20 Minutes France n°3446 4 sep 2019
20 Minutes France n°3446 4 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3446 de 4 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : propriétaires à tout prix.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Grand Paris « Il faut mettre en place une présomption de crédibilité » Femmes La militante Ernestine Ronai livre son regard sur l’évolution de la lutte contre les violences Elle a l’énergie des pionniers. Ernestine Ronai a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes sa grande cause personnelle, bien avant que les gouvernements successifs ne s’emparent du sujet. Responsable de l’Observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis, elle revient, à l’occasion du Grenelle des violences conjugales, lancé mardi, sur ce qui a changé en trente ans de lutte. Cela fait trente ans que vous êtes impliquée dans le combat contre les violences faites aux femmes. Quels sont les principaux changements que vous avez constatés ? Ce qui a changé, c’est avant tout les lois. Aujourd’hui, nous sommes dotés A. Abdelkafi/AFP Ernestine ronai. d’un arsenal législatif qui serait suffisant s’il était vraiment appliqué. Nos lois ne sont plus uniquement là pour punir après la commission d’une infraction, elles protègent également les femmes. L’ordonnance de protection, adoptée en 2010, permet, par exemple, de mettre à l’abri une personne en danger même si son compagnon n’a pas été condamné. C’est unique dans le droit français. Que faudrait-il améliorer ? La formation des magistrats, des policiers ou des gendarmes. Il faut mettre en place une présomption de crédibilité  : quand une femme vient pour porter plainte, il faut non seulement la croire, mais également essayer de creuser. Elle vient pour une gifle ? Peut-être – sûrement – y a-t-il derrière d’autres violences physiques, psychologiques ou sexuelles. De la même manière, le principe de précaution doit s’appliquer systématiquement  : il est indispensable d’éloigner le mari violent, au moins le temps de mener l’enquête. Avez-vous constaté une évolution dans les profils des femmes victimes ? Non, les violences conjugales touchent toutes les couches de la société. La seule chose que l’on constate, c’est que les plus jeunes sont davantage victimes, mais ce sont également elles qui vont le plus porter plainte. C’est à la fois triste et encourageant, c’est le signe d’une progression dans la prise de conscience. Propos recueillis par Caroline Politi Lire aussi p.8. Billetterie en ligne www.festival-deauville.com #Deauville2019 2 Mercredi 4 septembre 2019 Les voleurs font les rats avec une œuvre de Banksy. Mardi, le Centre Pompidou (Paris, 4 e) a « constaté le vol » d’une œuvre du célèbre street artist britannique Banksy, « réalisée sur l’envers du panneau d’entrée » de son parking souterrain. Le pochoir, représentant un petit rat au museau masqué brandissant un crayon, fait référence aux événements de mai 1968 et rend hommage à Paris, « berceau de l’art du pochoir ». Il aurait été dérobé dans la nuit de dimanche à lundi, selon la police. La cible d’une fusillade mortelle en garde à vue. Un homme qui a échappé à une tentative d’assassinat lundi soir et est soupçonné d’avoir tué son agresseur à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) a été placé en garde à vue, a-t-on appris mardi de source judiciaire.L. Gourdon/Sipa (archives)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :