20 Minutes France n°3435 19 jun 2019
20 Minutes France n°3435 19 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3435 de 19 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : le vote du public pour TF1.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité Des stéréotypes bien ancrés Exclusif #Metoo n’a pas fait bouger toutes les lignes en matière de violences sexuelles, révèle une enquête Dix-huit mois après la naissance du mouvement #Metoo, les représentations des Françaises et des Français sur le viol et les violences sexuelles ontelles été bouleversées ? C’est ce qu’a voulu mesurer l’association Mémoire traumatique et victimologie dans une enquête* réalisée par l’institut Ipsos et que 20 Minutes révèle en exclusivité. Quelques notes positives, d’abord. Pour 83% des sondés, #Metoo a bel et bien contribué à la libération de la parole des femmes et renforcé leur capacité à porter plainte ; 69% pensent qu’elles seront désormais mieux soutenues par leur entourage et les témoins ; 57% des répondants considèrent que #Metoo améliorera les relations entre les hommes et les femmes. Paradoxe de la médiatisation En revanche, certains mythes sur le viol semblent s’être plutôt renforcés. Par exemple, 37% des Français estiment qu’il est fréquent d’accuser une personne de viol par « déception amoureuse » ou « pour se venger ». Ils étaient 32% en 2016. Pas surprenant, aux yeux d’Alice Debauche, professeure de sociologie à l’université de Strasbourg, spécialiste des violences sexuelles  : « La médiatisation des violences sexuelles a laissé place à tout un tas de discours réactionnaires et antiféministes insinuant que les femmes qui accusaient leur agresseur le faisaient par vénalité. D’autant que la majorité des femmes l’hôtel où le fuyard suspecté d’avoir tué un enfant a été arrêté mardi. K. Konrad/SipaL. Venance/AFP Manifestation contre les violences faites aux femmes en novembre à lyon. qui ont témoigné dans le sillage de #Metoo ont décrit des situations survenues dans un cadre professionnel. » Autre conséquence paradoxale de la médiatisation de #Metoo, beaucoup de personnes surestiment le nombre de plaintes déposées et le nombre de condamnations pour viol  : 69% des personnes interrogées pensent qu’une victime sur quatre porte plainte, alors qu‘elles sont en réalité moins de 10% à le faire. De même, 90% des sondés pensent que les condamnations pour viol ont augmenté depuis dix ans. Or, une enquête publiée en septembre par Le Monde démontrait que ce nombre avait chuté de 40% sur la même période. Les mythes et stéréotypes autour de la « bonne » ou de la « mauvaise » victime de violences sexuelles et la culpabilisation qui entoure les femmes violées restent aussi encore profondément ancrés. Pour 42% des Français, si une victime de viol a eu « une attitude provocante en public », cela atténue la responsabilité de l’agresseur. « Lors des procès d’agresseurs sexuels, on demande encore trop souvent à la victime la tenue qu’elle portait, si elle avait des amants, si c’était une femme légère », dénonce NolwennWeiler, journaliste indépendante et coautrice du Viol, un crime presque ordinaire (éd. Cherche Midi). Selon elle, seuls le temps, la formation des magistrats, des policiers, l’enseignement et les investissements humains et financiers pourront remédier à l’ancrage de ces stéréotypes. Hélène Sergent * Réalisée du 22 au 28 février sur un échantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus, en utilisant la méthode des quotas. Le chauffard de Lorient arrêté après neuf jours de cavale Accident mortel Fin de la traque. Mardi, le chauffard de Lorient a été arrêté dans un hôtel de Lanester (Morbihan), sans opposer de résistance. L’homme de 20 ans était recherché pour avoir tué un enfant de 9 ans et grièvement blessé son cousin de 7 ans. Il a été mis en examen pour homicide et blessures involontaires aggravés, refus d’obtempérer aggravé, conduite sans permis, conduite sans assurance et délit de fuite, a indiqué la procureure de la République de Lorient, Laureline Peyrefitte. Il a ensuite été placé en détention provisoire. Il encourt dix ans de prison. « Il a confirmé être le conducteur du véhicule, avoir refusé d’obtempérer et être à l’origine des accidents », a précisé la magistrate. Son arrestation a été rendue possible grâce à « une information déterminante » reçue mardi matin alors qu’une photo du suspect figurait dans un appel à témoins diffusé par la police, a poursuivi Laureline Peyrefitte. Des questions demeurent sur sa cavale et d’« éventuelles aides » dont lui et sa passagère auraient bénéficié. Cette dernière, 21 ans, a été arrêtée il y a une semaine. 8 Mercredi 19 juin 2019 Des enquêtes sur la mort de Morsi réclamées Egypte Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a demandé mardi une enquête « minutieuse et indépendante » après la mort, la veille, en plein tribunal, de MohamedMorsi. « Comme l’ancien président était détenu [depuis six ans] par les autorités égyptiennes au moment de sa mort, l’Etat a la responsabilité de s’assurer qu’il était traité humainement et que son droit à rester en vie et à être soigné a été respecté », a insisté Rupert Colville, porte-parole du Haut- Commissariat aux droits de l’homme. « Des inquiétudes » avaient en effet été soulevées au sujet de ses conditions de détention et de son accès à des soins médicaux pendant sa détention. En mars 2018, une commission britannique indépendante, dirigée par le député conservateur Crispin Blunt, avait dénoncé le maintien à l’isolement vingt-trois heures par jour de l’ex-président, qui souffrait d’antécédents diabétiques et d’insuffisance rénale. Amnesty International, Human Rights Watch et Crispin Blunt ont aussi réclamé une enquête « indépendante » sur la mort de l’islamiste de 67 ans. La Loire victime d’une contamination radioactive ? L’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest a annoncé mardi une « contamination » radioactive « anormalement élevée » de la Loire à Saumur (Maine-et-Loire), « en aval de cinq centrales nucléaires ». Ulcan, hacker auteur d’un canular mortel, renvoyé devant les assises. Un article qui lui déplaît, un canular extrême en représailles, une victime qui fait une crise cardiaque mortelle. Cinq ans plus tard, le hacker franco-israélien Grégory Chelli, dit Ulcan, installé en Israël, a été renvoyé mardi aux assises par un juge d’instruction parisien. La grève aux urgences se poursuit. Il a jugé les 70 millions d’euros débloqués par le gouvernement « insatisfaisants ». Le collectif Inter- Urgences a annoncé lundi soir avoir voté la poursuite du mouvement de grève entamé mi-mars dans les urgences hospitalières. Un appel à une manifestation nationale le 2 juillet a été lancé.
UNION EUROPÉENNE « JE CROIS AUX PROJETS QUI AMÉLIORENT LE QUOTIDIEN DES GENS » Sarah, fondatrice de Constant & Zoé Aider une petite entreprise à réussir, ça profite à tous. L’Union européenne garantit des prêts accordés par le réseau associatif de financement Initiative France, comme celui de 25 000 € pour la jeune entreprise « Constant & Zoé » qui lance sa toute première collection de prêt-à-porter destinée aux personnes handicapées. Avec ce soutien, Sarah développe des vêtements pratiques pour faciliter le quotidien des personnes handicapées et de leurs aidants… avec style ! Pour accompagner sa croissance rapide, « Constant & Zoé », a déjà embauché 5 nouveaux employés. Pour en savoir plus sur la manière dont l’UE investit dans les entreprises en France  : www.europa.eu/investeu CRÉER DES OPPORTUNITÉS, ÇA COMMENCE ICI. #investEU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :