20 Minutes France n°3472ES8 30 oct 2019
20 Minutes France n°3472ES8 30 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3472ES8 de 30 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : la protection se dessine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
CinéMa « Notre complicité sert le film » Couple « 20 Minutes » a rencontré Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, à l’affiche de la comédie familiale « Mon chien Stupide » Evitez de demander à Yvan Attal si son film Mon chien Stupide est inspiré de sa vie de famille avec Charlotte Gainsbourg et leurs trois enfants. Pourtant, il est difficile de faire abstraction du fait que le réalisateur et l’actrice forment un couple dans la vraie vie, en voyant celui qu’ils interprètent dans cette comédie adaptée d’un roman de John Fante. Lui joue un râleur chronique. Elle, une alcoolique dépressive, et leurs bambins leur mènent la vie dure dans une suite de situations comiques dont la tendresse et la nostalgie ne sont pas exclues. Avec, en prime, un gros toutou baveux et pas finaud qui achève de semer le trouble chez eux. Le couple dans le film, est-ce un peu vous ? Yvan Attal  : Pas du tout. Je ne vois pas ce qui vous fait penser cela. Si je filmais La prise de vues réelles impossible pour « Toy Story » Animation Josh Cooley est toujours aussi épaté de s’être vu confier la réalisation de Toy Story 4. Après son triomphe au festival d’Annecy et une belle carrière dans les salles, ce quatrième volet commence une nouvelle vie en vidéo (DVD et Blu- Ray). « On peut trouver ça ridicule mais même plusieurs mois après la distribution du film en salles, j’ai encore l’impression de vivre un rêve », confie-t-il à 20 Minutes. La saga « Toy Story » n’a aucune raison de s’arrêter tant le monde des jouets semble inspirer les magiciens de chez Pixar. La seule chose que Josh Cooley refuse d’envisager est une adaptation en prise de vues réelles. « Ce serait une très mauvaise idée, car cet univers n’est crédible qu’en animation, s’étouffe le réalisateur américain. Je pense vraiment que cela ferait disparaître toute la poésie de nos films si on les considérait de façon photoréaliste. » Reste à espérer que les décisionnaires des studios Disney/Pixar partageront la même conviction.C.V. Charlotte en malade d’Alzheimer, penseriez-vous qu’elle en est vraiment atteinte ? Le couple de Mon chien Stupide n’a rien à voir avec le nôtre. Charlotte Gainsbourg  : Je n’ai rien en commun avec mon personnage, qui boit comme un trou et se bourre d’antidépresseurs. Et puis, nous n’avons que trois enfants dans la vie, alors que le couple du film en a quatre. « Je suis trop pudique pour avoir envie de raconter ma vie. » Yvan Attal N’avez-vous pas l’impression d’être un peu de mauvaise foi ? Y.A.  : Je suis trop pudique pour avoir envie de raconter ma vie. Si cela me passait par la tête, je ne me cacherais Studio Canal pas derrière John Fante. J’installerais carrément des caméras chez nous et je monterais mes images.C.G.  : Ce n’est pas notre vie du tout. En plus, nous n’avons pas de chien et nous ne sommes pas près d’en avoir, tant celui du tournage sentait mauvais ! Une calamité qui bavait partout et n’obéissait pas aux ordres. J’adore les animaux, mais celui-ci a été dur à gérer. Ne pensiez-vous pas que les gens allaient faire le rapprochement ? Y.A.  : C’est peut-être parce que nous sommes de tellement bons acteurs. Les gens se disent  : « Ça doit être eux », parce que nous sommes des génies ! Je plaisante, bien sûr. Il est vrai que notre Une vie de mafieux jamais trahie Polar Il est fort dommage que Le Traître de Marco Bellocchio soit reparti bredouille du Festival de Cannes, où il a pourtant fait sensation. Entre polar et biopic, la vie du mafieux Tommaso Buscetta (1928-2000) intrigue dès ses premières images. « Tommaso Buscetta ne se voyait ni comme un traître, ni comme un repenti, explique le réalisateur à 20 Minutes. Selon lui, c’est la mafia qui l’a trahi. » La vraie vie de ce gangster (incarné par Pierfrancesco Favino), qui a accepté de collaborer avec le juge Giovanni Falcone, est digne des plus délirantes fictions. Une scène incroyable « Mais j’ai pris garde à ne pas en faire un personnage fascinant, insiste le cinéaste. Mon film est un anti-Scarface, car il n’y a rien de séduisant dans sa vie sous la coupe de la Cosa Nostra. Tommaso Buscetta n’était pas un ange. Il se pliait cependant à des règles strictes, comme le fait qu’on ne touche pas aux femmes et aux enfants. » L’arrivée de la cocaïne et de ses profits faramineux a changé les règles. « Les fils des mafieux ont pris les rênes du business en décidant que tout était permis, raconte Marco Bellocchio. Ils consommaient parfois leurs produits, Ad Vitam 12 Mercredi 30 octobre 2019 Yvan attal et sa femme, dans la vie et dans le film, Charlotte Gainsbourg. ce qui les rendait particulièrement dangereux. » Pendant près de deux heures et demie, on est emporté par le suspense que le réalisateur est parvenu à construire autour du Traître. A 79 ans, l’Italien n’a rien perdu de sa virtuosité. Une scène d’attentat, filmée de l’intérieur de la voiture des victimes, peut notamment être considérée comme l’un des moments de cinéma les plus forts de cette année.C.V. Le mafieux Tommaso Buscetta est incarné par Pierfrancesco Favino. T.F.1-Roca/Sipa complicité sert le film.C.G.  : Le fait que nous soyons ensemble et que le public le sache apporte une forme de crédibilité au récit. Cette histoire est un peu celle de tous les couples qui vivent ensemble depuis plusieurs années. Allez-vous continuer à tourner ensemble ? Y.A.  : J’écris un scénario pour Charlotte. Si elle ne joue pas dans le film, vous saurez que c’est elle qui l’a refusé, mais que je le lui ai proposé.C.G.  : J’attends de lire ce qu’Yvan a écrit pour décider ! Je ne vais pas accepter uniquement pour lui faire plaisir. Propos recueillis par Caroline Vié La comédienne Annick Alane est morte. Second rôle prolifique au théâtre, au cinéma et à la télévision depuis 1951, l’actrice est décédée lundi à l’âge de 94 ans dans un hôpital parisien. Annick Alane avait notamment joué dans Hibernatus d’Edouard Molinaro, La Gifle de Claude Pinoteau ou encore Trois Hommes et un couffin de Coline Serreau. Coup de théâtre dans l’univers Star Wars. David Benioff et D.B. Weiss, les deux créateurs de « Game of Thrones » recrutés par Disney il y a dix-huit mois pour créer une nouvelle trilogie, ont annoncé qu’ils se retiraient de l’aventure. Les deux hommes semblent vouloir privilégier leurs nombreux projets chez Netflix.
C. Steenkeste/Sipa SportS Au moment d’entrer dans l’arène de Bercy, lundi, Benoît paire a été ovationné par le public du Masters 1000 de Bercy. Benoît ne perd plus personne Tennis Un temps compliqué, le rapport entre le public parisien et le joueur a évolué C’est le genre de scénario qui devrait plaire à Guillaume Canet  : deux têtes brûlées que tout oppose et qui, des années plus tard, se retrouvent sur une terrasse et se rendent compte qu’elles ne sont pas si différentes l’une de l’autre. C’est ce qu’on a vécu lundi lors du premier tour du Masters 1000 de Bercy avec Benoît Paire, qui affronte Gaël Monfils ce mercredi, et le public parisien. Entre le joueur et Bercy, c’est un peu « je t’aime moi non plus ». Le plus gros fight entre les deux remonte à 2013, où Benoît Paire a été conspué à cause de son manque criant d’implication. Evidemment, la réponse de l’Avignonnais était à la hauteur de l’affront  : « Il n’y a pas grand monde qui comprend le tennis dans ce stade. Ils sifflent tout. Ce sont des abrutis ! Mais Le toupet de Moutet avant d’affronter le « Djoker » Loser un jour, lucky loser le lendemain, et winner, enfin. En l’espace de trois jours à Bercy, Corentin Moutet est passé par toutes les émotions. Battu dimanche en qualif, le Français a finalement été repêché après le forfait de Richard Gasquet. Et, mardi, il a signé le premier succès de sa carrière dans le tableau final d’un Masters 1000 en battant le Serbe Dusan Lajovic. La suite s’annonce en revanche un à Paris, j’ai l’habitude. C’est tous les ans comme ça, ça ne me touche plus. » A la décharge du Français, il faut bien dire que le public de Bercy est réputé pour être rock’n’roll. Rien à voir avec les CSP+ qui peuplent les travées de Roland-Garros. « Bercy, c’est et ça restera d’abord une salle de concert plus que de sport, et je trouve que ça se ressent un peu, explique Henri Leconte, qui a aussi eu droit aux sifflets en 1988 contre John McEnroe. Ce public est plus excité, plus démonstratif. Ce sont des expériences qui font grandir. Benoît est en train de s’en relever. » Le public le suit Le déclic ? Son joli parcours cet été à Roland-Garros avec une élimination en huitièmes de finale. Ainsi, en entrant lundi dans l’arène qui l’a tant détesté, Paire a déboulé sans appréhension. « Depuis Roland, avec le public, cela a changé, se réjouit le joueur. Je sens que les gens viennent me voir, m’attendent et sont là pour me supporter et m’encourager. D’ailleurs, j’avais demandé au chouia plus compliquée, face à un autre Serbe, Novak Djokovic, finaliste malheureux l’an passé. Mais, comme à son habitude, Corentin Moutet semble parfaitement détaché de tout ça  : « Je ne suis pas vraiment impressionné par Djokovic, ni par lui ni par les autres joueurs, mais j’ai beaucoup de respect pour lui, par rapport à ce qu’il a accompli. Aujourd’hui, c’est le meilleur joueur du monde, c’est le n°1 mondial. Je vais public d’essayer de venir me soutenir [sur les réseaux sociaux], parce que je n’étais pas forcément dans une bonne période. » Et le public a suivi. Pour Henri Leconte, les raisons de cette réconciliation sont doubles  : « Les résultats changent la manière qu’a le public de te percevoir. Or, Benoît sort de la meilleure saison de sa carrière. Je trouve aussi qu‘il a évolué dans son comportement sur le court, même s’il est parfois encore à la limite. » Le n°3 français en est d’ailleurs conscient  : « A partir du moment où on le sait, on n’a pas le droit de s’énerver. C’est un de mes problèmes. En 2013, le public a été particulier, mais je méritais de me faire siffler. » Aymeric Le Gall Daniil Medvedev éliminé Le n°4 mondial, qui restait sur six finales consécutives, a été éliminé dès son entrée en lice par le Français Jérémy Chardy (65 e) en trois sets (4-6, 6-2, 6-4) mardi. essayer d’être meilleur que lui. » En revanche, ne lui demandez pas à quoi il s’attend lors de ce duel. Comme un étudiant qui ne stresse véritablement que la veille d’un examen, Moutet n’est pas du genre à préparer ses rencontres  : « Je ne l’ai pas vu beaucoup jouer, je ne regarde pas trop le tennis. Mais je vais le faire ce soir pour savoir à quoi m’attendre. » C’est ce qui s’appelle y aller au talent. A.L.G. M. Zemanek/AP/Sipa 13 Mercredi 30 octobre 2019 Beyou et Pratt gardent la tête de la Transat Voile A bord de Charal, leur bateau volant équipé de foils, ces appendices qui donnent un pouvoir d’accélération unique, Jérémie Beyou et Christopher Pratt pointaient mardi soir toujours en tête de la Transat Jacques Vabre dans la catégorie des Imoca. Les deux skippeurs avaient environ 10 milles (16,1 km) d’avance sur leurs poursuivants. A désormais 3 685 milles nautiques (un peu moins de 6 000 km) de leur point d’arrivée, le port de Salvador de Bahia (Brésil), ils sont talonnés par le duo Charlie Dalin-YannEliès, sur leur bateau Apivia. Un peu plus loin dans la flotte, Thomas Ruyant et Antoine Koch, à bord d’Advense for cybersecurity, dont 20 Minutes est partenaire, se situent au cœur du peloton, à la 18 e place, à un peu moins de 150 km de la tête. Mal engagés après un problème mécanique et un arrêt forcé au port de Cherbourg, les deux skippeurs français ont repris leur route et sont passés « en mode chasse » pour effectuer une remontée au classement. Thomas Ruyant se veut optimiste  : « Là, on est repartis et on bombarde ! » ASO lance une nouvelle épreuve cycliste en Arabie saoudite. Une nouvelle course par étapes, appelée Saudi Tour, sera lancée en février 2020 avec le concours d’ASO, le principal opérateur du cyclisme. Un match à huis clos pour la Bulgarie. A la suite d’incidents racistes survenus le 14 octobre face à l’Angleterre, la Bulgarie a été condamnée à un match à huis clos et un avec sursis. La fédération bulgare devra aussi payer une amende globale de 85 000 € . Cyberattaques contre des agences antidopage. Microsoft a fait état de cyberattaques, attribuées à une entité associée à Moscou, contre une quinzaine d’agences antidopage et sportives, peu avant une décision de l’Agence mondiale antidopage sur d’éventuelles sanctions contre la Russie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :