20 Minutes France n°3451 12 sep 2019
20 Minutes France n°3451 12 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3451 de 12 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : ils ont conquis l'Amérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ActuAlité « Une potentielle catastrophe » Fongicides Le journaliste Fabrice Nicolino a publié un livre-enquête sur les SDHI, méconnus, mais qui inquiètent déjà les scientifiques Vous connaissez le glyphosate, qui fait l’objet d’âpres débats en France et à l’étranger. Mais peut-être ne connaissez-vous pas les Succinate DeHydrogenase Inhibitor (SDHI), une autre famille de pesticides (des fongicides, précisément), qui, selon Fabrice Nicolino, « sont potentiellement plus dangereux encore ». C’est ce qu’explique à 20 Minutes le journaliste et cofondateur du mouvement Nous voulons des coquelicots dans son dernier livre, Le crime est presque parfait (éd. Les Liens qui libèrent), paru mercredi. J. Saget/AFP Qu’est-ce qui ne va pas avec les SDHI ? Ces fongicides ont pour principe de bloquer la respiration des cellules des champignons, en inhibant l’activité de l’enzyme SDH (la succinate déshydrogénase). Le problème est que la SDH est présente dans presque la totalité des êtres vivants. Des scientifiques l’ont montré en laboratoire  : ces SDHI bloquent très efficacement la SDH des êtres humains. En 2018, un collectif de scientifiques a publié une tribune dans laquelle sont pointés les risques pour la santé humaine que fait courir l’utilisation de plus en plus massive de ces fongicides. Des anomalies de fonctionnement de la SDH peuvent entraîner, par exemple, la mort de cellules et causer de graves encéphalopathies. Nous sommes à l’aube d’une potentielle catastrophe sanitaire. Un lien a-t-il pu être établi entre certains cancers et une exposition à des SDHI ? Dans l’état actuel de nos connaissances, Se former aux métiers du social et des ressources humaines e Titre RNCP Chargée d’accompagnement social et professionnel e Licence professionnelle Intervention sociale e Master Gestion des ressources humaines et sociologie du travail Des formations exigeantes et reconnues pour des fonctions porteuses  : l'accompagnement social et professionnel ; la coordination de projets en travail social ; l'expertise en travail et organisations pour l'accompagnement au changement ; le conseil en entreprise, etc. Portes ouvertes du 10 au 14 septembre à Paris III e 292, rue Saint-Martin - accès 17 et 21 (M° Réaumur Sébastopol) Mardi-vendredi  : 13h-18h ; samedi  : 10h-16h metiers-social.cnam.fr S. Salom Gomis/Sipa (illustration) il est très difficile d’établir un lien. En revanche, ces scientifiques disent que la toxicité sur le long terme des SDHI sur l’homme n’a pas été sérieusement étudiée. Dans ce contexte d’incertitudes, ils demandent à suspendre leur utilisation. C’est ce qui se ferait dans un Etat qui aurait pour priorité de protéger sa population. Or, et c’est ce que raconte ce livre, ce n’est pas du tout ce que fait l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui délivre les autorisations de mise sur le marché (AMM). Quels volumes de SDHI sont aujourd’hui répandus en France ? J’ai posé la question aux firmes qui les 4 Jeudi 12 septembre 2019 les SDHi, qui s’attaquent aux champignons, pourraient menacer l’homme.commercialisent, sans jamais avoir de réponses. Je n’en ai pas eu davantage avec l’UIPP [Union pour la protection des plantes], le syndicat professionnel de l’industrie des pesticides. Mais on parle bien du nouveau chéri de l’industrie agrochimique. Les SDHI sont aujourd’hui épandus sur l’essentiel des surfaces agricoles, dont près de 80% des surfaces de blé. On les utilise aussi sur les pelouses, comme celles des terrains de foot. Le marché mondial des SDHI était évalué à 2,343 milliards d’euros en 2018. Et, selon des analystes, il pourrait atteindre 5,79 milliards d’euros d’ici à 2024. Propos recueillis par Fabrice Pouliquen Ramadan en mode reconquête Médias « In sha Allah » (Si Allah veut). Tariq Ramadan n’a pas choisi les mots de conclusion de son dernier ouvrage par hasard. Impossible de savoir « si Allah veut » vraiment. Mais les juges, oui… Mardi, le tribunal correctionnel de Paris a autorisé la publication (mercredi) de Devoir de vérité (éd. Presses du Châtelet), en dépit du fait que l’islamologue y dévoile le nom d’une des femmes qui l’accuse de viol et qui souhaitait rester anonyme. Les magistrats ont considéré que son nom avait déjà été rendu public par certains médias. Toutefois, ils ont condamné le théologien à lui verser un euro symbolique pour avoir répété son nom sans son consentement dans cet ouvrage. Il ne reste plus à Tariq Ramadan qu’à verser un euro. Soit le prix pour poursuivre l’offensive médiatique qu’il a entamée le 6 septembre. Silencieux depuis sa sortie de prison en novembre, l’islamologue de 57 ans a, ce matin-là, sur BFMTV, contesté vigoureusement les faits de viol dont il est accusé. Ce qu’il fait aussi dans son ouvrage, rempli de références religieuses. Car Tariq Ramadan cherche à reconquérir les musulmans qui se sont sentis « trahis » après avoir appris ses agissements passés. Et ils sont nombreux. Mardi, c’est la fédération Musulmans M. Bureau/AFP de France (ex-UOIF) qui l’a complètement lâché, se disant « choquée par l’écart béant entre [s]es dires et [s]es comportements ». En attendant de connaître ce que la justice décidera, Tariq Ramadan semble vouloir avant tout reprendre la place de prédicateur influent qui était la sienne il y a encore deux ans. Via son tout nouveau site Internet, il a donné rendez-vous vendredi à 19 h 30 sur les réseaux sociaux pour « une réflexion sur le cheminement spirituel à travers les épreuves ». Vincent Vantighem l’islamologue est accusé de viols.
NE SURVOLEZ PAS VOTRE VOYAGE, VIVEZ-LE LONDRES DÈS PAR TRAJET 54 000 places disponibles *Offre promotionnelle à partir de 34 € par personne, pour un aller simple en Standard, basé sur un A/R obligatoire, soit 68 € aller-retour. 54 000 places disponibles à partir du 10/09/2019. Valable au départ de Paris Gare du Nord, Lille Europe et Calais Fréthun à destination de Londres St Pancras International, Ebbsfleet International et Ashford International. Réservation ouverte du 10/09/2019 au 23/09/2019 inclus, pour des voyages du 01/10/2019 au 17/01/2020 inclus. Certaines dates sont exclues. Disponibilité limitée les vendredis et les weekends. Offre disponible dans tous les points de vente Eurostar, y compris eurostar.com. Billets non remboursables, et échangeables selon les conditions applicables au moment de l’échange. Plus d’informations sur eurostar.com. Eurostar International Limited, société de droit britannique enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles sous le n°2462001. Times House, Bravingtons Walk, Londres N1 9AW, Royaume-Uni.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :