20 Minutes France n°3407ES 9 avr 2019
20 Minutes France n°3407ES 9 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3407ES de 9 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : environnement, Instagrame...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Le cœur a ses raisons… Football Malgré de piètres performances, certains joueurs restent appréciés des fans Evidemment, il y a eu quelques sifflets. Mais, au moment d’être remplacé par Mbappé, dimanche contre Strasbourg (2-2), Choupo-Moting n’a pas eu droit à une huée monumentale du Parc des Princes. Pourtant, il avait empêché, maladroitement, Nkunku de marquer. Alors, traitement de faveur ? Depuis quelques semaines, les supporters parisiens chantent à la gloire du Camerounais. Et ce n’est pas pour des raisons sportives. « Pour Choupo- Moting, c’est 50% de sympathie, 50% de pitié gentille. » Fred, abonné au Parc A la mi-temps du match contre Montpellier, fin février, Choupo-Moting, en plein échauffement, s’était pris de passion pour un gamin qui gardait les buts lors du challenge Orange, relatait L’Equipe. Des gestes qui ont valu à l’ex-attaquant de Stoke une belle ovation du Parc. « Ce gars a une énorme cote de sympathie, explique Fred, abonné au Parc. Il n’est pas très bon, mais il se donne sur le terrain, c’est un bon camarade, il est respectueux et plutôt classe. C’est 50% de sympathie, 50% de pitié gentille. » Des joueurs moyens, peut-être même un peu mauvais, qui ont reçu les vivats parfois un peu moqueurs de la foule, il y en a près de chez vous. Yanga-Mbiwa à Lyon, Brandao ou même Mitroglou à Novès a gagné son procès contre la Fédération française de rugby. A.-C. Poujoulat/AFP N. Stival/20 Minutes Contre Strasbourg, dimanche, Choupo-Moting a fait preuve de maladresse. l’OM, Monnet-Paquet à Sainté, Diabaté à ses débuts à Bordeaux… « Quand on a vu les premiers matchs de Diabaté, on ne comprenait pas trop comment il était arrivé là, du coup, on se moquait, mais gentiment, raconte Steven, un supporter bordelais. On n’attendait rien de lui, donc on ne pouvait pas trop lui en vouloir. » Même son de cloche chez le fan parisien  : « On ne savait pas ce que Choupo faisait là, au milieu d’une constellation de stars. S’il n’y avait que lui comme attaquant, et qu’il était toujours aussi maladroit, la réaction du Parc serait différente… » Comprendre, donc, que Cavani, qui est la référence offensive du PSG, a la « légitimité » pour se faire siffler quand il rate une occasion. Pas Choupo-Moting. A Marseille, on accepte un peu moins bien les joueurs au faible rendement. « On a le chambrage et la moquerie assez violents, nous indique Blaah, rédacteur sur le site HorsJeu. Mais on a quand même une tendresse pour ces joueurs, surtout s’ils sont auteurs d’exploit, comme Brandao lorsqu’il marque contre l’Inter [en 2012]. » Car nos héros peuvent aussi devenir les idoles de tout un peuple. Demandez aux supporters bordelais lorsqu’on évoque le maladroit mais si précieux Diabaté, auteur de 66 buts en 152 matchs. A Marseille, Brandao a aussi fait son effet  : « Il avait ses limites, mais il ne s’est jamais économisé, ajoute Blaah. Une fois que ce type de joueur est parti, on en parle avec une certaine nostalgie. » Pour Choupo- Moting, il faudra attendre encore un peu. Antoine Huot de Saint Albin « Cela me permet de relever la tête » Rugby L’ancien sélectionneur des Bleus Guy Novès avait le sourire lundi, après avoir gagné son procès contre la Fédération française de rugby. L’instance a été condamnée par les prud’hommes de Toulouse à lui verser 1,008 million d’euros (même si Novès réclamait 2,9 millions d’euros). C’est une victoire, pour vous ? Quand on a saisi le tribunal des prud’hommes, c’était pour laver l’honneur d’une personne. Il m’était reproché une faute grave. Les prud’hommes ont été très clairs  : la faute grave n’y est pas. Vous aviez parlé d’une épreuve. Est-elle terminée ? Je me réveille un peu. Cela fait de nombreux mois que j’étais renfermé sur moi-même, mes proches l’ont bien ressenti. C’est toujours dur de subir ce genre d’accusations. Je ne sais pas si c’est suffisant pour réparer tout ce que j’ai subi ces derniers mois. Ce jugement vous redonne-t-il de l’appétit pour la suite ? Cela me permet de relever la tête et de vous [il s’adresse aux journalistes] regarder bien droit, et de ne pas vous avoir déçus pour ceux qui me connaissent bien. Très sincèrement, c’est ça qui était important  : qu’il n’y ait pas de doute dans vos têtes. L’appétit, on verra. Propos recueillis par Nicolas Stival G. Cacace/AFP (archives) 10 Mardi 9 avril 2019 Pour Mario, ça peut être ballot Football Balotelli va-t-il finir la saison au cachot ? L’attaquant marseillais pourrait être lourdement sanctionné pour avoir cassé le nez de Pablo, vendredi, lors de la défaite de l’OM à Bordeaux (2-0). L’altercation entre Balotelli et le défenseur a échappé à l’arbitre. Ce qui a déclenché l’ire du Bordelais  : « Je ne me suis pas énervé après lui, mais avec l’arbitre. Je lui ai demandé de regarder le VAR, il n’a pas regardé. Je suis sorti, il y avait beaucoup de sang. Il n’est pas sorti de mon nez tout seul ! » Les Girondins ont annoncé qu’ils tenteraient de mobiliser la commission de discipline de la LFP pour qu’elle sanctionne l’Italien. « La commission peut aller jusqu’à six matchs de suspension pour un coup de coude qui casse le nez, indique l’ex-arbitre Philippe Malige. Surtout qu’il y a un critère aggravant  : c’est en dehors d’une action. » L’annexe du règlement disciplinaire prévoit que, en cas de coup occasionnant une blessure entraînant une ITT de moins de huit jours, le joueur encourt six mois de suspension ferme, si la faute est commise en dehors d’une action… « Le code disciplinaire n’est pas appliqué à la lettre », rappelle l’ancien arbitre Bruno Derrien. J.S.-M.nnru secondes Ousmane Dembélé mis à l’amende. Un tribunal allemand a condamné lundi le Français à une amende de 10 000 € pour avoir rendu, à l’époque de son transfert précipité pour Barcelone à l’été 2017, la maison qu’il louait à Dortmund jonchée de détritus. Schachmannsurvole le chrono du Tour du Pays basque. Sur un parcours riche en pièges, marqué par une ascension comprenant des passages à plus de 20% puis une descente humide, l’Allemand a été très fort. Le premier Français, Julian Alaphilippe, a terminé quatrième de cette première étape. Cédric Pioline va épauler Jérémy Chardy. L’ex-finaliste de Wimbledon en 1997 rejoint le staff de Chardy, 42 e mondial. Les deux hommes ont travaillé ensemble lors de la finale de la Coupe Davis 2018.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :