20 Minutes France n°3414ES2 24 avr 2019
20 Minutes France n°3414ES2 24 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3414ES2 de 24 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : le tribunal à l'horizon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Et il partit, telle une flèche Cyclisme Depuis son succès à la Flèche wallonne l’an passé, Julian Alaphilippe n’arrête plus de gagner Le jour de la révélation pour le puncheur tricolore. Au bout de 1 300 m d’effort intense debout sur les pédales, Julian Alaphilippe remportait, il y a un an, la classique de côte la plus réputée de la saison, la Flèche wallonne. Une performance qui lui donne, encore aujourd’hui, jour de l’édition 2019 de cette course, des ailes. L’Alaphilippe d’après Flèche-2018 s’est transformé en machine de guerre. Longtemps cantonné aux places d’honneur, le Français est vainqueur de presque toutes les courses d’un jour dans lesquelles il est aligné  : 1er de la classique San Sebastian, 1er sur les Strade Bianche et 1er sur la Via Roma de Milan-Sanremo. La métamorphose est frappante. Il y a un an, Alaphilippe débarque en Belgique après n’avoir rien « On le voit regarder partout pour ne pas commettre d’erreurs. Julian sait que, à la régulière, il gagne. » SteveChainel, consultant Eurosport glané sur les Ardennaises – son terrain de prédilection – et la réputation naissante d’un type un peu chien fou, plus fort avec ses jambes qu’avec sa tête. « Julian devait se prouver à lui-même qu’il n’était pas perdu après sa mononucléose, et il devait aussi prouver à L’ancien joueur de l’Asvel a témoigné son indignation sur Instagram. G. Vanden Wijngaert/AP/Sipa J.-F. Monier/AFP Le Français compte bien briller une nouvelle fois, ce mercredi, au mur de Huy. l’équipe Quick Step qu’elle ne s’était pas trompée en en faisant son leader pour cette course, se souvient le consultant d’Eurosport, SteveChainel, proche du Français. Après, le 0,1% en plus qui te fait gagner, ça peut prendre du temps. » Mais qu’est-ce qu’Alaphilippe a fait de différent en 2018 par rapport à 2015 ou 2016 (2 e lors de ces deux éditions), quand ce dernier avait pété à la pédale derrière Valverde ? Rien de bien sorcier à en croire Klass Lodewyck. « Le mur de Huy, c’est simple, assure le directeur sportif de Quick Step. La seule tactique est d’être bien placé au pied et de laisser faire les jambes. On a toujours su que Julian avait le potentiel pour remporter de grandes courses, à commencer par celle-ci. La clé, c’était « Crois en toi, tu peux le faire, tu peux battre Valverde ». » SteveChainel, lui, semble avoir distingué autre chose  : « Il devait se faire mal dans les 200 derniers mètres bien sûr, mais on le voit regarder partout pour ne pas commettre d’erreurs tactiques. Il sait que, à la régulière, il gagne. » Débarrassé de l’urgence de la victoire, Alaphilippe court plus juste, sans se livrer trop tôt ou trop tard. Pourtant, le 0,1% peut parfois rebasculer de l’autre côté, comme sur les routes de l’Amstel, dimanche. Le dernier meilleur grimpeur du Tour était parti pour écœurer Fuglsang avant de voir débouler les poursuivants dans la dernière ligne droite et tuer sa course. Un simple accident ? « Aujourd’hui, c’est le favori de la Flèche wallonne », assure SteveChainel. Julien Laloye Jets d’objets, crachats, cris de singe... l’enfer vécu par Edwin Jackson Basket Edwin Jackson a certainement vécu la pire soirée de sa carrière, lundi. Alors qu’il disputait le match 5 de la finale de l’ABA League (la Ligue adriatique) avec Buducnost Podgorica (Montenegro) sur le parquet de l’Etoile Rouge de Belgrade, le meneur de jeu français a expliqué avoir été pris à partie et victime d’insultes racistes de la part de supporters serbes. Ecœuré par ce qu’il a vécu, l’ex-joueur de l’Asvel a partagé son indignation. « C’est triste pour mon sport, a-t-il écrit sur son Instagram. Se faire cracher dessus pas des fans sur le terrain, se faire cracher au visage, se faire jeter des briquets et des chaises sur le parquet et se faire traiter de singe pendant un match sera toujours inacceptable, peu importe où et quand. » « C’était l’environnement de basket le plus inacceptable et non professionnel [que j’ai connu], a abondé le coéquipier d’Edwin Jackson, Norris Cole. L’ABA League devrait avoir honte de ce qui s’est passé. » Le club de Podgorica a publié un communiqué pour livrer une version similaire des faits, allant jusqu’à parler d’une « hystérie totale ». Aymeric Le Gall F. Fife/AFP 10 Mercredi 24 avril 2019 Après Tsonga, Bordeaux s’offre Pouille en guest Tennis Le tournoi de Bordeaux met les petits plats dans les grands pour se façonner une renommée. Ainsi, le directeur du Challenger de la Villa Primrose de Bordeaux, Jean-Baptiste Perland, vient de s’offrir une deuxième grosse tête d’affiche pour la 12 e édition du tournoi, qui se disputera du 29 avril au 5 mai. Après Jo-Wilfried Tsonga vendredi, Lucas Pouille a confirmé sa présence à Bordeaux, mardi. Le Français, 32 e au classement ATP, tentera de se relancer dans un tournoi qu’il a déjà disputé une fois, il y a quatre ans. Il n’a plus remporté un seul match depuis sa demi-finale à l’Open d’Australie, en janvier. Lucas Pouille sera la tête de série n°1, devant Adrian Mannarino et Jo-Wilfried Tsonga. Ce plateau, assez exceptionnel pour un Challenger – deuxième division de l’ATP – devrait fortement booster la billetterie de l’événement. Les deux joueurs tricolores tenteront d’inscrire leur nom au palmarès du tournoi, à l’image de Richard Gasquet ou de Gaël Monfils par le passé. A Bordeaux, Clément Carpentiernnru secondes Stéphanie Frappart au sifflet d’Amiens-Strasbourg. Elle va devenir la première femme arbitre centrale d’un match de Ligue 1. La FFF a désigné Stéphanie Frappart arbitre principale de la rencontre Amiens-Strasbourg, qui se disputera dimanche, à 15h. Les Messins en salle d’attente. Après son nul contre Grenoble (1-1) mardi, Metz devra encore attendre jusqu’à vendredi, et son match contre le Red Star, afin d’assurer son retour dans l’élite. Les Bucks, dix-huit ans après. Les Milwaukee Bucks disputeront les demi-finales de la conférence Est des play-offs NBA pour la première fois depuis dix-huit ans, après leur 4 e victoire en quatre matchs face aux Detroit Pistons (127-104).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :