20 Minutes France n°3437 21 jun 2019
20 Minutes France n°3437 21 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3437 de 21 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : hip-hop, match amical.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité « Le live-streaming de viol d’enfants explose » Pédocriminalité Le phénomène est dans le viseur des autorités, indique YannLe Goff, commissaire divisionnaire Pendant longtemps, les pédophiles du monde entier prenaient la direction de l’Asie du Sud-Est pour y perpétrer des agressions et des crimes sexuels. Mais Internet a changé les comportements. Aujourd’hui, un phénomène inquiète les autorités françaises*, celui du live-streaming, comme l’explique à 20 Minutes YannLe Goff, commissaire divisionnaire de la police nationale. Qu’est-ce que le live-streaming ? Les individus qui pratiquaient le tourisme sexuel dans des pays comme la Thaïlande ou les Philippines ont compris qu’il était dangereux pour eux de voyager. Il y a en effet de plus en plus d’interactions entre les forces de police spécialisées dans le monde. Des pédophiles vont donc commander sur Internet, par le biais de réseaux, d’intermédiaires, des viols d’enfant en direct. Les victimes, elles, se trouvent à l’étranger, dans des pays d’Asie du Sud-Est. Un rendez-vous est pris, un intermédiaire se trouve avec l’enfant et obéit à la personne derrière son écran. Un viol d’enfant âgé de 4 à 9 ans, ça coûte entre 30 dollars (26 € ) et 100 dollars (88 € ). Il y a une explosion de ce phénomène, notamment aux Philippines. une manifestation contre l’excision, entre autres, le 15 juin, à Paris.C. Follain/20 Minutes Y. Bohac/Sipa un viol d’enfant en direct coûte quelques dizaines d’euros, indique le policier. Quel est l’enjeu de ce séminaire ? C’est l’occasion de discuter des nouvelles tendances, de renforcer notre réseau de contacts. Un volet, notamment, est consacré à la lutte contre le financement. Quand il s’agit de trafic de stupéfiants, les montants sont très importants. Mais, en matière d’exploitation sexuelle des mineurs, il s’agit de retracer des montants de quelques dizaines de dollars. Justement, plusieurs organismes bancaires, comme MasterCard ou PayPal, seront représentés… Ils sont très demandeurs. Western Union, par exemple, est engagé pour lutter contre le phénomène. En France, nous sommes aussi aidés par Tracfin [organisme du ministère de l’Economie chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme]. Des acteurs d’Internet, comme Facebook, seront représentés au séminaire. Mais pas Skype. Pourquoi ? Certaines entreprises, comme Facebook, ont compris qu’elles étaient des partenaires pour les forces de sécurité intérieure de différents pays et n’ont aucun problème à mobiliser leurs spécialistes du sujet. On a tout fait pour que Skype soit là, mais nous n’avons jamais eu de réponse. Ce qui est bien dommage, car Skype est l’un des vecteurs utilisés aujourd’hui par les pédophiles. Propos recueillis par Thibaut Chevillard * Cette interview a été réalisée dans le cadre d’un séminaire international (24 pays représentés) organisé par la France à Singapour sur l’exploitation sexuelle des mineurs, et qui prend fin ce vendredi. Un plan de lutte contre l’excision Violences sexuelles Une première. Ce vendredi, la secrétaire d’Etat aux droits des femmes, Marlène Schiappa, doit lancer un plan uniquement consacré à la lutte contre l’excision. Cette mutilation génitale toucherait 60 000 femmes résidant sur le territoire national. Et « pas que des personnes originaires de pays africains, relève Marion Schaefer, vice-présidente du réseau associatif Excision, parlons-en ! Tous les continents sont touchés, comme l’Amérique du Sud ou l’Asie, et ce n’est pas l’apanage d’une seule religion. » En Egypte, par exemple, l’excision est aussi pratiquée chez les coptes. L’excision est interdite en France et est punie de dix ans d’emprisonnement (vingt si elle est commise sur une mineure) et de 150 000 € d’amende. Or, « même si elle est pratiquée dans un autre pays que la France, et même si vous n’avez pas la nationalité française, vous pouvez être condamné si vous êtes complice d’une excision », ajoute Isabelle Gillette-Faye, directrice du Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles et autres pratiques traditionnelles. Autre idée reçue  : les femmes excisées vivent essentiellement en région parisienne. Les régions Normandie et Paca sont elles aussi à risques. Hélène Sergent 6 Vendredi 21 juin 2019 Jacques Rançon avoue avoir tué Isabelle Mesnage Justice Après avoir nié les faits, Jacques Rançon a fini par reconnaître « avec de nombreux détails » avoir tué Isabelle Mesnage, 20 ans, en 1986, a indiqué jeudi le procureur de la République d’Amiens, Alexandre de Bosschère. Le « tueur de Perpignan » a ensuite été mis en examen des chefs d’assassinat et de viol. Isabelle Mesnage avait disparu le 28 juin 1986, à proximité de Fouilloy (Somme), alors qu’elle se rendait à un rassemblement de la jeunesse catholique. Son corps était retrouvé le 3 juillet 1986 à Cachy, une petite ville à l’est d’Amiens. Devant les gendarmes, Jacques Rançon a expliqué avoir enlevé la jeune femme le jour de sa disparition alors qu’elle faisait du stop. Il l’a frappée, violée, étranglée. Il a ensuite « porté atteinte à son corps avec le même mode opératoire que celui qui sera utilisé pour ses futures victimes en 1997 et 1998 [Moktaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzales] », a précisé le parquet. Pour les parents de la jeune victime, c’est un « soulagement », une « satisfaction incommensurable », a indiqué à 20 Minutes leur avocate, Corinne Herrmann. T.C. Des économistes prônent la légalisation du cannabis. La légalisation du cannabis, un moyen de « reprendre le contrôle » face à « l’échec » de la répression ? C’est la thèse défendue par des économistes chargés de conseiller Matignon, dans un rapport iconoclaste publié jeudi. Lancement d’une campagne pour prévenir les noyades. Face à l’inquiétante augmentation des noyades, qui ont tué plus de 400 personnes l’été dernier, notamment de jeunes enfants dans les piscines privées, le gouvernement, le monde sportif et les pompiers ont lancé jeudi la campagne #VigilanceNoyade. Cahuzac finalement autorisé à exercer la médecine. Après avoir suspendu son autorisation d’installation en Corse, l’ordre des médecins a finalement autorisé Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale. L’ex-ministre du Budget a été condamné à quatre ans d’emprisonnement en mai 2018 pour fraude fiscale, notamment.
UNE OFFRE EXTRA MAIS JAMAIS ORDINAIRE OFFERTS EN BON D’ACHAT POUR VOS PROCHAINES COURSES D’UN MINIMUM DE 50 € SUR TOUT LE MAGASIN POUR TOUT PASSAGE EN CAISSE (4) JUSQU’AU 28 JUIN (1) Le 23 juin, uniquement pour les magasins ouverts le dimanche. (2) Bon d’achat ni échangeable, ni remboursable, non cumulable avec les autres offres en cours. Utilisable en une fois dans votre magasin Monoprix ou monop’, hors service coupe-file. Offre limitée à un bon par passage en caisse pour un montant d’achat supérieur ou égal à 50 € . (3) Seuil de 50 € calculé après déduction des offres en cours. (4) Hors caisse libre-service, hors caisse parapharmacie. Voir liste des magasins participants sur monoprix.fr. Monoprix – SAS au capital de 78 365 040 € - 14-16, rue Marc Bloch – 92110 Clichy – 552 018 020 R.C.S. Nanterre – – Pré-presse  : (2) (3)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :