20 Minutes France n°3456 20 sep 2019
20 Minutes France n°3456 20 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3456 de 20 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Japon à la relance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Culture La BNF, nouveau village d’Astérix Bande dessinée Une exposition temporaire est consacrée ce week-end au personnage devenu culte d’Albert Uderzo et de René Goscinny Avec 37 albums (bientôt 38) vendus à plus de 380 millions d’exemplaires dans le monde, l’irréductible Gaulois créé par René Goscinny et Albert Uderzo est devenu un symbole français. Quoi de plus normal, dès lors, qu’Astérix soit mis en lumière pour les Journées européennes du patrimoine ? La Bibliothèque nationale de France (BNF) l’a bien compris. Après une rétrospective d’envergure consacrée au petit héros en 2013, elle propose sur le sujet une seconde exposition ce week-end, certes plus modeste mais non moins passionnante. « Lieu de mémoire » A quelques jours de la sortie de La Fille de Vercingétorix, prévue le 24 octobre, et du 60 e anniversaire de la création de cette bande dessinée culte (le 29 octobre), ce sont donc les 44 planches originales d’Astérix le Gaulois qui seront proposés au public parisien. Interrogée par 20 Minutes, Carine Picaud, conservatrice à la Réserve des livres rares de la BNF et commissaire de l’exposition « Astérix », justifie cette mise en avant exceptionnelle  : « Sa présence est plus que légitime en raison de la qualité de l’œuvre, de son succès phénoménal tant national MINISTÈRE DE LA CULTURE MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DELA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION #CiteAventuriers qu’international et de son statut de « lieu de mémoire ». De ce point de vue, les 120 planches originales d’Astérix offertes par le dessinateur Albert Uderzo à la BNF en 2011 constituent définitivement un trésor national. » Un scénario à découvrir Mais alors à quoi va ressembler cette exposition ? « Elle tient dans un accrochage inédit des 44 planches proposant au visiteur de lire l’aventure d’Astérix le Gaulois sur l’œuvre originale, explique Carine Picaud. Quatre vitrines présentant les notes manuscrites, le synopsis et le scénario tapuscrits de René Goscinny, prêtés par sa fille, viennent éclairer cette création. » Ajoutons que les grandes planches présentées, encrées au pinceau par-dessus les crayonnés, lettrées à la plume, « donnent à voir le dessin à nu, la force du mouvement, les jeux d’ombre et de lumière, la verve caricaturiste, l’efficacité des onomatopées, l’art de la lettre… Autant de qualités qui caractérisent le talent du dessinateur Albert Uderzo. » L’exposition devrait permettre de « mieux appréhender la naissance et la fabrique de cette œuvre phénoménale qui n’en finit pas d’enchanter des générations de lecteurs ».Olivier Mimran Les éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo Les éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo un extrait d’Astérix le Gaulois, publié en album en 1961. une carte telle qu’elle apparaît dans Astérix le Gaulois, en 1959. Avec le support de Avec 24 Vendredi 20 septembre 2019 Shana Novak/GettyImage
Culture Les bonnes notes d’un ex-journaliste Musique Thibaut Pez, qui, il y a encore deux ans, était reporter politique, a sorti son premier EP, « Garçon formidable » Des écoles aux rédactions, il est coutume de dire que le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir. Une formule que Thibaut Pézerat a fait sienne. Il y a deux ans, ce reporter spécialisé en politique, passé par LCI, Europe 1 et Marianne, a claqué la porte et élidé son patronyme pour prendre le chemin de la musique. Résultat  : Thibaut Pez a sorti, à 32 ans, son premier EP de quatre titres, Garçon formidable. Une rupture sentimentale « douloureuse » a fait office de déclic, en 2016. « J’ai écrit « Que tu meures » [la première chanson de l’EP], réussissant à traduire en musique ce que je ressentais, ça a été libérateur », raconte-t-il. C’était parti pour le « grand écart », politique le matin, musique le soir, jusqu’à ce que Thibaut Pez décide de ne se consacrer qu’à la chanson. « Mes anciens confrères se sont demandé ce 2019 NOF - CRÉDITS NON CONTRACTUELS NORD-OUEST PRÉSENTE « Je suis un homo qui parle d’hommes dans ses chansons d’amour. » qui me prenait. Je pense qu’ils regardaient ça avec circonspection », imagine l’artiste, qui précise que faire ce saut dans l’inconnu n’a pas été aisé. « Je n’appartiens pas au sérail, j’ai assez peu de potes musiciens, ça a été un peu compliqué de trouver un producteur », affirme le chanteur. Il finira par croiser la route du producteur des Pirouettes et du mixeur d’Eddy de Pretto avec lesquels il a donné naissance à Garçon formidable. Sur ce début de parcours à pas feutrés, le trentenaire est philosophe  : « Ce démarrage plus lent m’a permis M. Rouge de prendre du recul sur moi et de savoir ce que je voulais défendre en tant qu’artiste. » Il entend « donner à voir une vision d’un romantisme gay assez peu représenté dans la musique en France. » Sur la pochette de son EP, il apparaît torse nu sous un voile blanc. Un clin d’œil à la photo de couverture du Mausolée des amants d’Hervé Guibert, œuvre majeure de la culture queer. « Je suis un homo qui parle d’hommes dans ses chansons d’amour, assure-t-il. Je suis convaincu qu’un mec gay qui parle d’amour est aussi universel qu’un mec hétéro qui parle d’amour. » Ses références musicales vont de son « idole » Etienne Daho à « un peu » de UN FILM D’EDOUARD BERGEON GUILLAUME CANET VEERLE BAETENS ANTHONY BAJON RUFUS SAMIR GUESMI LE 25 SEPTEMBRE AU CINÉMA 25 Vendredi 20 septembre 2019 le désormais chanteur de 32 ans revendique « un romantisme gay ». Mylène Farmer, en passant par les Smiths, Robyn ou Radiohead. Par conséquent, les quatre morceaux de son EP naviguent dans les eaux d’un spleen joyeux, qu’il commence à partager sur scène. Il y a quelques mois, il a assuré la première partie d’un concert de Juliette Armanet. « C’était une salle de 1000 personnes avec des lumières en plein dans la gueule. C’était un exercice vivifiant. L’accueil a été super bon, alors que le public ne s’était pas déplacé pour moi. J’ai reçu plein de messages d’encouragement, j’étais en larmes. » Loin du monde politique, Thibaut Pez n’en a pourtant pas fini avec les grands soirs. Fabien Randanne.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :