20 Minutes France n°3410 12 avr 2019
20 Minutes France n°3410 12 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3410 de 12 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : le monde est Thrones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActuAlité Dans la nature du féminisme Militantisme Et si la libération sexuelle des femmes et la protection de la planète étaient un seul et même combat ? « Bouffe ma chatte, pas la planète », « Enculez-nous, pas le climat », « Protégez les zones humides » … La Marche pour le climat, le 16 mars, a vu émerger des slogans mêlant libération sexuelle des femmes et crise environnementale. Et alors que d’autres marches sont annoncées un peu partout en France ce vendredi, 20 Minutes s’est penché sur le mouvement écoféministe, qui mêle défense de la nature et défense des femmes. Contre le capitalisme patriarcal Pour Jeanne Burgart-Goutal, philosophe qui travaille depuis des années sur le sujet, « il s’agit d’une lutte selon laquelle la défense de l’environnement et l’émancipation des femmes nécessitent de combattre un oppresseur commun ». En l’occurrence le capitalisme patriarcal. Car, pour les écoféministes, « ce n’est pas suffisant de désigner le patriarcat, poursuit la philosophe. Le système capitaliste est lui aussi en cause. » Rien d’étonnant, donc, à avoir vu autant d’affiches anticapitalistes le 16 mars. Pas surprenant, non plus, qu’il soit reproché au mouvement de tout confondre. « C’est effectivement l’un des points discutables du mouvement, reconnaît Jeanne Burgart-Goutal. Mais c’est aussi sa volonté et sa force  : essayer de révéler les liens cachés que, d’habitude, on ne perçoit pas entre les différentes oppressions. » Autre caractéristique de l’écoféminisme, Omar el-Béchir dirigeait le Soudan depuis trente ans.L. Joly/Sipa (archives)L. Cironneau/AP/Sipa (archives) l’un des slogans chocs de la Marche pour le climat, le 16 mars, à Paris. son côté apolitique. « Les manifestations sur le climat sont assez consensuelles, relève Laélia Véron, sociolinguiste et maîtresse de conférences en langue française à l’université d’Orléans. Cela peut aller de pair avec une dépolitisation par rapport à la politique habituelle, coordonnée par les syndicats et les partis politiques. » Un terreau donc plus propice à l’apparition de slogans chocs et de bons mots qu’une manifestation plus encadrée par des organisations politiques. « Bien sûr que c’était pour le jeu de mots et pour choquer les esprits fragiles des « mascus », lance Sarah, étudiante de 22 ans, qui a défilé le 16 mars avec une pancarte portant le slogan « Laissez la nature vierge, baisez-nous. » Mais c’était aussi pour rappeler que l’écologie est un combat occupé par les féministes, on est présentes. » Par ailleurs, les deux causes gagnent chacune à être réunies. « L’un des apports du mouvement féministe a été de montrer que ce qui relève de l’intime est tout à fait politique, souligne Charlotte Soulary, responsable de la commission féminisme d’EELV. La lutte écologiste a longtemps été vue comme quelque chose d’extérieur, de théorique, de lointain. Mais ce n’est pas ça du tout. Les conséquences d’une planète polluée, nous les vivons chaque jour sur nos propres corps. » Charlotte Soulary renvoie, par exemple, au slogan « Sauvons les zones humides », qui, selon elle, est « une référence très juste à tous les polluants que l’on retrouve dans les tampons ». L’écologie est décidément l’un des grands combats du xxi e siècle. Jean-Loup Delmas Le président Omar el-Béchir destitué Soudan Après l’Algérie, le Soudan vient lui aussi de « perdre » son président. Omar el-Béchir, qui dirigeait le pays d’une main de fer depuis trente ans, a été renversé jeudi par un coup d’Etat de l’armée, dans le sillage d’un soulèvement populaire. Il a été remplacé par un « conseil militaire de transition » pour deux ans. Ce qu’ont rejeté les meneurs du mouvement de contestation, avant d’appeler à la poursuite des manifestations. L’armée a alors ordonné aux manifestants de « respecter pour [leur] propre sécurité » le couvre-feu imposé pour un mois, laissant planer le risque de violences. « Les gens ne veulent pas d’un conseil militaire de transition », mais d’« un conseil civil », a déclaré dans un tweet Alaa Salah, l’étudiante devenue « l’icône » du mouvement. « Le sang de nos frères ne doit pas avoir coulé pour rien », a affirmé un manifestant décidé à braver le couvre-feu, alors que le mouvement de contestation, né le 19 décembre après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, a été marqué par la mort de 49 personnes, selon un bilan officiel. Six capitales, dont Washington et Paris, ont demandé une session d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Soudan, a priori pour ce vendredi. D. Talukdar/REX/Sipa 6 Vendredi 12 avril 2019 Un « geste financier » de l’Eglise espéré Enfants abusés Dans une interview au journal du diocèse de Paris, Paris Notre-Dame, le président de la Conférence des évêques de France récemment élu, Eric de Moulins- Beaufort, espère que l’Eglise sera « capable de proposer un geste financier aux victimes » d’actes de pédophilie commis par des prêtres. Cette question est l’un des quatre axes de travail mis en place par les évêques dans la lutte contre la pédophilie. Les trois autres thèmes sont le travail de mémoire auprès des victimes, la prévention et le suivi des prêtres coupables. « Tout cela, nous souhaitons le construire avec les personnes victimes, pour présenter un dispositif opérationnel lors de l’assemblée [épiscopale bisannuelle] de novembre 2019 », a-t-il ajouté. Les mesures de réparation financière sont très attendues par les associations de victimes, d’autant plus lorsque les faits sont prescrits. Une commission d’enquête indépendante, chargée de faire la lumière sur les agressions sexuelles dans l’Eglise depuis les années 1950 à la demande de l’épiscopat, doit être opérationnelle en mai. Le Pen père condamné pour détention d’armes. Jean-Marie Le Pen a été condamné jeudi à 1 500 € d’amende pour possession d’armes non déclarées. Le président déchu du RN (ex-FN) a bénéficié d’une relaxe partielle devant le tribunal correctionnel de Nanterre, où il ne s’est pas présenté. L’Inde tient les plus grandes élections de l’histoire. Sous un soleil de plomb, des centaines de millions d’Indiens se sont rendus jeudi dans les bureaux de vote pour le coup d’envoi des plus grandes élections de l’histoire. Elles dureront six semaines et détermineront le prochain gouvernement de la démocratie la plus peuplée du globe (1,3 milliard d’habitants).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :