20 Minutes France n°3435 19 jun 2019
20 Minutes France n°3435 19 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3435 de 19 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : le vote du public pour TF1.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CINÉMA Surréaliste de beauté Animation Salvador Simo rend hommage à l’un de ses maîtres dans « Buñuel après l’âge d’or » Du Festival d’Annecy, le réalisateur espagnol Salvador Simo est revenu avec deux prix (une mention du jury et le prix de la meilleure musique) pour Buñuel après l’âge d’or, hommage vibrant et animé au grand maître du cinéma disparu en 1983. Ce biopic animé fait partager le moment où Luis Buñuel, ruiné par la sortie de L’Age d’or, cosigné en 1930 avec Salvador Dali, a failli renoncer à sa carrière avant d’être tiré d’affaires par l’argent d’un billet de loterie gagné par son ami sculpteur Ramon Acin. Un artiste sans compromis Salvador Simo signe un film d’une incroyable beauté visuelle et riche en émotions. Il n’est pas indispensable de connaître la filmographie de Luis Buñuel pour l’apprécier. « Cette histoire d’amitié entre des artistes Wanda Vision Ce biopic revient sur la période où le cinéaste a failli renoncer à sa carrière. dépasse la cinéphilie, précise le réalisateur. Tout le monde peut comprendre ce qui motive les personnages. » Et comment Luis Buñuel passe du délire surréaliste de L’Age d’or au documentaire social en réalisant Terre sans pain (1932), qui redore son blason. « Buñuel après l’âge d’or montre à quel point il est important pour un artiste de ne pas chercher à plaire à tout le monde, insiste Salvador Simo. C’est à cette absence de compromis qu’on reconnaît les grands créateurs. » Les proches du cinéaste ont apporté leur témoignage et leur approbation à cette vision. Buñuel a aussi exprimé son soutien, à sa manière  : « Il est venu me visiter en rêve pour parler du film, évoque Simo. Il était très bienveillant vis-à-vis de mon projet. » On se plaît à imaginer le fantôme du cinéaste veillant sur un biopic animé qui donne une furieuse envie de revoir ses œuvres. Caroline Vié 16 Mercredi 19 juin 2019 « Hunger Games », ça continue avec un livre et sans doute un film. Un nouveau roman situé dans l’univers postapocalyptique de « Hunger Games » va paraître en 2020, a annoncé lundi son éditeur. Il sera vraisemblablement adapté au cinéma à son tour. Le Rewind. Retrouvez la chronique vidéo décalée qui revient sur les faits insolites du jour. Aujourd’hui, une famille de canards cause un accident de la route. Les MTV Movie & TV Awards confirment le succès d’Endgame. Avengers, Endgame, carton de l’année au box-office mondial, a reçu lundi en Californie le prix du meilleur film des MTV Movie & TV Awards, récompenses attribuées par le public de la chaîne musicale américaine.
CINÉMA Fiennes dans les pas de Noureev Biopic L’acteur et réalisateur britannique suit la carrière du légendaire danseur russe, dont il incarne le mentor dans « Noureev » Même si le nom de Ralph Fiennes n’est pas familier du grand public, de nombreux cinéphiles le connaissent en Voldemort de la saga « Harry Potter » et en nazi de La Liste de Schindler de Steven Spielberg. Il est derrière et devant la caméra pour Noureev. Il incarne le chorégraphe Alexandre Ivanovitch Pouchkine, mentor de Rudolph Noureev (1938-1993), dans ce film qui suit la carrière du danseur légendaire russe jusqu’à sa défection vers la France en 1961. « Devenir comédien demande du boulot, explique Ralph Fiennes. Mais cela n’a rien de comparable à la danse classique, la discipline la plus exigeante qui soit. » Le film montre la besogne à laquelle le héros doit se soumettre afin d’exceller. « Il ne suffit pas d’être doué, insiste le réalisateur. Il faut se donner à fond dans un entraînement d’autant plus pénible qu’une blessure peut tout gâcher du jour au lendemain. » Le danseur Oleg Ivenko apporte une grâce et un charisme naturels au rôle-titre. Une vie romanesque Ralph Fiennes insiste plus sur la vie professionnelle et mondaine de Noureev que sur ses amours. « Je ne cache pas son homosexualité, ni le fait qu’il a aussi couché avec des femmes, raconte-t-il. Mais ce n’était pas mon sujet. » Son film tourne presque au thriller d’espionnage quand le danseur échappe aux agents du KGB qui le surveillent. « Le côté romanesque de sa vie est aussi l’une des raisons qui m’a donné envie de raconter son histoire. » Ce qu’il fait avec un réel sens du suspense agrémenté de fort belles scènes de ballet. Caroline ViéL. Horricks/BBC FIlms/Magnolia Mae/Rezo Films 17 Mercredi 19 juin 2019 Ralph Fiennes (à g.) et le danseur Oleg Ivenko, qui interprète le rôle-titre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :