20 Minutes France n°3450 11 sep 2019
20 Minutes France n°3450 11 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3450 de 11 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : un débat épineux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité Quel traitement appliquer ? Pesticides Une consultation publique a été ouverte sur les distances minimales à respecter entre habitations et zones d’épandage Le 18 mai, Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), a lancé un pavé dans la mare en signant un arrêté (depuis suspendu par la justice),interdisant l’épandage de pesticides de synthèse, utilisés en agriculture conventionnelle, dans un périmètre de 150 m autour des habitations. Depuis, une quarantaine de maires, et même le président du conseil départemental du Val-de-Marne, ont pris des arrêtés similaires. En réponse, le gouvernement a ouvert lundi une consultation publique* sur les distances minimales à respecter entre habitations et zones d’épandage. Christian Durlin, président de la chambre d’agriculture du Nord-Pasde-Calais et membre de la FNSEA, invite déjà à s’interroger sur la surface de terre agricole qui tomberait sous le coup de ces bandes de non-traitement de 150 m si les 36 000 maires de France prenaient tous des arrêtés antipesticides. Vingt pour cent, estime d’ores et déjà le ministère de l’Agriculture. D’où la crainte avancée la semaine passée par son locataire, Didier Guillaume, que la France soit contrainte d’importer une plus grande part encore de son alimentation (elle en importe déjà 20%). « Produire moins et mieux » Pour Cécile Claveirole, responsable du réseau agriculture à France Nature Environnement (FNE), comme pour Arnaud Gauffier, codirecteur des programmes au WWF France, Didier Guillaume joue avec nos peurs. « Nous ne demandons pas que ces « zones-tampons » deviennent des friches, mais qu’on y cultive sans utiliser de pesticides de synthèse », indique la première. « Surtout, si on épand tant de pesticides en France, c’est pour produire N. Tucat/AFP ##JEV#171-55-https://bit.ly/2magtXf##JEV# des quantités astronomiques et pouvoir exporter, ajoute le second. Un autre modèle est possible. Il consisterait à produire peut-être un peu moins, mais mieux, en transformant directement les aliments en France. Pas sûr, alors, que nos importations augmentent. » Une conversion à marche forcée qui ne plaît guère à Emmanuel Ferrand, agriculteur et maire LR de Saint-Pourçainsur-Sioule (Allier). « Ce ne sont pas les parcelles agricoles qui empiètent sur la ville, mais bien l’inverse. Dans ma région, nous avons des vignes vieilles de soixante ans. Les maisons se sont construites autour, et on demanderait aujourd’hui aux viticulteurs de 6 Mercredi 11 septembre 2019 Des agriculteurs craignent de perdre de trop grandes surfaces agricoles. réorganiser leur production à leurs abords, au risque de perdre une bande de 150 m de terre ? » « Pourquoi ne pas plutôt demander aux promoteurs immobiliers de prévoir, sur leurs terrains, cette zone-tampon ? », lance-t-on au ministère de l’Agriculture. Emmanuel Ferrand regrette aussi que les arrêtés pris ne mentionnent pas les pesticides utilisés en agriculture biologique, qui, s’ils sont mal appliqués, « sont tout aussi dangereux pour l’homme et l’environnement ». La consultation publique doit durer trois semaines. Suffisant ? Fabrice Pouliquen * https://bit.ly/2ktAXd9. Le collectif veut fédérer davantage Urgences Au lendemain des annonces de la ministre de la Santé pour soulager les urgences, qu’il juge insuffisantes, le collectif Inter-Urgences s’est rassemblé mardi en assemblée générale en Seine-Saint-Denis. Il a voté une motion rappelant ses revendications (« réouvertures de lits », « recrutements à la hauteur des besoins » et « augmentation de 300 € net mensuels pour tous les hospitaliers ») et a acté le principe de rassemblements locaux le 26 septembre. Avant qu’un comité choisisse une date pour une mobilisation nationale, en octobre. Pendant plus de quatre heures, des infirmières, aides-soignantes, manipulateur radio, médecins, syndicalistes ou non syndiqués, ont échangé pour réinventer un mouvement social qui dure depuis six mois. Mais qui reste peu visible, car les paramédicaux, même grévistes, sont assignés à leur poste, étant donné le sous-effectif dans les services d’urgence. La question est donc  : comment fédérer davantage ? Renaud Péquignot, gériatre et président de l’intersyndicale Avenir hospitalier, promet qu’il va militer pour que les médecins entrent dans le mouvement. Mais il prévient  : « Certains médecins ont du mal à faire grève alors que leurs patients O. Gabriel/20 Minutes attendent six mois pour obtenir un rendez-vous. Et certains craignent qu’en disant leur mécontentement ils perdent ce que la ministre leur a promis. » Le collectif invite aussi à manifester lors des diverses journées à l’appel des syndicats, à mobiliser les usagers par des pétitions, voire à faire son autocritique. « Il faut qu’on arrête de revenir sur nos jours de repos quand l’hôpital manque de personnel. Cela forcerait les établissements à embaucher », lance Bertrand, aide-soignant. Oihana Gabriel le collectif inter-urgences a voté mardi la poursuite de la grève.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :