20 Minutes France n°3482 20 nov 2019
20 Minutes France n°3482 20 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3482 de 20 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : la pauvreté en pleine face.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité Le mal de mère Maternité La sociologue israélienne Orna Donath publie ce mercredi en France « Le Regret d’être mère », sujet qui suscite l’incompréhension « J’ai deux enfants de 30 et 19 ans que j’aime plus que tout, mais je sais pertinemment que, si c’était à refaire, je ne ferais pas d’enfant », nous confie Karin, 49 ans, une internaute. Et si on pouvait, malgré les injonctions et les accusations, autoriser les mères à dire leur vérité ? Ce vent de liberté, qui a décoiffé plus d’un lecteur, vient d’Israël. La sociologue Orna Donath publie en France ce mercredi Le Regret d’être mère (éd. Odile Jacob), d’après une enquête parue en 2015. La preuve que, petit à petit, ce tabou se fissure dans l’Hexagone ? « Je pense qu’il y aura un impact en France », explique Charlotte Debest, sociologue et autrice du Choix d’une vie sans enfant (Presses universitaires de Rennes). Pour Orna Donath, il n’est pas seulement question de rappeler combien la vie de mère s’avère exigeante. « Le regret, c’est quand une femme pense que c’était une erreur, précise la sociologue israélienne, Le camion de plus de 50 t à l’origine du drame Pont effondré Une enquête judiciaire est ouverte pour « homicides et blessures involontaires », a annoncé mardi le parquet de Toulouse. Ce dernier confirme que le camion était beaucoup trop lourd pour le pont à haubans de Mirepoix-sur-Tarn(Haute- Garonne), qui s’est effondré lundi matin, tuant deux personnes, une adolescente et un chef d’entreprise. Selon le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzéari, le camion tombé à l’eau pesait 20 t et emportait une foreuse de 30,8t, alors que l’ouvrage était interdit aux véhicules de plus de 19t. « L’engagement du camion sur le pont est la cause apparente, explique-t-il, mais je ne dis pas exclusive. » Le conducteur du poids lourd se serait engagé sur le pont malgré les appels de phare de son employé, qui le suivait. Dans son témoignage, celui-ci a décrit son patron comme un homme « consciencieux ». Il a pu emprunter le pont « par habitude », suggère le procureur de la République, après un chantier d’un jour à Mirepoix-sur-Tarn. A Toulouse, Béatrice Colin et Hélène Ménal contactée par 20 Minutes. C’est, encore aujourd’hui, un immense tabou. Pour la société, l’instinct maternel est naturel. Or chaque femme ne vit pas de la même façon cette relation. » Pour Charlotte Debest, ce sentiment est difficile à avouer, car « il remet en question l’identité de la femme, qui doit faire des enfants, censés être synonymes de bonheur pour leurs parents ». B. Peyrucq/AFP « Je donnerais ma vie pour mes enfants, mais je ne pensais pas que ce serait aussi dur. » Ilhame, 42 ans Ce tabou s’accompagne d’un certain nombre de clichés, qu’Orna Donath détricote  : une mère qui regrette serait forcément traumatisée, malade, voire dangereuse pour sa progéniture. DanEvans/Pixabay Or on retrouve dans les témoignages cette nuance  : on peut regretter d’avoir eu des enfants et les aimer. « Je donnerais ma vie pour mes enfants sans hésiter !, réagit Ilhame, 42 ans et mère de trois enfants. Mais je ne pensais pas que ce serait aussi dur, surtout la partie conflit pendant l’adolescence. » Certains ne comprennent pas ce sentiment alors que, aujourd’hui, beaucoup de femmes ont accès à la contraception et à l’IVG. « C’est difficilement dicible, car certains leur reprochent le fait qu’elles auraient pu ne pas avoir cet enfant, qu’elles ne peuvent s’en prendre qu’à elles-mêmes », ajoute Charlotte Debest. Anne Diana Clain plaide « la naïveté » Procès Jugée depuis mardi pour avoir tenté de rejoindre en 2015 la Syrie, l’aînée de la fratrie Clain, Anne Diana, pouvait-elle ignorer le caractère terroriste de l’organisation rejointe par ses proches ? Oui, s’est défendue cette quadragénaire, mère de six enfants, invoquant une certaine naïveté. La présidente de la 16 e chambre du tribunal correctionnel de Paris, Isabelle Prévost-Desprez, a tenté de mesurer le degré de connaissance de cette En août 2015, la sœur aînée de la fratrie a tenté de rejoindre la Syrie. 6 Mercredi 20 novembre 2019 Pour la chercheuse, le fait de regretter d’être mère est « un immense tabou ». sœur aînée sur les actions menées par l’organisation choisie par ses frères, Daesh. Elle reconnaît une pratique « rigoriste » de la religion musulmane, mais elle assure n’avoir eu vent d’aucune exaction commise par les djihadistes. « J’ai eu des œillères » Quelques mois avant son départ pourtant, convoquée par les policiers, elle est confrontée aux images du fils de Sabri Essid, un terroriste toulousain présent sur zone au côté des frères Clain. Sur cette vidéo, on voit le garçonnet tuer à bout portant un prisonnier de Daesh. « Je pensais pas que les enfants allaient faire ça, a expliqué Anne Diana Clain. Je me disais juste que Sabri Essid était fou et qu’il faisait faire n’importe quoi à son fils. Je pensais pas que mes frères étaient aussi comme ça. » Pourtant en lien régulier avec ses proches installés en Syrie, elle a livré au tribunal une vision fantasmée de Daesh et de la situation dans le pays. « J’imaginais ma vie que j’avais en France mais là-bas, poursuit la mère de famille. C’était naïf de ma part. J’ai eu des œillères, j’ai pas voulu regarder. J’avais conscience du danger, mais j’ai minimisé. » Hélène Sergent Orna Donath souligne qu’il n’y a pas que des mères célibataires ou ayant des enfants en bas âge qui ont témoigné. « En général, on va vous dire que le bonheur d’être mère va arriver avec le temps, reprend-elle. Or j’ai rencontré des grands-mères qui m’ont assuré qu’elles regrettaient toujours. » C’est le cas d’Isabelle, qui fut mère célibataire au milieu des années 1970. « J’aime ma fille plus que tout ! Mais être maman à 20 ans ne faisait pas partie de mes projets. C’est sans doute très égoïste, mais je suis passée à côté de ma vie. Les femmes de ma génération n’osent pas le dire, mais c’est le cas d’un très grand nombre. » Oihana Gabriel L’ONU craint des dizaines de morts après des émeutes en Iran. A la suite de quatre jours de troubles en Iran, l’ONU a dit craindre mardi que des dizaines de personnes aient été tuées lors de manifestations contre une hausse de l’essence. Amnesty International a avancé que le bilan pourrait se situer entre 100 et 200 morts, dénonçant un recours « à la force létale ». La Suède abandonne les poursuites pour viol contre Julian Assange. Le parquet suédois a annoncé mardi l’abandon, faute de preuves suffisantes pour un procès, des poursuites pour viol contre Julian Assange. Détenu à Londres, il est sous la menace d’une extradition vers les Etats-Unis, qui l’accusent d’espionnage. L’instruction du dossier Daval est close. Un peu plus de deux ans après le meurtre d’Alexia Daval, reconnu par son mari, Jonathann, la justice a mis un point final à l’instruction. Un procès pourrait se tenir en 2020 devant la cour d’assises de Haute-Saône.
Pourquoi le vol EJU5841 de Berlin à Vienne est-il entré dans l’histoire ? Le vol EJU5841 d’hier matin a marqué un tournant historique. En effet, à compter de ce vol, easyJet compensera les émissions carbone issues du carburant utilisé pour l’ensemble de ses vols internationaux et intérieurs. Nous pensons que prendre l’avion est important et nous offre des opportunités incroyables, comme voyager à l’étranger, passer de bons moments en famille ou entre amis, rencontrer des partenaires commerciaux ou encore découvrir d’autres cultures. Nous ne devons pas négliger pour autant l’effet de ces déplacements sur la planète. Ainsi, pour chaque vol effectué, nous compenserons les émissions carbone en investissant dans des projets tels que la plantation d’arbres et la lutte contre la déforestation. Nous sommes conscients que la compensation carbone n’est pas la solution idéale, mais elle constitue aujourd’hui la meilleure option. À long terme, l’industrie aéronautique devra se réinventer. En participant au développement d’avions électriques et hybrides, notamment dans le cadre d’un nouveau partenariat avec Airbus, nous sommes déjà acteurs de ce changement. Du roulage au sol avec un seul moteur à l’intégration dans notre flotte d’avions consommant moins de carburant, nous mettons tout en oeuvre pour améliorer nos opérations afin de réduire notre impact. Améliorer le transport aérien et le rendre plus abordable a toujours fait partie de notre ADN. En devenant la première grande compagnie aérienne au monde à compenser les émissions carbone du carburant utilisé pour ses vols, nous faisons un pas de plus dans cette voie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :