20 Minutes France n°3468 11 oct 2019
20 Minutes France n°3468 11 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3468 de 11 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : un météore n'est pas passé inaperçu dans le ciel français.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
SportS Ils sont tombés de la dernière pluie Rugby Après l’annulation de matchs, l’organisateur du Mondial est critiqué Il y a d’abord l’argument de raison. Face à la violence du typhon Hagibis, il était sage de ne pas mettre en péril la santé des fans ou des joueurs. Même pour un Angleterre-France du Mondial. Mais ne pas avoir d’autres solutions que d’annuler des matchs prévus ce week-end est impardonnable de la part de World Rugby, la Fédération internationale. « Tenir une compétition au Japon sur cette période, c’est assez scabreux, reconnaît Guy Piéra, ex-responsable de la sécurité à la FFR et organisateur de matchs lors des Mondiaux 1999 et 2007. Ils le savaient. Est-ce de l’amateurisme, de l’inconscience, de l’autopersuasion que ça [un typhon] n’arrivera pas ? » « C’est étonnant qu’il n’y ait pas eu de plan B en réserve. » Philippe Saint-André, ancien sélectionneur des Bleus Ce qui est sûr, c’est que « dès le moment où il y a eu une candidature du Japon, il aurait fallu anticiper et prévoir le pire, souffle Marc Lièvremont, l’ancien sélectionneur des Bleus. Ça, c’est le boulot de World Rugby, et c’est quand même assez léger de ne pas l’avoir fait. » Audelà de n’avoir rien prévu en amont, l’instance semble aussi naviguer à vue. Jeudi, au fur et à mesure que le danger Hagibis se précisait, l’instance Les supporters français au Japon. W. West/AFP P.-E. Delétrée/Sipa dirigeante a d’abord envisagé l’idée de délocaliser certains matchs pour les jouer à huis clos et sous toit, avant de se rabattre sur une simple annulation. « C’est étonnant qu’il n’y ait pas eu de plan B en réserve », questionne un autre ancien sélectionneur, Philippe Saint-André. Les Italiens souffrent aussi de ce manque d’anticipation. Pour ce qui devait être le dernier match international de sa carrière, le capitaine, Sergio Parisse, n’aura pas le droit d’affronter les All Blacks, car la rencontre a aussi été annulée. « Si la Nouvelle- Zélande avait [eu] besoin de quatre ou cinq points contre nous, [le match] n’aurait pas été annulé, s’est énervé « Si j’avais fait 10 000 km… » « Je mettrai un réveil à 5h, pour savoir si le match sera annulé ou relocalisé. » L’histoire ne dit pas si Arthur s’est vraiment levé aux aurores, jeudi, mais il est fixé  : ce jeune supporter français et ses cinq amis n’iront pas au Japon assister à Angleterre-France, même s’ils avaient pris leurs billets pour l’Archipel il y a trois semaines. Envolée, la belle histoire, balayée par les rafales du typhon Hagibis. Et ce n’est pas la seule. Guillaume Médard, frère du joueur tricolore, décolle ce vendredi et ne verra pas Maxime lors du crunch, samedi. Eric a des amis dans la même situation et eux aussi sont dégoûtés. « Perso, si j’avais fait 10 000 km pour un match, je trouverais peu de réconfort à visiter un temple shinto sous des bourrasques à 250 km/h », explique le garçon. le joueur de Toulon. Bien sûr, tout le monde pourrait penser que l’annulation du match ne compte pas, parce que nous aurions perdu de toute façon, mais nous méritons d’être respectés en tant qu’équipe. » World Rugby, réputée pour faire que peu de cas des petits pays, peut s’asseoir sans problème sur les complaintes d’une Italie à la ramasse. Mais la manière soulève quelques interrogations. Car quid de l’Ecosse, potentiellement éliminée si sa rencontre contre le Japon est annulée, dimanche ? « Les mecs se sont préparés comme des bêtes depuis des mois, ils allaient jouer un match de rêve avec possibilité de qualification en quart, s’indigne Philippe Saint-André. Dans ce tourbillon de Français déçus, on a quand même trouvé Thibaut, venu pour assister au match, mais qui se satisferait presque d’avoir un peu plus de temps pour visiter le Japon  : « Avec deux journées potentiellement libres, on va peut-être anticiper notre arrivée sur Kyoto et faire des choses à Tokyo qu’on n’aurait pas pu faire le samedi. On ne se plaint pas, parce que ce sera un beau voyage. » Lui et tous les autres auront en tout cas leurs billets remboursés par World Rugby. Un moindre mal, mais pas de quoi calmer l’ire d’autres supporters. « On a eu les premières informations mercredi, celles sur l’annulation jeudi, raconte Arthur. Aller au Japon, ce n’est pas comme prendre le RER. Je ne sais pas si le risque a été bien appréhendé. » Au Japon, W.P. 22 Vendredi 11 octobre 2019 Les dirigeants de la Fédération internationale ont décidé d’annuler des matchs à cause du passage du typhon Hagibis. Là, il risque de ne jamais avoir lieu. » Sans compter que le reste de la compétition va être faussée. « Les Français, les Anglais et les Blacks auront joué un match de moins, poursuit PSA. Ça pose un vrai problème, car un match de moins, c’est plus de fraîcheur physique, moins de blessures… Ça donne un avantage considérable. » Réputée pour prendre des décisions aussi opaques qu’incohérentes et arranger les affaires des pays anglo-saxons, afin de soigner davantage son bilan comptable, World Rugby n’a pas été plus incompétente que d’habitude. C’est juste que, cette fois, le monde entier peut s’en rendre compte. Bertrand Volpilhac Quid de la Formule 1 ? Le typhon Hagibis menace aussi la tenue du Grand Prix de F1, qui doit se dérouler dimanche. Les organisateurs et les autorités locales communiquent ce vendredi matin sur le programme du weekend. Les qualifications, prévues samedi, sont déjà compromises. Cela souligne la difficulté pour l’Archipel d’organiser des événements majeurs, comme les JO en 2020. D’autant qu’une chaleur lourde et humide, habituelle l’été, devrait frapper Tokyo. De quoi donner des maux de tête aux organisateurs, qui prévoient d’accueillir des centaines de milliers de visiteurs pour les Jeux olympiques.
SportS Un certain regard sur Deschamps Football Réalisé par Nagui, un documentaire sur le sélectionneur est diffusé ce vendredi Une envie soudaine d’en apprendre un peu plus sur les Bleus, ce vendredi ? Oubliez Islande-France (20 h 45). Considérez plutôt le documentaire qui suivra sur TF1, Didier face à Deschamps. La genèse de ce film ? « Ça a commencé « C’est un homme dévoré d’ambition, très soucieux de son image. » Un proche de Deschamps par un chambrage de Didier et de sa femme, qui m’ont interpellé  : « Tout le monde me demande un documentaire, sauf toi ? » raconte l’animateur Nagui, ami de trente ans de DD. Je réponds en plaisantant que je ne les fréquente pas pour le boulot. C’est né comme ça, en cinq minutes. » Le documentaire en lui-même ? Une bonne surprise. Nagui a choisi de faire réagir le Bayonnais à Mourinho ne viendra pas à l’OL Ligue 1 « Le club n’a jamais été aussi en forme avec ses 77 millions d’euros d’excédent brut d’exploitation. » Jeudi, Jean-Michel Aulas a eu beau commencer sa présentation téléphonique avec les médias par les résultats annuels d’OL Groupe, le président lyonnais a vite été orienté vers la situation sportive de son équipe. L’éviction de Sylvinho actée, les questions ont fusé sur le profil de son successeur, que Jean-Michel Aulas aimerait voir sur le banc dès la réception de Dijon, le 19 octobre. « C’est Juninho [le directeur sportif] qui va prendre la Toulouse se sépare (encore) d’Alain Casanova. En chute libre, le TFC (18 e de L1) a annoncé que Casanova n’était plus l’entraîneur de l’équipe. Le deuxième passage de l’ancien gardien comme coach principal, après un premier long bail (2008-mars 2015), a été un échec. Egan Bernal remporte sa première semi-classique. Le vainqueur du Tour de France s’est imposéC. Saidi/Sipa Deschamps « aime profondément cette vie » de sélectionneur, selon Nagui. ce qu’on dit de lui, contradicteurs et sujets délicats compris (comme le dopage à la Juve). Si Deschamps transmet le sentiment de se moquer royalement de l’image qu’il renvoie, la réalité est bien différente. « Il a beau la jouer modeste, tu parles ! nous confie un proche. C’est un homme dévoré d’ambition, très soucieux de son image. Il faut analyser Deschamps par le prisme de cette ambition et par le souci qu’il a de laisser une trace. » Ce documentaire, du décision in fine, comme il l’avait prise pour Sylvinho, que je ne connaissais pas avant qu’il ne me le présente », précise le boss lyonnais. Le nouvel entraîneur rhodanien ne sera en tout cas pas José Mourinho. « Il y a eu des échanges par SMS qui étaient très flatteurs, a expliqué Aulas. Il n’a pas donné suite à notre proposition de rencontre, parce qu’il a déjà choisi un autre club. » La piste la plus chaude mène donc à Laurent Blanc. Mais le dirigeant n’a pas voulu en dire plus  : « Si c’était notre priorité, je ne vous le dirais pas, et donc je ne vous le dis pas. » A Lyon, J.Lau. au Gran Piemonte. Le Colombien a devancé son compatriote Ivan Sosa et le Français Nans Pieters. Seizième sacre pour Simone Biles. La gymnaste américaine de 22 ans s’est offert son seizième titre mondial, jeudi. Biles a dominé, pour la cinquième fois, le concours général. Elle fond sur le record établi par la légende biélorusse Vitaly Scherbo (23). moins son envie, démontre que la trace n’est pas assez nette. Au panthéon des sélectionneurs des Bleus, il y a Aimé Jacquet dans le dôme, et les autres, dont DD, éparpillés dans la pénombre. Nagui estime que son ami a donc imaginé le documentaire « comme une mise au point par rapport à certaines critiques ». L’obsession de l’image, toujours. « C’est devenu un homme charmant avec les journalistes, décrypte un confrère. On le sent libéré d’un truc depuis qu’il est champion du monde. Seulement pour les membres Amazon Prime Voir les conditions générales sur www.amazon.fr 23 Vendredi 11 octobre 2019 AMAZON ORIGINAL VARANE DESTIN DE CHAMPION NOUVELLE SÉRIE INCLUSE AVEC PRIME Après, est-ce qu’il y a un grand dessein derrière ? Je n’en sais rien. » Cette grande ambition pourrait ressembler à un poste de président de la FFF. Mais cela reste à voir. Car Didier Deschamps aime profondément son job. « Il aime le terrain, c’est son truc, assure Philippe Tournon, ex-attaché de presse des Bleus. Il essaie d’entretenir la féerie du moment, et peut-être d’aller chercher encore un ou deux titres. » L’Euro d’abord, puisqu’il n’a pas encore digéré cette finale face au Portugal [en 2016], puis encore une étoile au Qatar, tant qu’on y est. « J’ai du mal à l’imaginer sans un nouveau challenge, mais je me dis aussi qu’il aime profondément cette vie et qu’il a une génération qui lui est dévouée, reprend Nagui. Des Mbappé ou des Pogba ont encore des années à jouer en bleu. Il peut se dire que ce serait dommage de ne pas les accompagner. » Le dévouement n’est pas feint. « C’est comme un père pour moi, il m’a fait devenir un homme », témoigne ainsi le milieu de Manchester United. Pourquoi, alors, lâcher des mecs qui vous vénèrent à ce point ? Deschamps est encore là pour dix ans. Largement de quoi faire un autre documentaire. Julien Laloye



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :