20 Minutes France n°3455 19 sep 2019
20 Minutes France n°3455 19 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3455 de 19 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le rétro dans le game.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Culture La nostalgie, c’est plus fort que toi Jeux vidéo L’éditeur japonais Sega va sortir une version mini officielle de sa console Mega Drive, le 4 octobre Après la NES, la Super Nintendo ou la PlayStation, c’est au tour de la Mega Drive d’avoir sa console mini officielle, à partir du 4 octobre. Le rétrogaming n’a certes pas attendu ces machines pour permettre aux amateurs de jouer aux classiques du jeu vidéo, avec la rétrocompatibilité, des consoles rétro plus ou moins officielles, sans oublier les émulateurs. Mais les 3,6 millions de NES Classic Edition vendues ne sont pas passées inaperçues, un succès confirmé avec les 5 millions d’exemplaires de la Super Nintendo Mini. La Mega Drive Mini, qui sera proposée à 79,99 € , comprendra deux manettes et 42 jeux, soit deux fois plus que la Super Nintendo Mini ou la PlayStation Classic, mais moins que les 85 de la Mega Drive FlashBack HD développée par AtGames, dont beaucoup de titres étaient cependant injouables. La console made in Sega intègre les classiques « Sonic », « Streets of Rage », « Ecco the Dolphin » ou « Quackshot ». On ne peut que constater l’absence d’« Aladdin », peut-être le chef-d’œuvre « La Mega Drive Mini vise le grand public. » Julien El Rab, chef de produit Koch Media sur cette console. « Certains titres, comme les jeux Disney, demandent des négociations, commente Julien El Rab, chef de produit chez Koch Media, distributeur des jeux Sega. Des accords peuvent être trouvés, comme sur les jeux « Mickey », mais ce n’est pas toujours le cas. » Si vous avez gardé votre jeu original « Aladdin », celui-ci sera 20 –28SEPTEMBRE,21H NORA HAMZAWI RÉSERVATIONS 01 44 95 98 21 —THEATREDURONDPOINT.FR Sega/Koch Media malheureusement inutile  : les consoles mini n’accueillent pas de cartouche. « C’est une question d’approche, et de coût, précise le chef de produit chez Koch Media. Dans le marché rétro, il existe une société de Seattle, Analogue, qui fait du « reverse engineering ». Ils imitent le comportement de la console d’époque pour rejouer dans les meilleures conditions possibles. Ils ont ainsi sorti la NES, la Super Nintendo, la Mega Drive, mais 18 Jeudi 19 septembre 2019 la console sera proposée à 79,99 € avec deux manettes et 42 jeux. elles coûtent presque 200 € , sans les jeux. C’est pour une cible de puristes, alors que la Mega Drive Mini vise le grand public. » Certaines consoles mini ne quittent d’ailleurs jamais leur emballage, ou rejoignent l’étagère après une partie de Sonic ou de Mario. Elles sont aussi des objets de collection, de nostalgie, et l’industrie ne s’y trompe pas, avec par exemple la Neo Geo Mini et son look de borne d’arcade. Vincent Julé Le remake d’un « Zelda » de légende Au fil des consoles et des générations, c’est devenu un rituel, une marque de fabrique. A chaque nouvelle Nintendo, son jeu « Mario », mais aussi son « Zelda ». Les aventures du jeune Link sont moins connues, voire accessibles, que les sauts du plombier moustachu, mais elles ont marqué tout autant les joueurs. Vingt-six ans après, Nintendo offre à « The Legend of Zelda, Link’s Awakening », sur Game Boy, un vrai remake sur Switch, et il ne s’agit pas d’une simple remastérisation. Le titre tient une place à part dans la saga. Parce qu’il s’agit du premier « Zelda » portable, parce qu’il s’éloigne de la formule habituelle de la licence (pas de princesse Zelda, pas de méchant Ganon, pas de TriForce), et parce qu’il offre à la Game Boy une démonstration technique, visuelle et sonore impressionnante. Nouveaux graphismes L’exercice du remake est difficile, entre respect du jeu et des joueurs d’origine, et adaptation à la nouvelle génération de consoles et de joueurs. Les nouveaux graphismes très colorés et enfantins peuvent surprendre à première vue, mais il faut une poignée de minutes pour se rendre compte que la quête reste intacte et, Nintendo disons-le, parfaite. Le gameplay, lui, est simplifié par le changement de plateforme. D’autres nouveautés enrichissent l’expérience et pourraient faire de ce « Link’s Awakening » 2019 le « Zelda » de la Switch. Ah non, mince, il y a déjà « Breath of the Wild ». De la Switch Lite alors, qui sort aussi ce vendredi. V.J. « the legend of Zelda, link’s Awakening » est adapté sur Switch.
www.quaibranly.fr Derniers jours Exposition Félix Fénéon (1861–1944). Les arts lointains Critique d’art, collectionneur de peintures et d’arts « lointains », Félix Fénéon – fi gure centrale du monde intellectuel et artistique au tournant du 20 e siècle – défend une vision décloisonnée de la création. Le musée du quai Branly – Jacques Chirac lui rend hommage au travers d’une sélection d’œuvres majeures de sa collection. Les œuvres africaines et océaniennes présentées aux côtés des toiles de Seurat et d’autres artistes contemporains révèlent le rôle décisif de Fénéon dans l’évolution du regard porté sur les arts extra-européens. Jusqu’au 29 septembre 2019 Concert The Scorpios EN SEPTEMBRE Exposition 20 ANS Les acquisitions du musée du quai Branly – Jacques Chirac Vingt ans. Depuis la création du musée du quai Branly – Jacques Chirac, plus de 77 000 œuvres, pièces historiques et contemporaines, ont intégré sa collection. Comment s’est-elle constituée, quels regards l’ont formée, quelle pensée critique l’a accompagnée ? 20 ans présente les acquisitions du musée de 1998 à 2018  : l’histoire d’une jeune institution et de ses coulisses se découvre ici, à travers près de 500 œuvres iconiques. Du 24 septembre 2019 au 26 janvier 2020 Originaire du Soudan central, et formé dans les années 1980 en hommage au chanteur Saif Abu Bakr, le groupe The Scorpios, désormais basé à Londres, intègre rythmes arabes, cuivre et riffs de guitare pour livrer un funk oriental qui doit autant à l’éthiojazz qu’au soukous congolais. Dimanche 29 septembre 2019, 17h Théâtre Claude Lévi-Strauss Exposition 20 ans  : statue féminine Dogon musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Claude Germain. Sculpture acquise grâce au soutien de la société des Amis du musée duquai Branly–Jacques Chirac. Statuette féminine, Chupicuaro musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Hugues Dubois./Exposition Félix Fénéon  : Étrier de poulie de métier àtisser. Côte d’Ivoire, 19 e siècle musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Claude Germain./Concert The Scorpios  : DR./Université Populaire  : vitrine du Plateau des collections, zone Afrique. musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Cyril Zannettacci. g6.design Conférences Les prochains rendezvous de l’Université Populaire Grandes révoltes  : Retrouver la Terre Mère  : le rêve panafricain des Noirs américains Par Sylvie Laurent, historienne et américaniste Mercredi 25 septembre 2019, 18h30 Grand témoin  : L’urgence humanitaire Par Xavier Emmanuelli, médecin, fondateur du Samu social de Paris Mercredi 2 octobre 2019, 18h30 L’invention du futur  : L’anthropologie anarchiste Par Jean-Paul Demoule, archéologue et préhistorien Mercredi 9 octobre 2019, 18h30 Théâtre Claude Lévi-Strauss En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :