20 Minutes France n°3455 19 sep 2019
20 Minutes France n°3455 19 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3455 de 19 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le rétro dans le game.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Grand Paris A qui profiterait une fusion ? Politique Le projet de réunir en une seule collectivité les départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine est (brièvement) réapparu Un serpent de mer ressurgit. Selon Europe 1, Emmanuel Macron aurait donné, au printemps, son feu vert à la fusion des départements des Hauts-de- Seine et des Yvelines. Depuis quelques années, ce rapprochement est demandé par les présidents (LR) des deux conseils départementaux, Pierre Bédier et Patrick Devedjian. Si l’information a finalement été démentie par l’Elysée et par le ministère chargé des Collectivités territoriales, sollicité par Public Sénat, le projet reste toutefois non loin de la table. Mais de quoi parle-t-on ? En février 2016, peu de temps après la création de la métropole du Grand Paris, les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines créent l’Etablissement public interdépartemental Yvelines/Région Île-de-France, P.Ayrault/L. Kruszyk, 2013 21 -22 SEPTEMBRE ÀLARENCONTRE DESPRODUCTEURS D’ÎLE-DE-FRANCE VENTEETDÉGUSTATION DE PRODUITS LOCAUX N. Messyazs/Sipa Patrick devedjian et Pierre Bédier. Hauts-de-Seine (EPI 78/92). Le 30 juin 2017, les assemblées des deux départements vont plus loin et se prononcent en faveur d’une véritable fusion, pour ne plus former qu’une seule et unique collectivité. Des rapprochements de services commencent à s’opérer. La perspective est d’« investir sur des projets communs pour une plus grande attractivité du territoire ouest-francilien au bénéfice des habitants », notent Patrick Devedjian et Pierre Bédier. Mais le gouvernement planche encore sur ce sujet aux multiples enjeux. « L’imbrication des économies est forte, comme l’illustre le fait queL. Marin/AFP les Hauts-de-Seine sont, après Paris, la première destination des Yvelinois qui travaillent hors du département », relève-t-on du côté de l’EPI. Renforcer l’implantation de LREM en vue des régionales. D’après Europe 1, cette fusion pourrait aussi permettre à la majorité de renforcer son implantation locale avant les échéances électorales de la fin du quinquennat. Notamment les régionales. Selon une note que la radio a consultée, en échange de cette fusion demandée par les conseils départementaux, des marcheurs seraient intégrés dans les listes aux municipales, puis aux départementales. « Aucune décision n’a été prise. Et l’article regorge d’intox », a répondu sur Twitter Aurore Bergé, porte-parole des députés LREM. Mais les élus veulent continuer à se battre en faveur de la fusion. En 2018, Patrick Devedjian déclarait à son sujet  : « Elle est si avancée que nous sommes quasiment dans une situation irréversible. » Romain Lescurieux 2 Jeudi 19 septembre 2019 Manif contre les violences dans les établissements scolaires. Les personnels de l’éducation de Seine-Saint-Denis appellent à un rassemblement pour dénoncer les violences autour des établissements, dues, selon eux, au désinvestissement de l’Etat. Rendez-vous est donné à Saint- Denis, devant la basilique, ce jeudi à partir de 17 h 30. Un nouveau tronçon pour vélo à Paris. Mercredi, la piste cyclable qui relie Concorde à Bastille a été mise en service dans son intégralité. Cette piste longue de 4,5 km et large de 4 mest sécurisée et s’emprunte dans les deux sens. La RATP s’offre des produits dérivés pour ses 70 ans. RATP La Ligne, c’est le nom de la collection de produits dérivés RATP qui doit être lancée ce jeudi à l’occasion des 70 ans de l’entreprise. Une trentaine d’objets (papeterie, textile, maroquinerie, art de vivre, etc.) reprenant les symboles emblématiques des transports parisiens seront à découvrir sur www.ratplaligne.fr. CONSEIL RÉGIONAL D’ÎLE-DE-FRANCE 33 RUEBARBETDEJOUY 75007 PARIS 10H -19H ENTRÉE GRATUITE
Grand Paris Pas de quartiers pour les pesticides Environnement Une vingtaine de communes d’Ile-de-France ont pris des arrêtés interdisant l’utilisation de ces produits sur leur territoire Des maires de droite, du centre ou de gauche. Des petites communes ou des grandes villes, y compris Paris. Certaines rurales, d’autres, urbaines. Difficile de dresser un portrait-robot de ces villes d’Ile-de-France qui ont pris, depuis le printemps, des arrêtés interdisant ou réduisant l’usage des pesticides chimiques sur leur territoire. Elles sont aujourd’hui une vingtaine en région parisienne à avoir pris des arrêtés de ce type. Depuis le 1er janvier 2017, les communes n’ont plus le droit d’utiliser des pesticides de synthèse chimique dans les espaces verts, forêts, cours d’école ou le long de routes. Et depuis le 1er janvier 2019, cet interdit a été étendu aux particuliers. Dans les Hauts-de- Seine, la ville de Sceaux a été la première à prendre un tel arrêté, le 20 mai. « Cela s’inscrivait dans le cadre d’une Une « prise de conscience » réclamée après l’incident survenu sur la ligne 1 Métro A toute vitesse. Mercredi, l’organisation syndicale Solidaires RATP a appelé à une « prise de conscience » de la région et de la RATP, au lendemain de problèmes techniques sur la ligne 1. Une rame de cette ligne de métro, qui relie le château de Vincennes à la Défense, a traversé plusieurs stations sans s’arrêter, à la grande frayeur de ses usagers. Un agent à bord demandé « Suite à un incident technique, la rame n’a effectivement pas marqué l’arrêt durant trois stations, a réagi la RATP sur le compte Twitter de la ligne 1. L’arrêt s’est ensuite fait dans le respect des procédures de sécurité prévues. » avec vous concertation citoyenne, assure le maire (UDI) Philippe Laurent. Des habitants avaient remarqué que les voies du RER et les espaces verts de leur copropriété étaient entretenus au glyphosate. » La loi, qui encadre l’utilisation de ces produits, ne couvre pas tous les domaines. Ainsi, l’entretien des cimetières, des copropriétés ou des espaces verts des entreprises n’y figure pas. Les arrêtés municipaux visent donc à pallier ces carences. Aucun arrêté suspendu Pour plusieurs villes de la petite couronne, traversées par des voies de RER ou de métro et tramway, la SNCF et la RATP sont dans le viseur. Pour assurer la sécurité, les voies doivent être régulièrement désherbées. A la RATP, cet épandage a lieu deux fois par an. Mais depuis juin, l’entreprise a demandé à Soulignant que les passagers de ce « métro fou » étaient « totalement isolés, sans possibilité d’agir », Solidaires RATP a jugé mercredi que « les incidents à répétition sur les lignes automatiques parisiennes » devaient entraîner un changement. Le syndicat considère que « seul un agent RATP présent à bord, capable d’arrêter le train et de le prendre en conduite manuelle, est une sécurité ». La présidente de région, Valérie Pécresse, a « demandé un retour d’expérience à la directrice générale de la RATP, Catherine Guillouard, sur cet incident », a indiqué Ile-de-France Mobilités, mercredi. Ce retour d’expérience a été programmé le 6 novembre. Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! paris@20minutes.fr F. Scheiber/20 Minutes La décision des mairies revêt également un aspect symbolique. ses sous-traitants de ne plus utiliser de produits phytosanitaires. Dans le Val-de-Marne et en Seine- Saint-Denis, l’arrêté a été pris au niveau du département, mais des édiles ont décidé de prendre en plus un arrêté municipal. « Nous avons environ 20 hectares de champs à proximité d’un des quartiers de la ville, donc il y a un enjeu sanitaire évident, explique le maire (MoDem) de Chennevières-sur-Marne, Jean- Pierre Barnaud. C’est aussi une manière de réaffirmer notre position environnementale. » Le maire de Sceaux reconnaît que la décision de prendre un tel arrêté revêt aussi un aspect symbolique. « Lorsque nous sommes passés à La météo à Paris AUJOURD’HUI ET EN FRANCE 3 Jeudi 19 septembre 2019 un entretien plus vert, je n’ai pas eu que des retours positifs, se remémore-t-il. Des habitants sont venus se plaindre qu’il y avait de l’herbe sur les trottoirs. » Tous ces arrêtés pourraient être invalidés par le tribunal administratif comme le fut, fin août, celui émis par le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine). Pour l’heure, en Ile-de-France, aucun n’a été suspendu. Les édiles de Sceaux et de Gennevilliers confirment avoir été contactés par le préfet pour retirer leurs arrêtés. « On lui a répondu conjointement en listant les arguments, précise Jean-Pierre Barnaud. On n’a pas été informés d’un recours devant le tribunal administratif. » Caroline Politi DEMAIN matin après-midi matin après-midi 8 °C 20 °C 7 °C 23 °C Dans le Sud, la chaleur fait de la résistance Le soleil persiste et signe sur l’ensemble des régions, même si une tendance orageuse se dessine encore une fois entre les Pyrénées, les Alpes du Sud et la Corse. Les températures restent de saison dans le Nord, avec une petite bise.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :