20 Minutes France n°3441 28 jun 2019
20 Minutes France n°3441 28 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3441 de 28 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : par ici l'Amérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité « Ils ont assassiné mon père » Procès La fille d’un ancien salarié de France Télécom, qui s’est suicidé, a livré un vibrant réquisitoire, jeudi Noémie Louvradoux n’a rien épargné aux sept prévenus, jeudi. Ni la douleur – immense –, ni la colère, ni le ressentiment. « Ils ont assassiné mon père, ma famille, ils nous ont volé notre vie. » Comme au premier jour du procès pour harcèlement moral des anciens dirigeants de France Télécom (il a commencé le 6 mai), la famille Louvradoux a fait bloc. Un front uni pour dire qui était Rémy, leur père ou mari. Salarié de France Télécom depuis 1979, ce fonctionnaire âgé de 56 ans a mis fin à ses jours le 26 avril 2011 sur le parking du site bordelais où il travaillait. Il s’est immolé par le feu. Ses proches sont convaincus que son suicide est directement lié à ses conditions de travail et à un management brutal. Douloureuse métamorphose La voix saccadée par les sanglots, Noémie Louvradoux a tenté de décrire la métamorphose subie par son père. Passionné de construction, amateur de cyclisme et de natation, Rémy Louvradoux s’est fermé au fil des ans. « Ses temps de trajet s’allongeaient, il ne faisait que changer de site pour son travail, on ne le voyait jamais », détaille la jeune femme. Le quinquagénaire prend du poids, développe une embolie pulmonaire, souffre d’apnées du sommeil, ne sort plus, est « tout le temps fatigué ». En 2008, trois ans avant son suicide, le poste de contrôleur interne de Rémy ##JEV#37-253-https://bit.ly/2NgjgeA##JEV# la première attaque a eu lieu dans le centre de la capitale. P.Bernard/AFP Chine nouvelle/Sipa Pour la témoin, le management brutal a causé la perte de son père. Louvradoux est supprimé. Il est « redéployé » sur un poste précaire pendant douze mois. À cette époque, France Télécom opère une réorganisation et les plans Next et Act poussent un grand nombre de salariés à la mobilité. L’objectif affiché par la direction  : 22 000 départs. En octobre 2010, Rémy Louvradoux est finalement affecté sur un nouveau site, à Bordeaux. Un an plus tôt, dans un courrier de six pages adressé à la direction, il écrivait  : « C’est une machine à fabriquer des déséquilibrés, ensuite il suffira d’agiter un peu (…). Le suicide reste comme étant LA solution ! » Sa lettre restera sans réponse. L’impensable s’est produit alors. Noémie Louvradoux l’a expliquée sans ciller. Mais, au-delà de la brutalité du deuil, c’est la réponse et la réaction de l’entreprise qui a meurtri la famille. « C’est là où ça a été le plus dur. Cette compassion factice, obscène, laide, les formules comme « on partage votre douleur «, « on fera le nécessaire pour que toute la lumière soit faite. » La mort de mon père, c’est la prime de celui qui a supprimé son poste. Dès le lendemain de sa mort, mon père a été effacé de l’annuaire France Télécom, ils ont nié son existence. Ils ont répandu des rumeurs. On comprend que la machine est en route et qu’on va prendre cher. » Tout en reconnaissant le caractère « dramatique » de la situation, l’ancien PDG, l’ex-numéro 2 et le DRH de l’entreprise ont insisté sur « l’accompagnement » dont a bénéficié, selon eux, Rémy Louvradoux. Une violence supplémentaire pour sa fille, qui a confié son « profond sentiment d’injustice »  : « Nous, on a payé la souffrance de notre père, les dix ans de procédure, on ne veut pas d’excuse. » Le procès doit se tenir jusqu’au 11 juillet. Hélène Sergent Double attentat de Daesh à Tunis Tunisie Un double attentat visant la police a fait jeudi au moins un mort et huit blessés à Tunis. Le dernier attentat dans la capitale tunisienne remonte au 30 octobre, également sur l’avenue Bourguiba, lorsqu’une femme s’est fait exploser, faisant au moins 26 blessés. Peu après les deux attaques, la présidence de la République tunisienne a indiqué que le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, 92 ans, avait été hospitalisé après avoir fait un « grave » malaise. « C’est une opération terroriste lâche », qui « vise à déstabiliser les Tunisiens, l’économie et la transition démocratique », a déclaré le chef du gouvernement, Youssef Chahed. La double attaque intervient à la veille d’une saison touristique prometteuse selon des responsables tunisiens, et à l’approche d’élections présidentielle et législatives, prévues en octobre et en novembre. Après un soulèvement en 2011 ayant mené à la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance djihadiste, responsable de la mort de plusieurs dizaines de soldats et de policiers, mais aussi de nombreux civils et touristes étrangers. Jeudi soir, la double attaque a été revendiquée par Daesh, a rapporté l’organisme américain de surveillance des mouvements extrémistes (Site). 6 Vendredi 28 juin 2019 Alerte maximale à la canicule dans le Sud-Est. Les Bouches-du-Rhône, le Gard, l’Hérault et le Vaucluse sont en alerte rouge canicule ce vendredi  : des températures jamais enregistrées en métropole, jusqu’à 45 °C, pourraient être atteintes localement, a prévenu Météo- France. C’est la première fois que le dernier niveau d’alerte prévu par le plan national canicule, qui prévoit la coordination des actions des services de l’Etat, est activé. Deux personnes blessées devant une mosquée à Brest. Jeudi aprèsmidi, deux personnes, dont l’imam de Brest, ont été blessées par balle devant l’une des mosquées de la ville. Le principal suspect a été retrouvé mort d’une balle dans la tête dans la soirée. Mélenchon jugé en correctionnelle après des perquisitions houleuses. Le patron de LFI, Jean-Luc Mélenchon, sera jugé en septembre après les accrochages qui ont émaillé les perquisitions au siège des son parti et à son domicile en octobre. Un Bosnien en lien avec le 13-Novembre arrêté en Allemagne. Suspecté de liens avec les djihadistes du 13-Novembre, un ressortissant bosnien de 39 ans a été arrêté la semaine passée outre-Rhin, a indiqué le parquet allemand. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt de la justice belge. Le groupe d’homéopathie Boiron suspend son titre en Bourse. Le titre du groupe d’homéopathie Boiron a été suspendu jeudi matin à la Bourse de Paris. Et ce, à la demande du groupe. Selon son avis définitif révélé par Libération mercredi, mais qui doit être rendu public ce vendredi, la Haute Autorité de santé a estimé que l’homéopathie ne devait plus être remboursée, faute d’efficacité prouvée. L’ex-convoyeur de fonds Musulin gardé à vue deux jours à Londres. Condamné en 2010 à Lyon à cinq ans de prison ferme pour le vol de 11,6 millions d’euros en détournant le fourgon blindé qu’il conduisait, Toni Musulin a été arrêté à Londres mardi, puis relâché jeudi soir. Selon Le Progrès, il a tenté de changer une forte somme d’argent liquide dans une banque. Cette arrestation relance les interrogations sur la disparition d’une partie du butin.
UNE OFFRE EXTRA MAIS JAMAIS ORDINAIRE OFFERTS EN BON D’ACHAT POUR VOS PROCHAINES COURSES D’UN MINIMUM DE 50 € SUR TOUT LE MAGASIN POUR TOUT PASSAGE EN CAISSE (3) JUSQU’AU 28 JUIN (1) Bon d’achat ni échangeable, ni remboursable, non cumulable avec les autres offres en cours. Utilisable en une fois dans votre magasin Monoprix ou monop’, hors service coupefile. Offre limitée à un bon par passage en caisse pour un montant d’achat supérieur ou égal à 50 € . (2) Seuil de 50 € calculé après déduction des offres en cours. (3) Hors caisse libre-service, hors caisse parapharmacie. Voir liste des magasins participants sur monoprix.fr. Monoprix – SAS au capital de 78 365 040 € - 14-16, rue Marc Bloch – 92110 Clichy – 552 018 020 R.C.S. Nanterre – – Pré-presse  : (1) (2)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :