minutes France n°3490 2 déc 2019
20 Minutes France n°3490 2 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3490 de 2 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CuLture Les règles de l’art Période rouge L’autrice Elise Thiébaut explore le tabou des menstruations au théâtre actuellement. Avant elle, d’autres artistes ont abordé le sujet Depuis mercredi se joue à la Manufacture des Abbesses, à Paris (18 e) , une pièce de théâtre consacrée au sujet des menstruations  : Tout sur le rouge*. Du jamais­vu, selon son autrice, Elise Thiébaut, qui a écrit une « histoire des règles », Ceci est mon sang (éd. La Découverte). L’occasion de revenir sur les artistes qui s’y sont intéressées. V Souffrance. C’est dans les années 1970 qu’on trouve, selon Emilie Bouvard, directrice scientifique de la fondation Giacometti, les premières traces de sang menstruel dans l’art. Aux Etats­Unis, Judy Chicago porte comme un étendard Red Flag, une lithographie qui montre une femme retirer un tampon. En Europe, l’Italienne Gina Pane fait référence avec sa performance Action autoportrait(s), réalisée en janvier 1973. Dans une pièce où est exposée une semaine de son sang menstruel, elle s’étend sur un lit surplombant des bougies, puis s’incise la lèvre inférieure avec une lame de rasoir. Enfin, elle gargarise du lait, qu’elle régurgite dans un mélange de sang et de liquide blanc. « C’est une œuvre sur l’aliénation des femmes, commente Emilie Bouvard. Elle incarne une position de femme en souffrance. » V Cycles. On trouve peu d’œuvres faisant référence aux règles dans les années 1980, car, selon Emilie Bouvard, "LM MINISTÈRE DE LA CULTURE MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION M> Porte de la Villette cite-sciencesdr #NoeideiaTech ite ciences t industrie le féminisme décroît dans ces années­là. Il faut attendre les années 1990 pour voir apparaître les traînées rouges de Kiki Smith, ou la serviette hygiénique gisant dans une chambre avec My Bed de la Britannique Tracey Emin. Cette œuvre fait écho au drap de lit souillé du couple d’artistes Christian Boltanski et Annette Messager, exposé quelques années plus tôt au château de Rochechouart (Haute­Vienne). V Journal menstruel. Ces dernières années, de nombreuses artistes ont abordé le sujet des menstruations. La photographe française Marianne Rosenstiehl est sans doute la plus connue. Fin 2014, elle expose des clichés tout en métaphore, comme ces femmes qui traversent les champs pendant leurs règles pour éradiquer chenilles, limaces ou sauterelles, comme ce fut la tradition en Anjou. Moins connue, Laëtitia Bourget peint avec son sang menstruel dans la durée, à partir de la fin des années 1990. Sur des mouchoirs s’étalent des formes géométriques, plus tard des portraits et des peintures vibratoires, aux motifs organiques. L’artiste explique  : « Le sang est une matière magique, dont on ne se lasse jamais de découvrir les variations. » Aude Lorriaux * Les mercredis, jeudis, vendredis et samedis, à 19h, jusqu’au 28 décembre. 7, rue Véron, Paris (18 e). Tarifs  : de 12  € à 26  € . s Laëtitia Bourget Marianne Rosenstiehl....1 - We'Si..., ‘ i I l'."'...i.*al-eig"...ir Ir, -".0y. a..r,É.frit Ara". H- ; , 4.14d'111 1%11 fe/01.t.: z festicités#3 Noël de la Tech un marché de Noé'2.0 7-8 décembre 2019 En partenariat avec 24 Lundi 2 décembre 2019 ; Ileir.10 L’artiste Laëtitia Bourget peint sur des mouchoirs avec son sang menstruel. une photo de Marianne rosenstiehl, qui fait écho à une tradition angevine. « Avec le sang de la guerre, on n’a pas de problème » Les démarches de ces artistes sont très différentes, prévient Emilie Bouvard. Et les initiatives sont rares, voire entravées. L’œuvre de Joana Vasconcelos La Fiancée, constituée de 25 000 tampons, fut jugée trop « sexuelle » par le château de Versailles en 2012 pour être exposée. « Avec le sang de la guerre, des films d’horreur, on n’a pas de problème, estime Elise Thiébaut. Mais une goutte de sang menstruel dans une pub, et le monde est terrorisé. »
NP-FR-HVU-ADVT-190005 –Octobre2019 -2019 ViiV HealthcareSAS ou ses concédants.Tousdroitsréservés. Ioan Irène Aujourd’hui, une personne séropositive sous traitement, dont levirus est indétectable dans le sang, ne transmetpas le VIH.* 1,2 VivreavecleVIH, c’est vivre. Tout simplement. Les personnesreprésentées sont desmannequins-photo, uniquementutilisées àdes fins d’illustration. *Personne séropositive sous traitement antirétroviral, avec une charge virale indétectable <50copies/mL depuis plus de 6mois et bénéficiant d’un suivi médical régulier(soutienàlaprise régulièredes traitements, détection et traitementdes éventuelles infections sexuellement transmissibles). 1,2 1. PriseenCharge Médicaledes Personnes Vivant avecleVIH –Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sousl’égide duCNS et de l’ANRS –Prévention et dépistage –Avril 2018. 2. RodgerAJ, et al. Risk of HIV transmission through condomless sex in serodifferent gay couples with the HIV-positive partner takingsuppressive antiretroviral therapy (PARTNER) : final resultsofamulticentre, prospective, observational study. Lancet 2019 ; 393(10189):2428-2438. EN PARTENARIATAVEC VIH Indétectable VIH Intransmissible Sida Info Service.org S 0 800 840 800 ViiV HEALTHCARE SAS 23, rue François Jacob, 92500 Rueil-Malmaison – Tél.  : 01 39 17 69 00 SAS au capital de 1 640 000  € – 413 900 382 RCS Nanterre Information médicale – Tél.  : 01 39 17 69 69, e-mail  : infomed@viivhealthcare.com Appel confidentiel, ationyme et gratuit V(if Healthcare



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :