20 Minutes France n°3410 12 avr 2019
20 Minutes France n°3410 12 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3410 de 12 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : le monde est Thrones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ActuAlité Des eurodéputés dans le brouillard Européennes Si les Britanniques participaient au scrutin, ils pourraient reprendre les sièges qui avaient été répartis entre certains Etats membres Un nouveau casse-tête lié au Brexit. Les dirigeants européens et la Première ministre britannique, Theresa May, ont trouvé un accord dans la nuit de mercredi à jeudi sur un report de la sortie du Royaume-Uni de l’Europe pouvant aller jusqu’au 31 octobre. Si le texte du divorce n’est pas ratifié d’ici le 23 mai, les Britanniques devraient participer aux élections européennes. Scénario qui aurait des conséquences en France. Le vote des Britanniques avait obligé les Européens à faire évoluer la composition du Parlement européen, de 751 à 705 élus. « Dans l’optique de réduire le nombre total d’eurodéputés, une partie des 73 sièges du Royaume-Uni a été redistribuée à d’autres Etats membres », rappelle Christian Lequesne, professeur de sciences politiques à Paris La France réalise sa première greffe d’utérus Gynécologie Pour la première fois en France, une femme de 34 ans, infertile, a pu bénéficier d’une greffe d’utérus, grâce à un don de sa mère, a annoncé jeudi l’hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine). Ce type de greffe, réalisée auparavant dans d’autres pays, a déjà permis des naissances. Cette première médicale française a eu lieu le 31 mars. La patiente greffée, atteinte du syndrome de Rokitansky (MRKH), est née sans utérus, une condition qui touche une femme sur 4 500 à la naissance. La donneuse âgée de 57 ans et sa fille « vont bien », assure le chirurgien. « La patiente transplantée n’est pas encore enceinte et le transfert d’embryons préalablement congelés pourrait se faire dans dix mois », dit-il. Dans les autres cas à l’international, « cela s’est fait entre six et douze mois ». Cette greffe est destinée aux femmes nées sans utérus ou à celles auxquelles il a dû être enlevé. Elle représente une alternative expérimentale à la gestation pour autrui (GPA), interdite en France, ou à l’adoption. R. Pinney/LNP/REX/Shutterstock/Sipa et spécialiste de l’Europe. Sur les 27 sièges redistribués, la France en avait obtenu 5, faisant passer de 74 à 79 son nombre d’élus au Parlement européen. Mais si aucun accord n’est ratifié d’ici aux élections européennes, les Britanniques seront tenus de participer au scrutin. Ils récupéreraient, pour un temps, leurs sièges au Parlement. Un Parlement hésitant « Tout ça est très confus, reconnaît-on au Parlement européen. La France va être obligée de prévoir des dispositions nécessaires pour anticiper les deux scénarios  : un Parlement à 751 membres, comme actuellement, et un autre à 705 en cas de départ du Royaume-Uni. » Si le Royaume-Uni organisait une élection, la France devrait donc revenir à 74 eurodéputés, « perdant » ainsi ##JEV#90-257-https://bit.ly/2D7MmW0##JEV# Isopix/Sipa ##JEV#171-54-https://bit.ly/2uYKrhQ##JEV# ses cinq nouveaux sièges. « Une fois que le Brexit sera effectif, les députés britanniques fraîchement élus s’en iront, permettant aux Etats de récupérer ces sièges », indique, non sans hésitation, le Parlement européen. Comment ces sièges seraient-ils attribués ? Par une élection partielle ? En prenant en compte les résultats du 26 mai ? « A chaque Etat membre de s’adapter, selon son mode de scrutin, pour que tout se passe bien », balaie l’instance européenne. « Une élection partielle pour cinq me paraît peu probable. On peut imaginer que 79 eurodéputés soient élus le 26 mai et que les cinq derniers soient en stand-by, 8 Vendredi 12 avril 2019 cinq eurodéputés français pourraient être mis en attente du Brexit. Fin du séjour équatorien d’Assange Justice Il vivait entre les murs de l’ambassade d’Equateur à Londres depuis près de sept ans. Jeudi, Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, a été arrêté par la police britannique, Quito ayant décidé de mettre fin à son statut de réfugié politique. Julian Assange a « violé à plusieurs reprises les conventions internationales et le protocole de cohabitation », a justifié sur Twitter le président équatorien, Lenin Moreno. Par ailleurs, en octobre, l’Australien avait lancé une action judiciaire contre le gouvernement de le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a été arrêté jeudi à londres. Quito pour protester contre ses conditions de vie. Deux motifs expliquent son arrestation, annonce quant à elle la police britannique  : un mandat de juin 2012 délivré par un tribunal londonien pour non-présentation à la justice et « une demande d’extradition » formulée par les autorités américaines. Selon l’acte d’inculpation, Julian Assange est accusé d’avoir accepté d’aider l’ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense. Les réactions se sont enchaînées. L’Equateur fait courir à Assange le risque de « graves » violations de ses droits, a déclaré le rapporteur de l’ONU. « Au Royaume-Uni, personne n’est au-dessus des lois », a rétorqué la Première ministre britannique, Theresa May. Le lanceur d’alerte Edward Snowden a regretté un « jour sombre pour la liberté de la presse ». L’avocate de la femme qui accuse Julian Assange de viol en Suède a, elle, indiqué qu’elle allait demander la réouverture de l’enquête. Où sera extradé Julian Assange ? C’est désormais à la justice britannique de trancher. Lucie Bras estime Christian Lequesne. Mais si le Brexit traîne ou si certains députés britanniques refusent ensuite de céder leurs sièges, on pourrait avoir des soucis juridiques. » La loi électorale, qui prévoit de faire élire directement 79 eurodéputés français le 26 mai, pourrait être révisée. « Un projet de loi sera déposé fin avril pour prévoir deux phases  : l’une où siègent 74 députés, puis 79 », confirme au Monde l’Elysée. Contactés par 20 Minutes pour plus de précisions, l’Elysée, l’Intérieur et le ministère des Affaires européennes n’ont pas répondu à nos sollicitations. Thibaut Le Gal Troisième victoire d’un agriculteur français contre Monsanto. L’agriculteur Paul François a remporté jeudi une nouvelle bataille judiciaire dans le combat qu’il mène face à Monsanto, depuis son intoxication en 2004 par le désherbant Lasso (désormais interdit). La cour d’appel de Lyon a reconnu la filière du groupe allemand Bayer « responsable du dommage causé » au plaignant. Mais cette dernière pourrait se pourvoir en cassation. Bonnemaison définitivement radié de l’ordre des médecins. La Cour européenne des droits de l’homme a jugé jeudi irrecevable une requête du D r Nicolas Bonnemaison. Il avait été condamné en 2015 à deux ans de prison avec sursis pour avoir donné la mort à une patiente et contestait sa radiation de l’ordre des médecins. Des associations réclament l’abrogation de la loi anticasseurs. Un collectif de 51 associations a demandé l’abrogation de la loi anticasseurs, entrée en vigueur jeudi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :