20 Minutes France n°3433 14 jun 2019
20 Minutes France n°3433 14 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3433 de 14 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : fête des pères, des cadeaux rap pour les reups.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
COUPE DU MONDE FÉMININE Un cas d’école face aux clichés Football Quinze collégiennes niçoises, qui ont un emploi du temps aménagé pour s’entraîner avec le Gym, balaient les préjugés sur le foot féminin C’est cours d’anglais pour les 4 es du collège Frédéric-Mistral, à Nice. La chaleur du mois de juin et la fin de l’année ont multiplié le facteur d’excitation en classe informatique. Ajoutez à ça un débat sur le foot féminin, et il est bien difficile de s’entendre parler. Du fond de la classe, Ryan se lance  : « Les Bleues ? Je ne suis pas allé les voir jouer. Je n’étais pas au courant. » De quoi raviver le brouhaha général  : « Ça me déprime, rétorque Juliette. Quand ce sont les garçons, tout le monde regarde. Là, ils font semblant de ne pas savoir. » Ryan bluffe et joue la provoc. Son collège se situe à moins de 5 km du stade de Nice, où les Bleues ont dominé les Norvégiennes 2-1 mercredi. Surtout, il est entouré de footballeuses scolarisées dans une classe aménagée. Quand ses camarades ne sont pas en cours, elles s’entraînent avec les U15 de l’OGC Nice, Des cartons d’audience de partout Médias Des scores complètement foot ! En deux matchs, l’équipe de France a affolé les compteurs d’audiences à la télévision. Lors de leur rencontre inaugurale de cette Coupe du monde, contre la Corée du Sud, elles ont été suivies par près de 11 millions de téléspectateurs. Mercredi soir, contre la Norvège, rebelote  : il y avait 10,3 millions de personnes devant leur poste de télévision. Des chiffres que personne n’attendait, pas même TF1, qui diffuse tous les matchs des Bleues et les principales affiches. A tel point que la chaîne privée a décidé d’augmenter de 60% ses tarifs publicitaires. Côté Médiamétrie, la surprise est totale également. « Il ne me semble pas qu’on avait anticipé des scores aussi élevés, explique Yassine-Guillaume Berhoun, directeur du pôle sport chez Eurodata TV Worldwide, le département international de Médiamétrie. On s’attendait à des bons scores, mais dix millions de téléspectateurs, ce sont de très très bons scores pour le football féminin, et qu’on n’avait jamais vus auparavant. » C.R. Remontada à la sauce australienne Surprise Une défaite surprise face à l’Italie lors du premier match du Mondial, une première période compliquée et deux buts encaissés face au Brésil lors du second… L’Australie était à deux doigts de dire au revoir aux 8 es et puis tout s’est accéléré. Les G. Cowie/BPI/REX/Sipa « Plus les garçons iront voir des matchs, plus leur mentalité évoluera. » Juliette, collégienne trois demi-journées par semaine. « Au départ, ce n’était pas si facile que ça, explique Marie-Christine Vallet, principale du collège Mistral. Finalement, les élèves se sont rendu compte qu’avec une ou deux filles dans leur équipe bizarrement on gagnait. Il y a une évolution. » Cette classe a été créée pour progresser en foot et, surtout, pour changer les mentalités. « Ce n’est pas la population la plus favorisée économiquement et culturellement, et avec de fortes traditions, reprend la principale. La pratique du sport féminin et l’image de la M. Frénois/ANP/20 Minutes femme sont très importantes dans ce projet. On avance petit à petit. » Demander à Lola si les mentalités ont évolué depuis septembre, c’est entendre une note d’espoir  : « Au début, il y avait beaucoup de préjugés, surtout quand on joue contre les garçons. Ça donne encore plus la niaque. On commence à être mieux vues. » Si les clichés ont la peau dure, les garçons de la classe n’osent plus trop critiquer. Même Ryan est retourné à son clavier d’ordinateur. « Au début, ils pensaient qu’on était nulles, ce sont des petits ringards », lance Elsa. Difficile de s’exprimer face à la pression que met le groupe de filles. Dans cette classe, ce « Matildas », un peu aidées par l’arbitrage, n’ont pas baissé les bras et sont parvenues à renverser le score pour finalement s’imposer (3-2), après un match spectaculaire, avec des actions en pagaille. Les deux nations se retrouvent à égalité au classement. Foord a redonné espoir à l’Australie en mettant le but du 2-1 avant la mi-temps. 28 Vendredi 14 juin 2019 Les moins de 15 ans de l’OGC Nice dans le couloir du collège Mistral. sont elles qui s’imposent sur le sujet  : « La Coupe du monde changera les mentalités, estime Juliette. Plus les garçons iront voir des matchs, plus leur mentalité évoluera. Dans quatre ou cinq ans, si on a la chance d’être pros, on sera reconnues par davantage de monde. » En attendant, il reste encore une année à Juliette et ses coéquipières avant de quitter l’établissement. L’année prochaine, le collège Mistral ouvrira deux autres sections en 6 e et 5e. Trente gamines tenteront de mener de front parcours scolaire, saison footballistique et lutte contre les préjugés. A Nice, Mathilde Frénois et Aymeric Le Gall Le Japon en danger. Tenues en échec par les modestes Argentines lors du premier match, les Nippones, sacrées en 2011, doivent impérativement gagner ce vendredi face à l’Ecosse pour espérer se qualifier en huitièmes de finale de la Coupe du monde. L’Angleterre pour une place en huitièmes de finale. Victorieuse dimanche du « derby » face à l’Ecosse (2-1) et figurait parmi les principales favorites pour ce Mondial, l’Angleterre a l’occasion face à l’Argentine de valider son ticket pour les 8 es. Les Anglaises seront emmenées par Nikita Parris, nouvelle joueuse de Lyon, déjà autrice d’un but face aux Ecossaises. Reynald Pedros n’entraînera plus l’OL féminin. Double champion de France et d’Europe avec Lyon, l’ancien milieu de Nantes quitte l’OL, qui fournit de nombreuses internationales pendant ce Mondial. « Il était nécessaire de modifier l’organisation technique pour impulser une nouvelle dynamique », indique le communiqué de l’OL.
SPORTS J’irai dormir près de vos stades Omnisports Une plateforme met en relation des fans à des hôtes gratuitement « Se déplacer sur de grands événements est presque devenu un truc de riches. » Mathieu Da Luz, cocréateur de #FreeCouch4Fans Tout amateur de sport voyageant lors de grandes compétitions a déjà pensé à ce concept. Eux l’ont déjà réalisé. Mathieu, Byllel et Mathieu, trois potes originaires de Marseille, ont lancé en fin d’année 2018 la plateforme FreeCouch4Fans (« canapé gratuit pour les fans »). Une sorte d’« Airbnb du sport », mais sans le côté business de la chose, l’hébergement étant gratuit. Les entrepreneurs misent sur la rencontre, le partage d’une passion commune et la découverte de cultures différentes pour toute contrepartie. Et ça fonctionne déjà pas mal. N. Camus/20 Minutes Mathieu (à g.), un des créateurs du concept, avec son hôte en Russie. « Il y a une vraie gentrification du sport depuis quelques années, explique Mathieu Da Luz. Se déplacer sur de grands événements est presque devenu un truc de riches. Notre but est de créer une grande communauté de fans de sport, qui vont s’entraider pour se loger. » Après avoir mûri le projet pendant deux ans, ils ont profité de la Coupe du monde de foot en Russie, à l’été 2018, pour effectuer un test grandeur nature. Mathieu, que nous avions rencontré à Nijni Novgorod, avant le quart de l’équipe de France face à l’Uruguay avec son hôte Andrei, a lui-même servi de cobaye. « La demande est là, pas de souci, nous disait-il alors. Le truc, c’est de trouver l’offre. » Près d’un an plus tard, la machine est lancée. La plateforme lancée en septembre compte 5 000 inscrits, dont une centaine d’hôtes. Une nouvelle version, plus complète et sécurisée, va voir le jour cet été. Deux développeurs ont rejoint l’équipe pour la mettre en route. Des plans marketing et des partenariats 29 Vendredi 14 juin 2019 avec des fédérations (celle de rugby notamment) sont en discussions pour développer et surtout pérenniser le projet. En attendant, la meilleure promotion de leur idée reste l’expérience des fans et le bouche-à-oreille. « Ce sont nos meilleurs ambassadeurs », note le Marseillais. Exemple avec la finale de la Ligue des champions à Madrid cette année. Un habitant de la capitale espagnole, emballé par le concept, en a parlé à tout le monde autour de lui et a contacté plusieurs médias de son propre chef. Près de 150 supporters de Liverpool et Tottenham ont été hébergés chez l’habitant. De nouveaux adeptes ont rejoint la communauté pendant Roland-Garros. Yohan, prof d’EPS de 27 ans, a accueilli Xavier, un Français de 34 ans vivant en Suisse. « Ce qui est intéressant, c’est le côté fan de sport, explique ce dernier. Tu découvres des gens, tu partages une passion commune. » « Ce concept manquait, relève son hôte. Je suis le premier à chercher comment me loger quand je vais sur des événements. Je n’ai pas des moyens énormes, et c’est souvent un problème. Et si ça se passe bien, tu peux rester en contact, pour d’autres compétitions. » Nicolas Camus



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :